31 octobre 2020, midi. Sur la Place Syntagma, quatre jeunes polonaises vivant, étudiant ou travaillant en Grèce depuis quelques années ont invité via les réseaux sociaux les Athéniens à participer à un sit-in pour protester et exprimer leur soutien aux femmes en Pologne : elles sont confrontées à une nouvelle loi qui interdit le recours à l’avortement, sauf dans le cas où le fétus est atteint du syndrome de Down.

L’une des organisatrices, Maia Mazurkiewicz nous a parlé de leur initiative et nous a expliqué la situation en Pologne : « Nous nous réunissons aujourd’hui pour soutenir les Polonaises qui manifestent suite à la décision incroyablement politisée de la cours Constitutionnelle du 22 octobre qui déclare que l’avortement pour cause de fétus mal formé est inconstitutionnel. Cela représente 98% des avortements en Pologne. Bien avant cette décision, la loi polonaise sur l’avortement était la plus contraignante de l’Union Européenne. 80% des polonais refusent les restrictions additionnelles inclues dans cette loi. Malgré cela, le PiS, le parti ultra-conservateur Droit et Justice, a de nouveau utiliser les droits de l’homme pour protéger le pouvoir que leur ont donné des sympathisants catholiques fondamentalistes. Les Polonais sont dans la rue, en pleine période de pandémie car ils n’en peuvent plus. Des manifestations ont lieu partout en Pologne. Près de 150 mille personnes ont manifesté à Varsovie le 30 octobre ».

13_syntagmapoland

Cette initiative a été soutenue par les étudiantes et étudiants, les Polonais qui vivent à Athènes, les membres des mouvements féministes et LGBTQ+. Aujourd’hui, la Pologne et la Grèce font front. Le retour de telles politiques, où que ce soit sur terre, conduit les gens qui respectent les droits de l’homme à les défendre et à descendre dans la rue.

Video : Sit-in sur la Place Syntagma. Pressenza Athènes

 

Traduction de l’anglais : Frédérique Drouet