Après les réponses de Riccardo Noury, Laura Quagliolo, Giovanna Procacci, Giovanna Pagani, Guido Viale, Andreas Formiconi et Jorida Dervishi, on a parlé avec Pia Figueroa, une des co-directrices de Pressenza.

Maintenant que nous sortons de l’urgence Covid-19, beaucoup de gens disent : « Nous ne voulons pas revenir à la normalité parce que la normalité était le problème ».

Cela peut donc être une grande opportunité de changement. Selon vous, quel est le besoin le plus urgent de changement en ce moment et qu’êtes-vous prêt à faire dans cette direction ?

Au Chili, nous n’avons pas du tout le sentiment de sortir de l’urgence, en fait la situation empire chaque jour, chaque semaine. Non seulement la santé de beaucoup, la mort de beaucoup, reflète l’échec de notre système de santé ; il faut aussi penser à l’énorme chômage qui se répand même parmi les emplois d’utilité sociale primaire comme les enseignants du primaire ainsi qu’à la pauvreté de tant de personnes qui aujourd’hui n’ont pas de nourriture. Tout notre système a échoué et il ne suffira pas d’introduire de petits changements individuels.

Si nous voulons sortir de cette « normalité » inhumaine, nous devrons changer le système, sortir du capitalisme pour de bon. Bien sûr, nous ne voulons même pas revenir à des systèmes sociaux et politiques déjà défaillants, comme le communisme ou le fascisme, même s’il y a encore des voix qui les soutiennent. Je pense à une proposition absolument nouvelle, une proposition humaniste : un système décentralisé, basé sur la démocratie réelle, avec un niveau de justice sociale jamais connu auparavant et une participation de la base capable de mettre en œuvre ces nouvelles relations. Je suis prêt à réfléchir, à écrire, à proposer, à participer au niveau du quartier, de la ville, de la région, du pays et aussi à un niveau encore plus large et international, car donner forme à un nouveau paradigme nécessite le travail de nombreuses personnes. Et je veux être l’une d’entre elles.

Que faudrait-il pour soutenir ce changement, au niveau personnel et social ?

Sur le plan personnel, il est nécessaire d’être convaincu et clair à ce sujet et de donner la priorité à cet énorme besoin de notre époque par rapport à tout autre changement partiel, en utilisant son temps, son énergie et sa passion dans ce sens. Sur le plan social, il y a encore beaucoup à clarifier, à réfléchir, à organiser. Nous devons donner un espace comme protagonistes aux jeunes et aux femmes, aux nouveaux acteurs sociaux qui voient les choses plus clairement parce qu’ils subissent plus que d’autres la violence du système actuel.