Chili : Le début de la fin du néolibéralisme ?

24.10.2019 - Santiago du Chili - Redacción Chile

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Chili : Le début de la fin du néolibéralisme ?
Manifestation à Santiago du Chili, lors de l'explosion sociale d'octobre (Crédit image : Laura Feldguer)

Le néolibéralisme a toujours essayé de nous convaincre que le libre marché, espérons-le sans réglementation, est la meilleure solution pour la croissance de l’économie et, par « ruissellement », pour le bien-être des individus en tant que consommateurs.

Son discours est essentiellement économique et le seul principe qu’il défend formellement est la liberté, mais il ne fait référence qu’à ce que le philosophe Isaiah Berlin définit comme la liberté négative, c’est-à-dire la sphère dans laquelle un être humain peut agir sans être gêné par autrui. Cependant, dans la Constitution politique imposée par la dictature de Pinochet en 1980, une hiérarchie spéciale a été établie pour les droits de propriété, sur les droits sociaux des individus et ceux qui concernent le bien commun. C’est, à mon avis, la cause qui a contribué à la création d’une société inégale et individualiste.

Laisser aux forces du marché les décisions qui devraient correspondre à la société dans son ensemble a engendré une énorme concentration du pouvoir qui a coopté le système politique. Et nous l’avons clairement vu au Chili ces dernières années, où même les grandes entreprises ont corrompu de nombreux politiciens pour légiférer en fonction de leurs intérêts. N’est-ce pas un problème éthique ?

Mais cela ne devrait pas attirer notre attention, c’est tout à fait conforme à la philosophie politique qui sous-tend l’idéologie néolibérale. Le néolibéralisme ne considère pas l’éthique comme le soutien du tissu social, parce qu’il ne croit pas en la société, il croit seulement au marché, où la seule chose pertinente est la transaction. Margaret Thatcher, icône politique du néolibéralisme et amie proche de Pinochet, l’a très bien dit : « La société n’existe pas, il n’y a que des hommes et des femmes individuels. S’il n’y a pas « un autre » avec qui nous partageons un espace commun, toutes nos actions n’affectent que nous-mêmes et, dans un tel cas, l’éthique n’a aucun sens. Pour cette raison, le mythique Robinson Crusoé n’a jamais eu à faire face au dilemme éthique, il n’y avait personne qu’il pouvait affecter. L’éthique n’existe que dans le domaine social.

Par conséquent, l’explosion citoyenne que nous vivons au Chili est une réaction d’ordre éthique qui rejette un système qui a démantelé le tissu social et l’a remplacé par un réseau de transactions économiques qui, finalement, a conduit à une absence brutale de protection des citoyens, au point que les abus et les inégalités font désormais partie intégrante de notre vie quotidienne.

Le gouvernement a tort d’axer le problème uniquement sur le vandalisme, mais c’est conforme à sa conception d’un manque de société. Pour reprendre les mots de Thatcher, ce serait quelque chose comme ceci : ce sont des hommes et des femmes qui commettent des actes criminels, mais les milliers et les milliers de personnes qui revendiquent ensemble et pacifiquement dans tout le Chili ne sont pas un phénomène individuel, ils démontrent que la société existe et réagit au néolibéralisme imposé par la dictature au Chili il y a 40 ans et qui a par la suite a été diffusé dans le monde.

Sommes-nous confrontés au début de la fin du néolibéralisme ? Nous verrons, et étant donné que nous, Chiliens, avons reçu sa première mise en œuvre, peut-être devrions-nous être la première solution pour nous en débarrasser, au bon moment, étant donné que face à la crise écologique que vit la planète, le néolibéralisme n’a pas de solution, il est au contraire une partie centrale du problème. La concentration du pouvoir économique qui a été générée dans le monde et qui a fait de la politique un bien marchand, est le plus grand obstacle à la résolution de la crise écologique mondiale, surtout à une époque où le concept de société doit être élargi pour inclure tous les êtres non-humains sur notre planète, avec un sens encore plus large de l’éthique.

Par Fernando Salinas

Catégories: Amérique du Sud, Economie, Opinion
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Journée de la Nonviolence

Journée de la Nonviolence

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.