Après un processus historique, au cours duquel ce n’est pas la classe politique installée depuis des décennies mais les nations qui composent le Chili qui ont décidé de nous donner une nouvelle Constitution, suite à une élection démocratique et paritaire. Indépendamment du résultat, que le projet soit correct ou qu’il puisse être amélioré, que nous l’aimions individuellement ou qu’il soit approprié pour nous collectivement de franchir ce pas, au-delà de toute appréciation, nous tenons à remercier toutes celles et tous ceux qui ont travaillé cette année pour nous proposer cette nouvelle Constitution ; elle nous ouvre des voies et des possibilités pour nous rencontrer et nous découvrir dans la multiplicité et la diversité.

Nous pensons que ça a été un magnifique travail d’un ensemble qui a su franchir tous les obstacles pour parvenir à quelque chose de nouveau, d’inspirant et de dynamique. Je me souviens de notre crainte initiale que la Constitution ne fixe des paysages et des intentions qui, en raison de la rapidité des changements actuels, deviendraient trop vite obsolètes. Même cela semble avoir été résolu : cette proposition porte en elle la possibilité d’un changement dans son origine même.

Nous saluons cette première étape dans laquelle les règles ont été fixées. C’était brillant. Combien ces discussions et ces votes étaient importants pour savoir quelles seraient les méthodes de travail et de décision. Il est exemplaire de prendre les devants pour ne pas avoir à changer les règles du jeu au milieu de la partie. L’anxiété joue toujours contre nous et nous voulions entrer rapidement dans le vif du sujet, mais sans cette réflexion, cela n’aurait pas été possible. La prise en charge des 2/3 pour l’approbation plénière était importante et représentative. Tous ces petits détails ont donné une légitimité impressionnante à ce texte.

La sagesse d’un ensemble est de pouvoir catalyser les vertus des individus au profit de l’ensemble, ce qui s’est produit tout au long de l’année. Dans la première et la deuxième phase.

Nous leur sommes reconnaissants d’avoir résisté à la violence avec laquelle ils ont été et continuent d’être traités. Nous avons vu comment beaucoup ont appris un langage non conflictuel, et ne se sont pas laissés emporter par les insultes, afin de communiquer et de pouvoir résoudre les obstacles avec lesquels on essaie de nous embrouiller.

Dans les semaines à venir, nous exprimerons notre approbation concernant votre travail et notre texte. Nous célèbrerons la raison pour laquelle chacun soutiendra cet incroyable changement que nous sommes sur le point d’aborder et de partager avec les autres. Nous agiterons la ola de l’avenir, de l’espoir, de la nouvelle rencontre et du nouvel accord.

Mais cela viendra plus tard. Tout d’abord, acceptez ce remerciement de la part de ces peuples que nous découvrons à peine, et nous distinguons quelque chose qui ne manquera pas d’unir nos multiples nations en un Chili unique et indivisible.

 

Groupe culture et spiritualité

Dario Ergas, Paula Diaz, Rafa Edwards, Simón Ergas et Valentina Riberi

 

Traduit de l’espagnol par Ginette Baudelet