Milagro Sala : chronique d’une visite à la prison de Güemes

12.08.2018 - Argentine - Redazione Italia

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien, Allemand

Milagro Sala : chronique d’une visite à la prison de Güemes
Raul et Milagro (Photo de Tupac Amaru)

Nota : Milagro Sala, première prisonnière politique en Argentine de la gestion Macri, condamnée sans preuve, en prison depuis le 16 janvier 2016. Voir aussi : Articles sur Milagro Sala

 

Depuis quelques jours, Milagro Sala est à nouveau détenu arbitrairement à la prison de Güemes à Salta (Argentine), en dépit de la réglementation internationale et nationale qui a exigé à plusieurs reprises l’assignation à résidence en attendant la tenue des différents procès ad hoc. La leader sociale de Tupac Amaru a répondu à ce nouveau mauvais traitement par une grève de la faim de protestation et une lettre dénonçant la persécution politique des opposants (pas seulement la sienne) pendant que « notre cher pays est vendu au FMI ». Nous rapportons ce témoignage de Raúl Noro, son compagnon depuis de nombreuses années, également sous enquête d’être parmi les dirigeants de Tupac Amaru, suite à la visite qui a eu lieu ce samedi 11/08/2018 :

« Nous sommes arrivés à la prison avant midi. Nous avons fait les procédures de vérification de la documentation, puis nous avons mis ses vêtements et d’autres articles sur la table pour vérification et nous avons été guidés dans une pièce intérieure pour la rencontrer. »

« Elle semblait toujours affectueuse et attentive à chaque détail.
Elle nous a averti qu’elle était encore en grève de la faim : elle ne buvait que des liquides. Nous le savions et c’est pourquoi nous n’avons pas apporté de nourriture solide pour le déjeuner. Seulement des bouteilles d’eau minérale. Elle a embrassé ses enfants et moi et nous nous sommes assis pour parler, dans une petite cour d’à côté. »

« Son petit-fils Amaru, a commencé à jouer avec elle, à construire des avions en papier qu’elle a fait voler avec sa grand-mère : l’un d’eux a atterri sur ma tête chauve, faisant rire tout le monde. »

« A un moment donné, elle m’a confessé : ‘Je suis dans une cellule seule et isolée…’ Nous lui avons proposé de lui apporter une télévision et une radio ; elle a refusé et a dit fermement : Si j’accepte cela, cela signifie que je dois rester’. Elle a ajouté : ‘Je ne veux pas que rien me retienne dans cet endroit’ pendant qu’il buvait une gorgée d’eau minérale. »

« Nous avons laissé de côté les questions difficiles et avons parlé de tout : les parents, les amis, le vent du nord, les anecdotes de nos connaissances. Et nous continuons à jouer, comme les enfants, avec la chanson ‘je vois/je vois/qu’est-ce que tu vois…’. »

« Mais il est venu le moment de partir, elle baissa les yeux et chuchota : ‘N’oubliez pas que tout cela n’a rien à voir avec moi’. Puis, affectueusement, elle nous a embrassés, un par un, avant de disparaître par une porte, entourée de trois gardiens de la prison… »

Catégories: Amérique du Sud, Droits humains, International
Tags: , , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Mobilisations quotidiennes EN DIRECT à Santiago 14.12.19

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.