Retour à la normalité ? 11. Fulvio De Vita du Centre d’études humanistes « Salvatore Puledda »

24.06.2020 - Italie - Olivier Turquet

Cet article est aussi disponible en: Italien

Retour à la normalité ? 11. Fulvio De Vita du Centre d’études humanistes « Salvatore Puledda »

Après les réponses de Riccardo NouryLaura QuaglioloGiovanna Procacci, Giovanna Pagani, Guido Viale, Andreas Formiconi, Jorida Dervishi, Pia Figueroa, Renato Sarti et Yasha Maccanico, nous parlons avec Fulvio De Vita du Centre d’études humanistes « Salvatore Puledda ».

Maintenant que nous sortons de l’urgence Covid-19, beaucoup de gens disent : « Nous ne voulons pas revenir à la normalité parce que la normalité était le problème ».

Cela peut donc être une grande opportunité de changement. Selon vous, quel est le besoin le plus urgent de changement en ce moment et qu’êtes-vous prêt à faire dans cette direction ?

Mon impression concernant la situation actuelle, qui s’est encore renforcée lorsque le Covid-19 a commencé à se répandre dans tous les pays de la planète, est que le changement le plus profond que l’histoire humaine ait jamais connu a déjà commencé. La période de la pandémie mondiale n’a fait qu’accélérer le processus.

Dans ce contexte, je ne pense pas qu’il soit si nécessaire de poser des questions sur le changement le plus urgent à mettre en œuvre, car tout a déjà changé, tout s’est accéléré vers une transformation irréversible.

Je crois qu’à ce stade du processus, il est beaucoup plus utile de se demander comment nous pouvons gérer ce grand changement et quelle direction nous voulons vraiment prendre.

Un changement d’une énorme ampleur qui non seulement implique certains aspects de l’organisation sociale, comme certains pourraient le penser ou nous inciter à le penser (la santé, par exemple), mais qui implique tout à fait la même crédibilité qu’un système social.

Il est beaucoup plus clair pour tout le monde aujourd’hui qu’un système social comme le système actuel, organisé autour des besoins économiques des grands systèmes financiers, n’est pas en mesure de nous protéger contre la maladie, la pauvreté et la mort.

Cela n’a pas simplement le goût d’une revendication sociale de la cause (on veut plus d’hôpitaux, on veut plus d’assurance chômage, on veut changer de gouvernement, etc.), mais plutôt celui de la disparition globale et généralisée d’une image de futur qu’avant, apparemment, le système semblait garantir.

L’avenir s’est assombri, personne ne sait comment et quand il sera possible de sortir de la crise (sanitaire, économique, sociale) et personne n’est en mesure de donner certaines réponses. L’incertitude et la peur de l’avenir ont augmenté de façon exponentielle en quelques semaines.

La plupart des populations concernées aujourd’hui veulent seulement que tout redevienne comme avant, mais malgré les efforts que les gouvernements et les organisations de santé puissent faire, cela ne sera pas possible. Au contraire, l’incertitude de l’avenir augmentera les tensions sociales à un point tel que les gouvernements eux-mêmes devront accroître les mesures de contrôle et, en fin de compte, la violence, afin de maintenir une organisation sociale qui ne fonctionne plus depuis un certain temps.

Dans le cadre du grand changement qui a eu lieu et qui continuera à se développer de manière irréversible, nous devons également prendre en considération, et non comme un thème secondaire, cette étrange expérience de privation sensorielle que vit depuis plusieurs mois plus de la moitié de la population mondiale. En effet, en l’espace de quelques jours, plusieurs milliards d’habitants de cette planète ont dû interrompre leurs activités quotidiennes et professionnelles presque simultanément, ils ont dû s’éloigner de leurs affections, changer le rythme de vie et modifier les relations sociales.

Cette situation particulière a produit une profonde déstabilisation psychique dans laquelle les références habituelles ont disparu, les conditions qui donnaient une identité aux individus et aux groupes ont changé, créant une sorte de « vide » simultané dans la psyché de plus de la moitié de la population mondiale.

Une sorte de ralenti dans un film qui se déplaçait à une vitesse folle et qui ralentit soudainement presque jusqu’à l’arrêt. Les détails du visage, des vêtements, du paysage commencent à apparaître. Vous avez le temps d’observer tout ce qui se passe dans l’ensemble de la scène. Les gens apparaissent, même s’ils sont à des milliers de kilomètres, et moi-même j’apparais aussi dans la scène, effrayé, étourdi et parfois ennuyé… comme des millions d’autres personnes comme moi.

Même ce phénomène « étrange » ajoute à l’incertitude et à la peur de l’avenir qui ont été mentionnées et fait partie du changement irréversible, au point qu’il est difficile de reprendre le travail, de reprendre le rythme habituel, de comprendre ce qui s’est passé.

Un fossé s’est soudainement ouvert dans l’esprit de milliards de personnes, dans lequel de nombreuses questions se sont posées et, dans certains cas, des réponses, parfois positives, comme la solidarité, parfois moins positives.

Que faudrait-il pour soutenir ce changement, au niveau personnel et social ?

Les humanistes ont la responsabilité de répondre à ces questions car ils disposent des outils et des propositions qui peuvent accompagner ce grand défi.

En ce sens, je pense que l’on peut faire beaucoup, et même que l’on doit faire beaucoup, surtout en élaborant et en indiquant clairement les alternatives possibles dans les différents domaines sociaux. Il est essentiel que chacun d’entre eux repose sur une image claire et rassurante pour l’avenir : une santé publique non soumise aux lois du marché mais gérée en faveur des besoins de la population ; une économie coopérative et solidaire non manipulée et asphyxiée par les banques ou les grands systèmes financiers ; une véritable démocratie ; un tissu social basé sur la non-violence.

Au niveau de chaque individu et de nous-mêmes, nous ne pouvons pas ne pas considérer l’importance de ce « fossé » qui s’est ouvert dans l’esprit de chacun pendant une courte période.

Il est fondamental que les humanistes du monde entier expriment avec force que ce ralentissement n’est pas seulement un état passager dû à un petit virus traître, mais une possibilité concrète de commencer à se regarder dans les yeux, à reconsidérer sa vie et ses aspirations, ce qui nous permet de nous demander, peut-être pour la première fois, si nous voulons vivre et dans quelles conditions nous voulons le faire.

Catégories: Humanisme et Spiritualité, International, Interviews
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.