Loretta Emiri

Loretta Emiri a vécu pendant dix-huit ans en Amazonie brésilienne. Pendant les quatre premières années et demie, elle a travaillé parmi les Yanomami, menant des recherches sur les soins de santé, les langues et un projet appelé "Plan de conscience", dont l'alphabétisation des adultes dans leur langue maternelle faisait partie. À cette époque, elle a produit des essais et des ouvrages didactiques, notamment Gramática pedagógica da língua yãnomamè (Grammaire pédagogique de la langue yãnomamè), le Dicionário Yãnomamè-Português (Dictionnaire du Yãnomamè-Portuguais). Spécialisée dans la législation de l'enseignement scolaire indigène, elle a organisé et participé, en tant qu'enseignante, à des réunions et des cours de formation pour les enseignants de divers groupes ethniques, contribuant à intégrer leurs revendications à la Constitution. Elle a dirigé l'édition de A conquista da escrita - Encontros de educação indígena (La conquête de l'écriture - Rencontres d'éducation indigène), qui documente les premières expériences scolaires de quinze peuples indigènes. Elle a fait partie du groupe de travail créé par le ministère de l'éducation pour définir la politique nationale en matière d'éducation scolaire des autochtones. Il s'agit du projet final de la proposition de création d'une école spécifique, différenciée et publique pour la formation des enseignants indigènes dans l'État de Roraima ; approuvée à l'unanimité en novembre 1993, elle est devenue la première école de ce type au Brésil. Dans l'exercice des fonctions qu'elle exerce dans les organismes publics ou privés, elle a toujours soutenu les luttes pour l'autodétermination déguisées par le mouvement indigène organisé brésilien qui, entre autres, a transformé l'"école des Indiens" en une "école indigène", conçue et administrée par eux et dont le but est également d'affirmer les identités ethniques et de revendiquer des droits. En retravaillant explicitement et délibérément l'expérience qu'elle a faite, elle donne une continuité à l'expérience elle-même ; parmi ses publications les plus récentes en italien, on trouve Amazzonia portatile, Quando le amazzoni diventano nonne, Amazzone in tempo reale.

La maloca yanomami et différentes visions du monde

Une « maloca » yanomami a une forme conique et mesure jusqu’à quarante mètres de diamètre et quatorze mètres de haut. La structure est faite de rondins de bois liés, de préférence avec du cipó-titica ou de l’ambé-coroa [des fibres…

L’esprit de l’image

Dans la langue yanomami, qui est l’une des six langues de la famille des langues yanomami, le mot « utu » signifie ombre, et aussi esprit. Dans la culture Yanomami, tout a un esprit, que ce soit un objet, un animal ou…