Héroïsme, terrorisme et violence sociale : Notes en psychologie politique I

07.09.2018 - Moscú - Akop Nazaretyan - Centro Mundial de Estudios Humanistas

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Héroïsme, terrorisme et violence sociale : Notes en psychologie politique I
(Crédit image : Fotomovimiento.org)

Par Akop P. Nazaretyan

La différence comportementale et psychologique entre les terroristes des années 1990 à 2010 et ceux des années 1950 à 1980 reflète une tendance mondiale vers une pensée politique de plus en plus primitive. La structure et la logique des motivations religieuses et la foi littérale dans les récompenses de la vie après la mort rendent les activités des terroristes plus cruelles et destructrices que celles des « romantiques révolutionnaires » séculiers. Les conclusions de l’auteur se fondent non seulement sur des sources littéraires, mais aussi sur de nombreuses années d’observations personnelles et d’expérience pratique auprès de politiciens de différentes parties du spectre politique.

La dangereuse tendance psychologique s’accompagne d’une frontière floue entre la guerre et la paix, ainsi qu’entre les technologies militaires et nationales, et celles de production : les armes modernes sont de moins en moins chères et de plus en plus facilement disponibles. Le document montre que le recul de l’intelligence humanitaire, associé à un développement technologique rapide, a des effets dévastateurs sur la civilisation mondiale. Les calculs indépendants effectués par des scientifiques australiens, russes et américains ont montré que le siècle actuel devrait être crucial non seulement pour l’histoire de l’humanité mais aussi pour toute l’évolution planétaire, ce qui donne une responsabilité particulière aux générations actuelles.

Au cours des millénaires, la solidarité de groupe a été soutenue par l’image de l’ennemi commun (« ils – nous »), ce qui a en même temps facilité la formation du sens. En réalité, les conditions clés de la durabilité de la civilisation terrestre sont la formation et l’assimilation massive de nouvelles significations stratégiques sans confrontations intergroupes. Des expériences psychologiques (Muzafer Sherif et al.) et des observations politiques montrent qu’il existe une consolidation non conflictuelle. La science interdisciplinaire moderne fournit des points de base pour des significations panhumaines ; cependant, les attitudes politiques réelles évoluent dans une direction dangereuse.

Nous avons créé une civilisation de la Guerre des étoiles, avec des émotions de l’âge de pierre, des institutions médiévales et une technologie divine.

Edward Wilson

Fotomovimiento.org

Dans les années 1960, un journal soviétique populaire auprès des jeunes (« Komsomolskaya Pravda ») a rapporté une histoire de la vie scolaire de la province. Le Conseil de l’escadron des Pionniers (le pendant soviétique de l’organisation des Boy Scout) a décidé de priver un garçon de 11 ans de sa cravate rouge (signe d’appartenance à l’organisation) en raison de son mauvais comportement. Cependant, l’adolescent s’est battu pour son trésor avec ses poings, ses jambes et ses dents et n’a donné sa cravate ni à ses camarades ni aux enseignants qui sont venus les aider. Il a donc été expulsé de l’école parce qu’il était un « hooligan » et son cas a été transmis au service de police. Le journaliste venu de Moscou pour examiner l’affaire a sévèrement critiqué les enseignants et a souligné que la résistance de l’enfant aurait pu être considérée comme héroïque dans d’autres circonstances.

Le cas suivant semble encore plus dramatique. Une tentative de coup d’état militaire ratée mais sanglante s’est produite en janvier 1986 dans un pays du Proche-Orient. Dans les rues de la capitale, il y avait des affrontements et des explosions de bombes aériennes. Les épouses et les enfants du personnel étranger ont été emmenés d’urgence à un navire anglais voisin (ils ont dû traverser à gué pour s’y rendre) pour être évacués. Certes, ils ont dû laisser la plupart de leurs biens personnels à la merci du destin.

Soudain, l’épouse d’un secrétaire d’une ambassade soviétique (ils avaient tous les deux plus de trente ans) dit à son mari : « Fais ce que tu veux, mais je ne partirai pas sans deux choses. » Ces choses étaient un manteau de vison qui avait été commandé en Allemagne et un magnétoscope japonais – les articles de prestige qui ne pouvaient être achetés à Moscou à l’époque. Pour rapporter les deux articles, il fallait passer par un chemin rempli de dangers. Sa partie la plus dangereuse était la place d’armes sous les tribunes, où deux groupes de soldats s’affrontaient. Notre gentilhomme trouva un drap blanc et fît le tour de la place en le brandissant au-dessus de sa tête et en criant « Sovet rafic » (« camarade soviétique »). Les soldats ont respecté ce comportement téméraire et ont vraiment cessé le feu ; les trésors souhaités ont été donnés à la dame qui a joyeusement quitté le pays.

Le comportement de l’épouse aimante se passe de commentaires, mais le mari était très fier de son geste. Cependant, je ne lui ai pas posé la question qui aurait semblé manquer de tact : Risquerait-il sa propre vie si la vie de sa douce moitié était en danger ? Ou était-ce l’habitude préconçue d’obéir aux ordres de l’épouse autoritaire ce qui a vraiment influencé son action ? Après tout, peut-on le considérer comme héroïque ?

Pixabay

Des activités désintéressées qui semblent assez stupides à un observateur sont courantes dans les situations stressantes ; nous pouvons trouver de nombreux exemples similaires dans les beaux classiques et les activités pratiques. J’ai travaillé par hasard comme psychologue pendant plus de vingt ans (dans les années 1960-1980) auprès de partisans, de membres de groupes clandestins et de ceux que même la presse soviétique appelait « terroristes » en Amérique latine, au Proche-Orient, au Moyen-Orient et en Afrique. La variété de motifs qui incitaient des gens à mettre en danger leur bien-être et leur vie m’a toujours surpris. J’ai rencontré des gens vraiment courageux qui se dévouaient de tout cœur à une certaine idéologie. J’ai aussi connu des sadomasochistes maniaques : l’équivalence des motivations maniaques et héroïques est bien décrite dans la littérature correspondante [1]. Je me souviens aussi des timides (pour ne pas dire lâches) qui ont agi avec désintéressement, peut-être sous l’effet d’une attaque d’hystérie. La dépendance à l’égard d’un sentiment émotionnel vis-à-vis une situation ou une attitude réelle a été une autre de mes surprises régulières. Un ancien combattant avec des blessures de combat et des décorations cache à peine ses craintes dans la salle d’attente du dentiste. Un officier des troupes aéroportées se sent étourdi en regardant du balcon du cinquième étage. Un jeune militant clandestin équatorien avec une expérience de résistance dans des chambres de torture a des sueurs froides lorsqu’il entend le médecin moscovite proposer de traiter ses frissonnements avec un plâtre de moutarde ; même les jolies insinuations de l’infirmière sur sa virilité ne lui font pas accepter la procédure « douloureuse ».

Je me souviens aussi des trafiquants de drogue sud-américains qui ont accepté (après une propagande intelligente) les idées de « lutte contre l’impérialisme » et ont ainsi donné des nouveaux sens à la vie et acquis l’auto-évaluation. Les manuels nous disent que parmi les révolutionnaires russes et les héros de la guerre civile, nombreux sont ceux qui ont commencé leur carrière politique comme de vulgaires voleurs. Les ardents « combattants du pouvoir populaire » ont recruté de nouveaux associés dans les prisons ; ces faits historiques sont très semblables aux aventures des propagandistes modernes de l’État islamique.

Le sociologue russe et américain Pitirim Sorokin [2] a énoncé sa loi de polarisation pendant la Seconde Guerre mondiale. La loi stipule que deux pôles comportementaux sont ciblés au sein de toute population humaine dans des circonstances catastrophiques. D’une part, les pathologies sociales et psychologiques, l’égoïsme extrême, la lâcheté et la malignité sont actualisées. D’autre part, nous trouvons les exemples les plus brillants d’altruisme et de générosité. Conceptuellement, cela remonte aux modèles sociologiques de Vilfredo Pareto et Emile Durkheim et correspond à la théorie de l’aimant social par laquelle tant les hiérarchies de propriété et de pouvoir que les hiérarchies morales sont reproduites spontanément sous forme de pôles magnétiques. Les expériences sur les animaux montrent au niveau de base comment les niches fonctionnelles se reproduisent malgré les changements dans la composition individuelle des populations [3].

En fait, la grande variété de stratégies de comportement, surtout en situation de crise, augmente la viabilité de la population. Cependant, c’est là le point de vue d’un sociologue, éthologue, généticien comportemental ou théoricien du système. Mon problème ici, c’est la motivation individuelle. Après tout, en quoi une action « héroïque » est-elle différente d’une action « criminelle », « suggérée », « maniaque » ou simplement d’une action mercenaire si toutes peuvent comporter des risques mortels ? L’attribution dépend-elle exclusivement des valeurs propres à l’observateur ?

Emmanuel Kant [4] a fait la distinction entre les bonnes actions humaines, c’est-à-dire entre les actions « agréables » et les actions « morales ». Les premières sont motivées par une « disposition émotionnelle » tandis que les secondes exigent des efforts volontaires. Il est bien connu qu’une action altruiste peut être due au dépassement volontaire de la résistance instinctive ou de l’habitude acquise (post-volontaire), mais elle peut aussi être conditionnée par une pulsion involontaire qui a de profondes racines évolutives. L’instinct respectif a été hérité par les humains et complété par la « pragmatique » de la récompense céleste à un certain stade de son développement culturel.

Beaucoup plus tard, les humains ont appris à choisir consciemment entre le bien et le mal ; j’essaierai de démontrer que, quoi qu’il en soit, une action désintéressée ne peut être qualifiée d’héroïque que si elle n’est pas conditionnée par la foi en une récompense céleste. D’autres évaluations dépendent de nos valeurs sociales et politiques. Quelqu’un pourrait considérer comme héroïque la bataille du jeune pionnier pour sa cravate rouge, et une dame qui rêve d’un « véritable gentilhomme » se réjouira que son mari risque sa vie pour satisfaire le caprice de sa femme.

Mon intérêt particulier pour ce sujet inépuisable est de retracer l’évolution des formes du terrorisme politique. En particulier, je compare le terrorisme de « ton rouge » qui a prévalu dans les années 1950 et 1980 et le terrorisme qui a suivi et qui est passé dans le spectre des couleurs « noir-vert ».

Bien que le concept de « terrorisme politique » ait une longue histoire, il n’était pas aussi populaire dans le journalisme, avant les années 1990, qu’il ne l’est maintenant. Cependant, il n’a jamais été défini clairement. En 2004, mon collègue américain m’a remis une carte postale avec des photos de George Bush Jr. et de Ben Laden sur laquelle on lisait : « Le bon terroriste » et « Le mauvais terroriste » ; c’était certainement une satire. Les auteurs des « respectables » textes politiques n’appellent généralement pas ainsi les présidents et généraux qui envoient des bombardiers contre des civils : le terme s’applique aux groupes et aux individus qui tuent des gens sous des directives politiques sans occuper de hautes fonctions officielles.

De nombreux individus et mouvements politiques des décennies précédentes répondent à une définition similaire. Parmi eux, les « barbus » qui sont arrivés sur la goélette « Granma » sur la côte cubaine, Ernesto Che Guevara qui a tenté sans succès de provoquer un soulèvement massif du Congo à la Bolivie, les Sandinistes pendant leur lutte armée contre la dictature de Somoza, les guérillas de l’El Salvador, la Colombie et l’Angola, les « Brigades rouges » italiennes, etc. Certains d’entre eux croyaient aveuglément au léninisme, au maoïsme ou à d’autres théories du « progrès social », et la chaleur émotionnelle de leur foi était comparable au fanatisme religieux des militants islamiques.

Cependant, les « révolutionnaires romantiques » ont attaqué des casernes militaires et des casernes de police ou tué des politiciens odieux (d’après eux) mais ont essayé de minimiser les pertes civiles. Même les enlèvements et autres formes de chantage étaient accompagnés de revendications et de négociations définitives, pour que les otages aient une chance de survivre. Cela concerne également les nationalistes de toutes sortes, y compris les Palestiniens qui étaient pour la plupart athées à l’époque (ce qui a été une source de conflits avec leurs voisins religieux) : s’ils tuaient des otages, c’était après l’échec des négociations. Les Irlandais et les Basques avaient l’habitude de prévenir d’une explosion pour que la police ait le temps de désamorcer la bombe et d’évacuer le public.

Les nouveaux terroristes se comportent d’une toute autre manière, et je vois ici une distinction essentielle entre les adeptes des quasi-religions de la Nouvelle Époque (les idéologies nationales et de classe) et les religions médiévales de révélation ; cette distinction est très pertinente pour le travail pratique. Après nous être abstraits des infinies variantes individuelles et en suivant l’axiome de la rationalité subjective [5] [6], nous pouvons reconstruire les modèles de leur logique motivationnelle.

L’autorité divine des leaders idéologiques, la vie posthume et la vengeance ne sont que des allégories pour les radicaux séculiers. Dans de nombreux cas, l’idée d’immortalité dans la mémoire reconnaissante de la descendance compense leurs complexes personnels et rationalise les impulsions inconscientes d’agression affective qui sont ennoblies par de hautes significations. Cependant, même si on est prêt à risquer sa vie pour un avenir meilleur, ce qui les inspire, dans le meilleur des cas, c’est de laisser leur marque immortelle dans le monde à venir.

Pixabay

Le mécanisme compensatoire des guerriers religieux se construit d’une autre façon : ils servent leur Seigneur céleste (dont les ordres, y compris la bénédiction pour la guerre sainte, viennent de Ses représentants terrestres) ; le Paradis et l’Enfer ne sont pas des figures allégoriques mais les véritables espaces d’habitabilité. En envoyant des infidèles au feu et au soufre, un kamikaze donne à son âme un bonheur éternel. Certaines versions modernes de l’Islam complètent la garantie inconditionnelle et immédiate du Paradis avec un bonus particulier : celui qui meurt dans une guerre sainte peut demander d’attirer soixante-dix âmes supplémentaires dans le futur [7]. Par conséquent, les voisins félicitent les parents du héros mort et essaient de leur plaire dans l’espoir de gagner la protection du ciel pour leurs propres âmes.

Les observations pratiques démontrent que tous ces fantasmes sont vus littéralement. Un agent du Mossad qui a été invité au Comité antiterroriste de la Douma d’Etat russe (Parlement) en 2009 nous a expliqué pourquoi les « shahids » masculins étaient souvent remplacés par des femmes. Il a rappelé que le paradis musulman était plus « intéressant » que celui des chrétiens, où les âmes désincarnées restent dans une prostration heureuse. En revanche, un musulman fidèle se trouve dans la joie éternelle avec le vin et l’amour des femmes. Pour jouir pleinement de l’amour, l’homme doit garder la partie correspondante de son corps. Ainsi, s’armant d’explosifs, il défend son phallus avec des tôles d’acier. L’« armure » locale modifie la marche de l’homme, de sorte que les agents des services spéciaux ont appris à enregistrer visuellement le tueur qui approche ; après cela, il est beaucoup plus facile de le neutraliser. Dès que les organisateurs terroristes s’en sont rendu compte, ils se sont davantage tournés vers les femmes : celles qui « n’ont rien à perdre » n’ont pas besoin d’une défense particulière.

La littérature pertinente est pleine d’histoires sur les veuves et les épouses « noires » qui explosent pour se réunir avec les guerriers morts. De plus, le désir d’atteindre le paradis est parfois autosuffisant : « Je ne voulais pas me venger de quoi que ce soit. Je voulais seulement être un martyr » [7, p. 31].

En exagérant un peu, je peux affirmer que le sacrifice personnel dans un contexte séculier nous laisse une grande place pour évaluer si le geste, selon nos propres croyances, se classe parmi l’« héroïsme, l’idiotisme ou le crime », alors que le sacrifice personnel religieux est toujours égoïste à grande échelle ; ici, l’échelle d’évaluation est aplatie en excluant la coordination de l’héroïsme. Ce qui est particulièrement important, c’est que le passage au terrorisme religieux est l’un des symptômes de la régression spirituelle ; nous en avons la preuve en suivant les tendances historiques à long terme.

Sources

[1] Hare R.D., Without Conscience : The Disturbing World of the Psychopaths among us. New York, Guilford Press, 1999. (En anglais)

[2] Sorokin P.A. Un long voyage : l’autobiographie de Pitirim A. Sorokin. Rowman Littlefield, 1963.

[3] Helder R., Desor D., Toniolo A.-M. Potential stock differences in the social behavior of rats in a situation of restricted access to food // Behavior Genetics, 1995. Vol. 25, no 5 : pp. 483-487. (En anglais)

[4] Kant E. Fondements de la métaphysique des mœurs // Emmanuel Kant. Œuvre en douze volumes, vol. 7, Francfort-sur-le-Main, pp. 385-464.

[5] Petrovsky V.A. De la psychologie de l’activité personnelle // Questions de psychologie, 1975, no 3 : pp. 26-38. (En russe).

[6] Nazaretyan A. L’axiome de rationalité subjective et une reconstruction théorique de la hiérarchie des pulsions humaines // Actes de l’Université d’État de Tartu. Vol. 714. Intelligence artificielle. Tartu : TSU, 1985 : pp. 116-132. (En russe).

[7] Hurries S. The end of faith. Religion, terror and the future of reason. New York., Londres : Norton & Co. 2005. (En anglais)

 

Parties 1, 2 et 3

Héroïsme, terrorisme et violence sociale : Notes en psychologie politique I

Héroïsme, terrorisme et violence sociale : Notes en psychologie politique II

Héroïsme, terrorisme et violence sociale : Notes en psychologie politique III

 

Traduit de l’espagnol par Silvia Benitez

Catégories: International, Nonviolence
Tags: , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.