Entretien avec Elayne Whyte Gómez, ambassadrice du Costa Rica auprès de l’ONU à Genève

29.08.2019 - Genève, Suisse - Tony Robinson

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien

Entretien avec Elayne Whyte Gómez, ambassadrice du Costa Rica auprès de l’ONU à Genève
Elayne Whyte Gomez, ambassadrice du Costa Rica auprès de l'ONU à Genève, interviewée le 12 décembre 2018 à la mission costaricienne auprès de l'ONU à Genève pour le documentaire 'Le début de la fin des armes nucléaires'. (Crédit image : Álvaro Orús)
Le 6 juin, Pressenza a présenté son tout dernier documentaire, « Le début de la fin des armes nucléaires ». Pour ce film, nous avons interviewé 14 personnes, expertes dans leur domaine, qui ont pu nous donner un aperçu de l’histoire des armes nucléaires, du processus qui a conduit au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires et des efforts actuels pour les stigmatiser et transformer l’interdiction en élimination. Dans le cadre de notre engagement à mettre cette information à la disposition de tous, nous publions les versions complètes de ces entrevues, ainsi que leurs transcriptions, dans l’espoir que cette information sera utile aux futurs documentaristes, militants et historiens qui aimeraient entendre les puissants témoignages enregistrés dans nos entrevues. Cet entretien nous a été accordé par Elayne Whyte Gómez, Ambassadrice du Costa Rica auprès de l’ONU à Genève, qui a présidé la conférence de négociation du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires de mars à juillet 2017. L’interview a été réalisée à la Mission du Costa Rica à Genève le 12 décembre 2018. Nous avons interrogé Elayne sur son travail en tant qu’Ambassadrice du Costa Rica à la Mission à Genève, sur l’expérience qu’elle a acquise en présidant la conférence de négociation du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, sur le rôle des femmes et de la société civile dans ce processus et sur les enseignements tirés de la mise en œuvre du Traité. L’interview a été enregistrée en espagnol, et la transcription traduite se trouve ci-dessous. Questions : Tony Robinson, Vidéo : Álvaro Orús. Pour voir la vidéo ( 25′ 50′′ ) avec les sous titres en français : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo).   2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement.    3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquer sur Français. Transcription du texte traduit Bonjour. Je suis Elayne White Gomez. Je suis costaricienne, tout d’abord, et cela a une signification très importante parce que j’ai reçu de mon pays une formation, une manière de voir le monde et les relations dans lesquelles nous recherchons toujours la coexistence pacifique. Je suis actuellement Ambassadrice du Costa Rica, représentante permanente auprès du siège des Nations Unies à Genève, en Suisse, où siège un groupe d’organisations très importantes qui s’occupent des droits humains, du désarmement et de nombreux autres domaines tels que la santé, le travail, l’environnement, etc. Le travail que vous faites en tant qu’Ambassadrice auprès de l’ONU à Genève Eh bien, tout d’abord, le travail que nous faisons, ce que je fais en tant que représentante de mon pays, c’est d’abord de chercher à contribuer du point de vue de mon pays, du Costa Rica, un pays qui a décidé, il y a 70 ans, d’avoir une approche différente de la paix et de la sécurité en abolissant ses forces armées. Cela signifie donc pour un pays comme le nôtre que nous avons mis toute notre confiance dans un système international, que nous pouvons résoudre les conflits et les problèmes de l’humanité grâce à des règles et des institutions. Ainsi, lorsque nous sommes immergés dans un environnement multilatéral, nous essayons de contribuer évidemment avec notre voix, avec notre vision sur les différentes questions sur lesquelles nous travaillons, mais aussi sous-jacent, que nous essayons toujours de construire une structure pour cette gouvernance mondiale. En d’autres termes, nous tenons toujours à ce que des règles, des accords et des traités soient élaborés. Nous avons un attachement et une conviction très importants pour l’impact de la loi. Nous sommes donc toujours très impliqués dans la création du droit, du droit international, dans la création de structures de coopération et, oui, nous sommes également très intéressés par ce que nous appelons l’État de droit international. Cela signifie que dans tous les processus décisionnels, il faut respecter la primauté du droit, les règles sur lesquelles nous nous sommes entendus, que les processus doivent être ouverts, transparents, participatifs, inclusifs et que toutes les voix de tous les êtres humains et de toutes les zones géographiques du monde doivent être entendues. Comment avez-vous été élue pour la présidence des négociations ? Comment vous sentiez-vous ? Eh bien, voyons voir. Je pense que mon pays a présenté la demande qui devait recevoir l’aval du groupe régional, en l’occurrence du groupe latino-américain et caraïbe. Cela s’explique par les conversations que nous avons eues avec différents acteurs très impliqués dans le processus et qui considéraient que le Costa Rica pouvait jouer un rôle important, étant donné l’historique de notre travail sur le désarmement en général, sur le désarmement nucléaire et plus particulièrement sur ce processus. Et d’un point de vue personnel, puisque j’avais été impliquée dans les dernières années où le processus, mené depuis Genève, avait généré une série de résolutions et certainement des groupes de travail, deux groupes de travail ici à Genève, l’un, le premier groupe de travail sur le désarmement nucléaire, avait également été présidé par un Costaricien, mon prédécesseur l’Ambassadeur Manuel Dengo. Puis vint l’une des premières étapes. Lorsqu’il a été décidé de travailler sur la base d’une interdiction légale, de combler ce vide juridique et que ce groupe de travail a été créé ici en 2016, j’ai évidemment été très impliquée d’un point de vue personnel et, bien sûr, nous sommes très actifs ici à Genève et nous pourrions alors faire connaître un peu le travail et aussi le style de négociation et le travail que nous avons. C’est une combinaison évidente d’émotions humaines. Je pense que la peur est évidemment la plus dominante, oui, bien sûr, et le sentiment d’avoir une très grande responsabilité sur ses épaules. C’est cette combinaison d’émotions et cela varie selon l’instant. Dans le moment présent, il y avait et il y a beaucoup d’espoir, d’anticipation. À un moment donné, nous avons été confrontés à une grande complexité. Vient ensuite un peu plus le sentiment de rechercher la paix et la tranquillité pour pouvoir penser. Mais oui, de toute évidence, il y a un mélange d’une grande peur et d’un grand intérêt et d’une force pour contribuer. Dans le passé, c’était mon rôle dans ma vie professionnelle, c’était mon travail d’être dans des processus avancés, de générer des changements, de promouvoir la législation… Depuis toujours, pratiquement partout où je suis allée, c’est mon travail de regarder vers l’avant et de repousser les limites. Donc, cette expérience a aussi généré une force en moi, et cette force a aussi compensé la peur. Sur le rôle des femmes Il est très clair qu’il y a deux approches lorsqu’on parle de la participation des femmes. La première est qu’il s’agit des droits et de la justice. C’est-à-dire, nous sommes membres de l’humanité, nous avons le droit de participer. C’est donc fondamental, mais en plus de contribuer à cette exigence fondamentale d’être inclusif et de refléter la composition de la société, il y a un aspect qui est central, à savoir que tous les êtres humains sont différents. Nous avons une sorte de spécificité, et les femmes y contribuent aussi du point de vue de notre propre expérience. Et il y a certainement eu beaucoup de recherches récemment sur les caractéristiques que les femmes apportent lorsque nous sommes dans un processus de négociation. Et il y a certainement une contribution d’un point de vue différent qui renforce les processus de négociation. Je pense que c’est fondamental, me semble-t-il, une sorte de, je dirais plus que du courage, une volonté de prendre des risques en faveur d’une chose en laquelle on croit profondément. Et aussi une volonté d’explorer de nouvelles choses, ce qui était très important dans ce processus de conférence. Mais aussi la recherche d’une atmosphère positive, constructive, avec un esprit d’équipe. Je pense que c’était également très important dans le processus. De toute évidence, toutes les femmes qui occupaient ces postes de direction avaient une capacité, une formation et des connaissances impressionnantes en la matière. C’est évident, et c’est le fondement, n’est-ce pas ? Mais j’ai eu beaucoup de force et je pense que j’ai aussi reçu un soutien très important, évidemment de la part des femmes déléguées. Je pense que j’ai reçu un soutien très important de toutes les délégations. Mais il me semble que c’était un élément distinctif, la capacité de recevoir de nouvelles idées, des approches rafraîchissantes et de rechercher un environnement de travail et de négociation qui tend à jeter des ponts et à avoir un climat de confiance et d’espoir. Sur le rôle de la société civile Eh bien, tout d’abord, je pense que c’est la nouvelle expression du multilatéralisme et la nouvelle expression de ce que nous avons aujourd’hui dans la communauté internationale. En d’autres termes, les gouvernements sont un acteur, nous avons une façon de faire notre travail, mais nous ne pouvons plus travailler sans les gens. Le fait est que les personnes qui sont si habilitées aujourd’hui, interconnectées, sont une force impressionnante pour donner une direction à la société internationale que nous bâtissons aujourd’hui. Par conséquent, il est pratiquement impossible de penser que les gouvernements peuvent être seuls : nous essayons de résoudre les problèmes de l’humanité. Nous avons besoin de la société civile dans toutes ses expressions et c’est peut-être quelque chose que je voudrais souligner. Parce que lorsque nous parlons de la société civile, nous parlons de militants engagés en faveur du désarmement nucléaire, nous parlons de victimes. Nous parlons d’êtres humains dans leur expérience humaine, dans cette vie, qui ont connu les horreurs de ce que nous essayons de résoudre. Cela a donné à la conférence un esprit, un sens de l’éthique et de la justice, ce qui n’aurait pas été possible s’ils n’avaient pas été là. En d’autres termes, par exemple, écouter dans la salle au début des négociations, le témoignage de Setsuko Thurlow, par exemple, et de nombreuses victimes qui étaient là, non seulement des explosions au Japon, mais aussi des essais nucléaires qui ont suivi. Je veux dire, ce sont des gens qui apportent l’expérience humaine, c’est-à-dire l’impact sur l’expérience humaine. Ensuite, il y a aussi, dans ce concept de société civile, le monde universitaire. Et là, nous avons des spécialistes, des médecins et de grands savants qui nous ont fourni des connaissances très importantes. Je leur ai même dit, lors d’une réunion que j’ai eue avec la société civile, que j’avais vu dans ce processus un mélange très intéressant de raison et de conviction. C’est-à-dire que nous avions évidemment toutes les connaissances rationnelles et scientifiques, si vous voulez, intellectuelles, mais il y avait aussi une force de conviction. Ainsi, cette combinaison de la société civile, des États, et même de la partie rationnelle et des connaissances spécialisées, me semble être la chose la plus extraordinaire qui doit être analysée dans cet espace et qui peut bien sûr contribuer à l’avenir. En ce qui concerne l’absence de pays dotés d’armes nucléaires Eh bien, voyons voir, je pense qu’il y a une analyse très claire : lorsqu’il y a un processus de négociation dans une salle et que les opinions divergent énormément, il est beaucoup plus difficile de rapprocher les positions. Donc, le fait qu’ils n’étaient pas là, qu’ils ne participaient pas, a évidemment créé une dynamique dans laquelle les positions extrêmes n’étaient pas là, elles étaient absentes, donc il y avait des différences d’approche, mais pas en termes de but de l’exercice. De toute évidence, cela a donc permis d’effectuer le travail dans le peu de temps dont nous disposions. Quand avez-vous pensé, oui, qu’on allait le faire ? Je dirais qu’il y a eu deux ou trois moments clés. Lorsqu’une conférence donne le coup d’envoi, dans ce cas, à cette conférence de négociation, nous devions dire que nous avions déjà reçu, que nous avions déjà avancé ce que nous pouvons appeler la théorie du changement, ce que nous voulions réaliser. Parce qu’un travail a été fait ici à Genève et évidemment lors des conférences sur l’impact humanitaire. Ainsi, à l’époque, il y avait déjà une mine de connaissances, d’objectifs et de perspectives. Mais toute cette grande richesse a dû être passée au crible des négociations et des différents intérêts de tous les pays, et l’un des premiers défis a été que la conférence prenne un bon départ. Et cela signifie que tout commence positivement, y compris la résolution d’un problème dans lequel de nombreux processus s’enlisent ou s’arrêtent ou dans lequel il faut investir trop de temps et d’énergie, c’est-à-dire dans la définition du règlement intérieur. Du point de vue d’une présidence, peut-être que ceux qui négocient ne le voient pas de ce point de vue, mais du point de vue d’une présidence, pour prendre un bon départ, il est nécessaire que ce groupe ne se laisse pas entraîner dans des discussions qui ne sont pas substantielles avec l’objectif que nous poursuivons. C’est pourquoi il était absolument essentiel pour moi que nous soyons parvenus à nous mettre d’accord sur les questions opérationnelles et procédurales et sur le règlement intérieur de la conférence. Elle est également très importante parce que ce règlement intérieur prévoit la possibilité de prendre des décisions même par vote si un consensus ne peut être atteint. C’était donc fondamental pour le processus en tant que tel, fondamental pour le cadre décisionnel et fondamental pour ce que nous appelons dans ces processus les  » gains à court terme « . Lorsque vous êtes dans un processus à long terme, vous devez générer des gains rapides qui renforcent la confiance dans le processus et la capacité de réussir. La première fois que j’ai senti que nous étions sur la bonne voie et cela m’a donné un grand espoir, c’est lorsque nous avons pu approuver toutes les questions administratives de la conférence, le premier jour, en une heure, et éviter à tout prix d’engager ou de permettre à la conférence d’engager des discussions non substantielles. Puis, une fois que nous avons traversé cela, c’était la première lueur d’espoir pour moi. Il y a eu une deuxième lueur d’espoir à la fin de la première semaine de négociations. Parce que, outre le fait que nous sommes parvenus à décoller sans le traumatisme des discussions négatives, nous avons ensuite généré ces discussions, ces échanges entre la société civile et les universitaires, les délégations, et il y avait une atmosphère tellement positive et enthousiaste qu’elle nous a permis de clore la conférence avec une atmosphère d’espoir et de conviction de la part de toutes les délégations, qui m’a même permis de dire à toutes les délégations : « Nous allons adopter ce traité le 7 juillet. » Définir cet objectif et réaffirmer cet objectif pour tous, au nom de la présidence également, c’était le deuxième moment. Et puis, au cours des négociations, il y a eu un moment particulier où au moins l’une des questions les plus complexes de la négociation a été de savoir comment aborder la question de la possibilité que les États nucléaires fassent partie du traité pour entreprendre leur processus de désarmement dans le cadre de ce régime. C’était très complexe parce que c’était totalement nouveau. Ainsi, une fois que j’ai commencé à voir que nous faisions des progrès dans cette négociation et que j’ai reçu les dernières contributions et les derniers rapports d’un des facilitateurs, qui m’aidait sur certains points centraux, il est venu un moment où j’ai pu consolider un texte que j’ai vu et que j’ai dit : « C’est déjà un traité et nous y allons pour ça. » Ensuite, il y avait deux ou trois points complexes à négocier pour pratiquement le dernier jour, c’est-à-dire deux jours avant que le traité ne soit adopté. Puis, la séance du mercredi 5 juillet à 18 heures, lorsque j’ai suspendu la séance parce qu’il était déjà clair que nous avions le traité prêt, mais cette séance du mercredi était une séance essentielle pour que le texte, qui avait été élaboré avec la participation et la contribution de tant de personnes, ne soit pas ouvert. Au lieu de cela, nous irions jusqu’au bout avec ce bloc de consensus. Qu’avons-nous appris qui sera utile à l’avenir ? Pour répondre à cette question, je pense que nous devons être clairs sur le rôle que jouent le droit international et les normes internationales dans la construction de la société internationale que nous recherchons. Et nous ne pouvons pas ne pas voir ce processus dans une perspective historique à long terme, car il y a des changements, il n’y a rien de pérenne dans l’histoire humaine. Dans l’histoire de l’humanité, nous sommes en évolution permanente et d’importants changements ne se produisent pas du jour au lendemain. Prenons un exemple. Aujourd’hui, il nous semble très clair que l’esclavage a été aboli. Mais il y a longtemps, dans l’histoire de l’humanité, où l’esclavage était la norme, le colonialisme et bien d’autres calamités de l’interaction humaine que nous avons dû réparer. Donc, sans les gens qui se battaient pour la fin de l’esclavage au moment précis où cela se produisait, s’ils avaient pensé que l’adoption d’une loi ou d’un traité dans un endroit très précis ne serait pas possible, nous n’aurions pas ce que nous avons. Ma première réponse est donc que nous devons l’examiner d’un point de vue historique, à long terme. Le premier impact du traité est donc de changer la façon dont la communauté internationale traite les armes nucléaires. Passons donc d’un discours qui considère les armes nucléaires comme un mal nécessaire, à un moment où la communauté internationale dit que les armes nucléaires, au contraire, constituent un risque pour l’existence de l’humanité, doivent être éliminées et sont contre la conscience humaine, essentiellement et fondamentalement. Changer le discours et changer la perspective, c’est aussi changer la façon dont nous négocions en ce qui concerne les armes nucléaires. Cela change complètement la politique de désarmement nucléaire, ce traité, et il est également entendu que nous traversons de toute évidence des étapes historiques et qu’après l’avènement de l’ère nucléaire, il s’agit manifestement d’un grand appel en faveur de l’interdiction des armes nucléaires. Mais la grande préoccupation était d’empêcher la prolifération et c’est pourquoi nous avons mis en place un régime de non-prolifération. Et ce régime de non-prolifération comprenait également l’obligation pour nous d’aller de l’avant et de détruire les armes en stock, puis de revenir à un monde sans armes nucléaires. Ainsi, dans ce processus historique, où nous nous voyons par étapes, je crois que nous entamons également une nouvelle étape où nous mettons l’accent sur l’abolition, l’élimination et le désarmement. Il est évident qu’il y a aussi un impact en termes de formation et de perception de l’opinion publique, ce qui est fondamental dans le monde des êtres humains hyper-connectés et autonomes que nous avons aujourd’hui. Et nous avons aussi un impact sur certaines structures, parce que, puisqu’il existe un droit international, cela a aussi un impact même sur les systèmes financiers. Par exemple, dans le secteur financier, la capacité de financer les entreprises liées à la production d’armes nucléaires diminue déjà en raison de l’interdiction, qui figure à l’article premier, qui est une disposition très large ayant trait à un très large éventail d’activités liées aux armes nucléaires. Il y aura donc des répercussions, peut-être en blocs, et nous vivons un moment très complexe et très difficile sur la scène politique mondiale. Nous sommes dans un processus de transition et de changement structurel et la communauté internationale est déjà passée par ces étapes, c’est ce dont nous devons nous souvenir. Pensons, par exemple, si nous prenons la norme contre le colonialisme, qui a aussi mis beaucoup de temps à se forger, il est également vrai que ce processus de construction de cette norme sur l’autodétermination des peuples a eu lieu à un moment où le colonialisme était à son apogée. C’est pourquoi il y a des règles qui ont été établies pour arriver à un moment où, à partir des années 1960, tout le processus que nous connaissons aujourd’hui a été mis en place, par exemple les Nations unies, qui ont commencé avec 53 États, en ont 193-4 maintenant, ce qui fait que la communauté internationale est également soumise à un changement structurel et c’est pour cette raison que les règles sont là, et ce à ce moment-là que l’on est en train d’en faire, que l’on en fait, comme on peut le voir, dans un processus qui s’étend sur les années 60, où, par exemple, l’ONU, qui avait au départ 53 Etats, est passée de 193-4. Je pense donc que la première chose à considérer est l’être humain et que la société internationale de toutes les sociétés évolue sur la base des idées et des conceptions que nous avons sur les problèmes. Une fois que nous changeons les idées et la façon dont nous voyons les problèmes, notre façon d’agir commence à changer et c’est ainsi que le changement est généré. En ce qui concerne votre motivation ? Il y a une force intérieure qui dit que nous ne pouvons pas échouer. Nous n’avons pas le luxe d’échouer, même si les choses deviennent difficiles, nous devons continuer à essayer. Et c’est vrai, non seulement au niveau international, mais aussi au niveau national. Et à chaque instant de ma vie personnelle, mais aussi de ma vie professionnelle, j’ai été confrontée à de nombreuses idées, rêves et aspirations qui requièrent, pour être réalisés,  de passer par un processus très complexe. Et en ces temps difficiles, ce qu’il faut faire, c’est, comme dirait un entraîneur de baseball, « Gardez l’œil sur la balle. » Il faut garder un œil sur l’objectif que l’on cherche à atteindre, et c’est une conviction que nous ne pouvons échouer.   Voir l’ensemble des entretiens du documentaire : Entretien avec Tim Wright, de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires ICAN Entretien avec Dr. Ira Helfand, de l’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire IPPNW Entrevue avec Alice Slater Entretien avec Setsuko Thurlow, survivante de la bombe d’Hiroshima Entretien avec Kathleen Lawand, Comité International de la Croix Rouge Entretien avec Carlos Umaña, de l’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire IPPNW Entretien avec Susi Snyder, Ne misez pas sur la bombe [Don’t Bank on the Bomb] Entretien avec Ward Wilson, auteur de « Cinq mythes sur les armes nucléaires » Entretien avec Daniel Högsta, Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires Entretien avec Beatrice Fihn, de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires ICAN Entretien avec Elayne Whyte Gómez, ambassadrice du Costa Rica auprès de l’ONU à Genève Entretien avec Ray Acheson, de la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté
Catégories: Interviews, Paix et Désarmement, Video
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.

maltepe escort