Giulio Regeni, torturé à mort au Caire à 28 ans

10.02.2016 - Tlaxcala Translators

Giulio Regeni, torturé à mort au Caire à 28 ans
Images : tlaxcala-int.org

Par Jean-Pierre Filiu (*)

Giulio Regeni a fêté avec ses amis son vingt-huitième anniversaire le 15 janvier dernier dans cette ville du Caire qu’il aimait tant. Cet étudiant italien était en effet un passionné du monde et de la langue arabes. Il préparait une thèse d’économie à l’université de Cambridge sur le mouvement ouvrier en Égypte, et plus précisément sur les syndicats indépendants encouragés par la chute de Moubarak. La veille de ses 28 ans, Regeni avait publié, sous le pseudonyme d’Antonio Drius, un article sur le site italien Nena News consacré à l’agitation sociale de plus en plus préoccupante en Égypte.

Le 25 janvier 2016, le jeune chercheur a quitté son domicile en début de soirée, dans le quartier de Doqqi, sur la rive gauche du Nil. Il était censé prendre le métro et retrouver un ami au marché de Bab al-Louk, sur l’autre rive du fleuve. Il n’y a que quatre stations de métro entre le domicile de Regeni et le lieu de son rendez-vous. Après El-Behoos, viennent Doqqi, Gezira, Sadat et Mohammed Naguib. La station Sadat, correspondant à la place Tahrir, épicentre de la révolution égyptienne de 2011, était fermée ce soir-là. Les autorités voulaient en effet éviter la célébration du lancement, cinq ans plus tôt, du soulèvement anti-Moubarak. C’est pourquoi le centre-ville était quadrillé et toute manifestation interdite, sur fond d’une vague d’arrestations préventives et de « disparitions » sans précédent. Nul ne sait si Regeni a pu atteindre El-Behoos, mais personne en tout cas ne l’a revu vivant après le départ de son domicile.

Le 3 février, la dépouille de l’étudiant italien a été retrouvée dans le fossé d’une banlieue du Caire, sur une route conduisant à Alexandrie. Son corps à moitié dénudé comportait des traces de sévices notamment, selon le rapport consulté par l’AFP, « des brûlures de cigarettes autour des yeux et sous la plante des pieds ». Vous avez bien lu : « autour des yeux et sous la plante des pieds ». Le corps, identifié par les parents, a été rapatrié en Italie. Le Premier ministre Matteo Renzi a appelé le président Abdelfattah Sissi pour exiger que « les responsables de cet horrible crime soient livrés à la justice ».

Afficher l'image d'origine

Un rassemblement silencieux de quelques dizaines d’intrépides s’est déroulé, le 6 février, devant l’ambassade d’Italie au Caire. Une pancarte disait : « Il ne vous suffisait pas de nous tuer, il fallait que vous vous en preniez à un étranger ». Les amis de Regeni, encore traumatisés, pointent en effet un doigt accusateur en direction de la Sécurité nationale, la police politique à la sinistre réputation. Le soulèvement de février 2011 s’était accompagné de l’assaut populaire de bureaux de la Sécurité d’Etat, le bras armé du ministère de l’Intérieur. Mis en cause pour les crimes de la dictature Moubarak, ce service n’a en fait que changé de dénomination et l’ex-Sécurité d’Etat, devenue « nationale », a poursuivi ses exactions en toute impunité, malgré les rapports accablants des défenseurs des droits de l’homme.

Afficher l'image d'origine

Sissi, qui a abandonné son titre de maréchal lors de son accession en juin 2014 à la présidence, reste à l’évidence plus à l’aise avec les militaires qu’avec les policiers. Mais c’est bel et bien lui qui a nommé en mars 2015 ministre de l’Intérieur Magdy Abdel Ghaffar, à la carrière de trente ans au sein de la Sécurité d’Etat. Abdel Ghaffar a à son tour promu Mahmoud Shaarawi, patron de l’anti-terrorisme, à la tête de la Sécurité nationale. A la veille de la disparition de Regeni, le ministre de l’Intérieur affirmait « n’avoir pas peur » de la commémoration du cinquième anniversaire du soulèvement anti-Moubarak. Rappelons que la commémoration précédente, en janvier 2015, avait été marquée par la mort d’au moins quinze personnes, dont la militante progressiste Shaima Sabbagh, abattue par la police d’un tir dans le dos, alors qu’elle voulait déposer une gerbe de fleurs en hommage aux « martyrs de la révolution » de 2011.

J’avais déjà dédié « Les Arabes, leur destin et le nôtre » à Shaima Sabbagh et à Mohammed Bouazizi, dont l’immolation en décembre 2010 a déclenché le soulèvement tunisien contre la dictature de Ben Ali. Et ma conférence du 7 février à l’Institut français du Caire, consacrée à « Une histoire laïque du monde arabe », s’est ouverte par une minute de silence à la mémoire de Giulio Regeni. J’ai pu mesurer à cette occasion l’intense émotion que ce crime révoltant suscite dans la capitale égyptienne, bien au-delà des milieux traditionnellement critiques ou opposants. La thèse d’un meurtre crapuleux n’est en effet étayée à ce stade par aucun élément convaincant. Certains milieux pro-gouvernementaux ont même essayé en vain de promouvoir une version « complotiste », selon laquelle des jihadistes auraient tué Regeni pour compromettre les investissements européens en Égypte.

Deux professeures de Cambridge ont lancé une pétition internationale d’universitaires pour exiger que toute la vérité soit faite sur la mort tragique de Giulio Regeni.  Cette pétition prendra la forme d’une lettre ouverte au président Sissi, publiée dans le Guardian et le Manifesto. L’affaire fait déjà grand bruit en Italie, mais elle ne peut naturellement pas être considérée comme ne concernant que ce pays. Comme l’écrit un ami britannique du défunt, il s’agit aussi d’une « attaque directe contre la liberté académique, pilier du système d’éducation supérieure ».

Justice pour Giulio.

 

L’Auteur

(*) Jean-Pierre Filiu est professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po (Paris). Il a aussi été professeur invité dans les universités de Columbia (New York) et de Georgetown (Washington). Ses travaux sur le monde arabo-musulman ont été diffusés dans une douzaine de langues. Il a aussi écrit le scénario de bandes dessinées, en collaboration avec David B. ou Cyrille Pomès, ainsi que le texte de chansons mises en musique par Zebda ou Catherine Vincent. Il est enfin l’auteur de biographies de Jimi Hendrix et de Camaron de la Isla.

Catégories: Droits humains, Europe, International, Opinion
Tags: ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


Présentation de Pressenza en vidéo

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.