Pourquoi les troubles en Colombie ne s’arrêteront pas de sitôt

22.05.2021 - Colombie - Angelo Cardona

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Allemand

Pourquoi les troubles en Colombie ne s’arrêteront pas de sitôt
Manifestation suite au suicide d'une jeune fille après des abus sexuels commis par la police. Samedi 15.05, une marche de protestation massive a inondé les rues de Bogota. Les manifestations antigouvernementales nationales entrent dans leur 3e semaine. (Crédit image : Democracy Now)

Les manifestations en Colombie ont été déclenchées par la proposition d’une nouvelle réforme fiscale qui visait à réunir des fonds pour la relance économique générée par la pandémie. Une réforme qui prévoyait, entre autres, de taxer les produits les plus élémentaires du panier de la ménagère colombienne, une mesure qui finirait par plomber les poches des Colombiens, en particulier celles de la classe moyenne et des familles les plus pauvres qui ont été durement touchées par la crise générée par le coronavirus.

La proposition de réforme fiscale, au milieu de « la plus grande crise que l’humanité ait connue depuis la Seconde Guerre mondiale », selon les termes d’Angela Merkel, a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Des milliers de Colombiens ont rejoint la manifestation nationale organisée le 28 avril pour rejeter la réforme fiscale.

Le 2 mai, le président Iván Duque a annoncé le retrait de la réforme fiscale et a demandé de toute urgence qu’un nouveau projet de réforme soit traité. Selon le président,  »la réforme n’est pas un caprice, c’est une nécessité » et le nouveau ministre des Finances, José Manuel Restrepo, a également annoncé le 4 mai que le gouvernement n’investira plus 14 milliards de pesos (4,5 milliards de dollars) dans 24 avions de combat Lockheed Martin initialement prévus au budget.

Si ces annonces ont été un triomphe de la mobilisation sociale et en particulier des jeunes qui se sont mobilisés, le mécontentement social et les problèmes auxquels le pays est confronté sont beaucoup plus profonds et nécessitent des changements systémiques que le peuple colombien réclame depuis des années, pas seulement maintenant.

Les graves actes de répression, l’usage excessif de la force et la violation systématique des droits humains au milieu des manifestations par la police nationale et l’escouade mobile anti-émeute (ESMAD) ont accru le ressentiment des manifestants envers le gouvernement actuel et ses institutions.

L’ONG Temblores (tremblements) a signalé 39 décès avérés, 1 055 détentions arbitraires, 16 cas de violences sexuelles et plus de 350 disparitions jusqu’à présent dans le cadre des protestations. Mais ce qui importe ici, ce ne sont pas les chiffres, mais la vie et les rêves de chacun de ces jeunes qui, aujourd’hui, nous ont été enlevés par un État indolent.

Lucas Villa, étudiant en sciences de l’éducation sportive à l’Université technologique de Pereira, s’est distingué parmi les manifestants de la marche pacifique du 5 mai à Popayán par sa grande énergie et son attitude pendant le sit-in. Il était loin de se douter que cette nuit-là serait celle qui lui ferait perdre son rêve de devenir professionnel. Vers 19 heures, des inconnus sont arrivés avec des armes à feu et ont ouvert le feu sans discernement, où Villa a été abattu de huit balles. Après cinq jours de lutte pour sa vie, il est décédé à l’hôpital San Jorge de Pereira.

Diana Fernanda Díaz a dénoncé avoir été victime de violences sexuelles de la part d’un agent de l’ESMAD : « J’ai toujours cru que les forces de sécurité agissaient à cause de la provocation de la communauté, mais aujourd’hui j’ai été victime d’un acte qui mérite de perdre le respect de l’ESMAD. Aujourd’hui, j’ai été victime d’un acte charnel et violent de la part des policiers d’Esmad », a dénoncé Diaz.

Comme le montre ce témoignage, de nombreux Colombiens ont perdu la confiance dans les autorités et les institutions colombiennes, c’est pourquoi l’un des principaux défis du gouvernement actuel sera de rétablir cette confiance. Pour cette raison, l’un des points actuellement discutés dans l’agenda national est la réforme de la police et de l’Esmad comme conditions préalables pour garantir le droit de manifester.

La grande répression et la violation des droits humains que vit le peuple colombien n’est qu’une des causes de la mobilisation citoyenne. La Colombie a connu une crise sociale historique qui a été mise en lumière par la pandémie. Il n’y a eu aucune garantie pour les défenseurs des droits humains et les leaders sociaux qui ont été systématiquement assassinés depuis la signature de l’accord de paix. Il y a une dette historique avec l’éducation, qui souffre de déficiences en raison du manque d’investissement de l’État qui, au fil des ans, a manifestement préféré investir dans l’armement et l’équipement militaire faisant de l’éducation dans ce pays un privilège et nous, les jeunes, finissons par ne pas recevoir de l’éducation ; c’est pourquoi nous protestons, pour avoir un futur sûr.

L’écart économique entre les riches et les pauvres est trop important, et surtout le fait de voir la différence de salaire entre un membre du congrès et un employé ordinaire a augmenté le mécontentement du peuple colombien. Le gouvernement cherche également à privatiser le système de soins de santé, ce qui marquerait davantage l’inégalité sociale dans le pays.

Les problèmes auxquels la Colombie est confrontée sont multiples et structurels et nos revendications semblent ne pas vouloir être entendues, je pense donc que les manifestations ne se termineront pas de sitôt. La Colombie vit un moment historique et les jeunes en sont les principaux protagonistes, et ils ne sont pas prêts à s’arrêter tant qu’il n’y aura pas de changement systémique et réel, maintenant ce sont eux qui décident de leur avenir.

Catégories: Amérique du Sud, Droits humains, Jeunes, Opinion
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Femmes

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.