Deux des principaux problèmes qui nous préoccupent aujourd’hui sont la crise écologique et l’inégalité des richesses. Existe-t-il des alternatives ? Examinons deux plans visant à résoudre ces problèmes.

Plan A

Nous vivons sous le capitalisme vert, ou éco-modernisme, qui propose de résoudre simultanément l’inégalité des richesses et la crise écologique en utilisant les nouvelles technologies. Est-ce possible ? Mon avis est que non, ce n’est pas le cas. J’explique. Il existe de nombreux coûts cachés qui ne sont pas pris en compte par ceux qui adhèrent à cette idée. Prenez l’exemple de Copenhague, un bâtiment intelligent et écologique situé au Danemark, un pays qui est l’un des meilleurs exemples existants de capitalisme vert. Le Danemark a réussi, selon certains indicateurs économiques, à produire à l’intérieur de ses frontières autant d’énergie qu’il en a besoin, en utilisant des sources d’énergie renouvelables (éoliennes). Cela en fait un pays vert. Mais ce que ces indicateurs ne prennent pas en compte, c’est que ces éoliennes sont construites quelque part, que leur construction nécessite des minéraux, du cobalt, du cuivre, qui sont extraits ailleurs et non au Danemark, et que des émissions de dioxyde de carbone sont produites dans d’autres endroits pour les construire et, bien sûr, pour les transporter vers le Danemark. Dans cet exemple, on ne tient pas compte non plus du fait que l’élimination ou le recyclage des éoliennes, lorsqu’il est nécessaire de le faire, n’est pas réalisable dans les conditions actuelles. Si l’on tient donc compte de tous ces coûts, aucun pays du monde occidental, où l’on pratique un capitalisme avancé, n’est aujourd’hui près d’être qualifié de vert. Même si, en tant que pays, nous nous endormons ce soir et nous réveillons demain matin dans la situation du Danemark, nous n’avons pas résolu le problème. Les indicateurs ci-dessus ne prennent pas non plus en compte les questions qualitatives telles que le type de travail nécessaire pour construire une éolienne ou l’un des nombreux capteurs qui inondent Copenhague.

Une deuxième raison pour laquelle les indicateurs ci-dessus ne résoudront pas nos problèmes est le paradoxe de l’efficacité. Qu’est-ce que l’efficacité ? Il s’agit de la propriété d’améliorer une technologie et de produire quelque chose de mieux à un coût moindre. Les locomotives à vapeur en sont un exemple. L’une des principales technologies à l’origine de la première révolution industrielle. Au fur et à mesure de leur progrès, leur efficacité s’est accrue. À un moment donné, pour parcourir un kilomètre, nous avions besoin de moins de charbon. Ainsi, l’amélioration de leur efficacité nous amènerait à la conclusion que nous utilisons moins de carbone. Depuis lors, nous disposons de nombreuses données qui nous indiquent que la consommation de carbone a augmenté de manière exponentielle. Il en va de même pour la numérisation. Les entreprises passent au numérique, ce qui fait que nous avons besoin de moins de papier, que moins d’arbres sont coupés, et que nous faisons donc un peu de bien à l’environnement et des économies. Mais malheureusement, nous savons à nouveau que le courrier électronique dans une organisation a augmenté la consommation de papier de 40 % en moyenne, malgré la numérisation. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles ces paradoxes se produisent. L’une des principales est que nous avons une économie qui veut constamment croître. Pouvons-nous voyager davantage maintenant que nous avons des locomotives améliorées ? Nous réagissons donc à tout, en croyant qu’ainsi, nous vivrons tous mieux et trouverons le sens de la vie.

Plan B

Alors, comment pouvons-nous vraiment résoudre nos deux problèmes de base d’une manière inclusive et durable, non seulement pour un pays mais pour toute la planète ? Appelons le plan B le cosmopolitisme. Le phénomène du cosmopolitisme bouleverse deux vérités conventionnelles actuellement en vigueur :
a) l’innovation est un produit qui provient exclusivement de la concurrence,
b) l’homme est exclusivement un être égoïste, programmé pour maximiser son gain monétaire.

Ces hypothèses imprègnent bon nombre des politiques actuellement en place et qui régissent nos vies. Le cosmopolitisme se charge de les subvertir ou, dans une autre perspective, de les enrichir. Les gens peuvent, par exemple, vouloir maximiser leur profit, en fonction bien sûr de leur situation, mais en même temps, ils veulent coopérer, partager et communiquer. L’innovation naît souvent de la concurrence, mais le plus souvent de la coopération qui se développe entre les personnes.

Le premier exemple de cosmopolitisme est Wikipédia. Lorsqu’il a été lancé pour la première fois en 2001, il semblait étrange. Une encyclopédie où tout le monde viendrait contribuer selon ses envies et qui serait proposée gratuitement à tous ceux qui voudraient lire ce qu’ils veulent lire, sans volonté de maximiser le profit de quiconque, cela semblait étrange. Mais cela a fonctionné, et a mis hors circuit l’encyclopédie équivalente de Microsoft, Encarta, et l’Encyclopædia Britannica, après environ 270 ans, a été retirée de l’impression. À l’époque, ce phénomène était considéré comme une exception qui confirme la règle. Au fil des années, ces exemples se multiplient. Logiciel libre ou open source : l’une des versions du logiciel libre ou open source alimente aujourd’hui les 500 superordinateurs les plus puissants du monde. Il n’y a pas de contrat avec une entreprise, de hiérarchie de travail, etc. Ce qui se passe dans le monde du logiciel (software) est également étudié dans le monde du matériel (hardware).

Examinons 5 exemples

1. Le monde des prothèses. Les personnes qui ont des membres amputés sont confrontées à un problème car le remplacement par des prothèses nécessite une haute technologie, des capteurs et des microprocesseurs à haute sensibilité. Ces personnes utilisent donc des crochets (exemple de prothèse de la main) tous les jours et gardent les prothèses pour les événements formels, car elles tombent en panne et sont très coûteuses. C’est ainsi qu’un groupe de chercheurs de différentes parties du monde, à l’instar de Wikipédia, a proposé des conceptions et des logiciels pour des prothèses-mains. Nous appelons ces productions des « biens communs numériques » (NdT : en grec). La connaissance est ici un bien commun. Pourquoi ? Parce que de cette manière, toute personne ayant accès à une imprimante 3D à bas prix peut fabriquer localement et personnaliser une main robotisée selon ses besoins. Open Bionics est le nom de l’équipe de fabrication.

2. Les petits agriculteurs. Ils sont confrontés à des problèmes parce que les grandes entreprises ne produisent pas de machines-outils pour leurs propres besoins. Les grandes entreprises produisent des machines pour l’agriculture à grande échelle. C’est ainsi qu’une coopérative agricole française, L’atelier paysan, a décidé de construire ses propres machines. Les dessins des machines seraient mis gratuitement à disposition sur Internet. Les petits agriculteurs pourraient donc les construire et les adapter à leurs propres besoins.

3. Joomakers. La municipalité a attribué un espace à Kalendzi, dans la région de Jumerki, qu’ils sont en train de transformer en atelier de construction, adapté aux besoins locaux : machines pour couper le bois, le fer, etc. Comme dans d’autres communautés similaires dans le monde, chez Kalendzi, on cherche avant tout à documenter les besoins des personnes impliquées dans le projet. Ils recherchent alors des solutions initialement en ligne, des solutions qui ont été documentées, mises en œuvre et partagées par et avec d’autres communautés en tant que biens communs numériques afin de localiser la construction. Les Joomakers ont adapté des outils bidirectionnels localisés, comme par exemple une ponceuse à origan, qui a également remporté un prix de design européen, confirmant son utilité et sa fonctionnalité. Les Joomakers font partie d’un réseau mondial, une confédération de petits projets, avec un pied sur les besoins locaux et un pied sur les besoins mondiaux. Ils conçoivent mondialement, construisent localement. Cet écosystème crée à la fois des emplois et une production significative.

4. Turbines éoliennes à petite échelle. Dans un village de montagne au Népal, ils voulaient électrifier une petite clinique qui était hors réseau. Selon la même logique que dans les exemples précédents, ils discutent des besoins, trouvent des solutions, invitent des équipes spécialisées dans ce type d’énergie renouvelable (échelle ouverte et douce), des ateliers sont organisés, l’éolienne est construite et la petite clinique est électrifiée et entretenue par la population locale. L’équipe de construction s’appelle Nouvelle-Guinée.

5. Le premier satellite ouvert. Il fonctionne également selon la même logique : conception mondiale – connaissances, logiciels, etc. mondiaux, puis fabrication locale. Ce satellite a été envoyé dans l’espace par la NASA et est une construction de la Libre Space Foundation.

Il existe des dizaines d’autres entreprises : pour construire des logements certifiés, des imprimantes 3D, etc. Mais ceux que j’ai mentionnés plus haut viennent de Grèce. Par exemple, la Libre Space Foundation et New Guinea sont basées à Nea Makri, Grèce

Donc, en résumé, nous pouvons dire que le cœur de ce modèle sont des communs numériques de conceptions, de connaissances, de logiciels, qui incorporent des technologies permettant une fabrication locale, à partir de petites usines partagées, gérées soit par des coopératives, soit par des municipalités. Les constructions locales qui en résultent sont adaptées et répondent aux besoins locaux et aux conditions bioclimatiques de chaque région.

 

Pourquoi le cosmopolitisme peut-il résoudre la crise écologique ?

Je vais présenter quatre arguments pour lesquels il n’y a pas encore assez de preuves empiriques, je les présente donc comme des tendances.

1. Les communautés locales planifient pour leur propre bénéfice. Elles ne sont pas intéressées par la construction d’une machine qui tombera en panne après un certain temps et nécessitera un nouvel achat, car il n’y a aucun intérêt à maximiser le profit. Une communauté construit la machine pour son propre usage et la partage. Les machines intelligentes sont déjà là et détermineront en fait largement le type et la taille de la production. Vous pouvez donc voir à quel point il est important que leur construction soit entre les mains de l’agriculteur et de la communauté locale.

2. La localisation de la production et les avantages d’éviter le déplacement des produits. Nous comprenons que de cette manière, il est moins nécessaire de déplacer les produits d’un endroit à l’autre de notre planète.

3. Le partage des moyens de production. Au lieu que tout le monde ait une imprimante 3D dans son garage, nous avons une machine qui se trouve dans un espace partagé et qui fait le même travail pour tous ceux qui en ont besoin.

4. Gouvernance inclusive/co-gestion. Les connaissances partagées sont adaptées à la culture de gestion de chaque lieu. En France, l’atelier paysan a une coopérative, aux États-Unis, un réseau de producteurs autonomes dispose d’une plateforme de travail commune, et de même dans la culture de la gouvernance et de la collaboration dans d’autres pays.


*Vassilis Kostakis est professeur à l’Université polytechnique de Tallinn et chercheur à l’Université de Harvard. Il est également membre de la coopérative P2P Lab et du laboratoire de montagne « Joomakers » à Tzoumerka, en Épire, et membre du conseil consultatif Méta. Sa présentation a été faite dans le cadre d’une discussion provoquée par Meta – un centre pour la culture post-capitaliste. Elle a été suivie d’une discussion avec Yanis Varoufakis, député et secrétaire de Diem25. L’ensemble du débat peut être vu dans la vidéo ci-dessous, d’une durée de 1h34’12 ».

 

Pour voir la vidéo avec les sous-titres en français sur un ordinateur : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo). 2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement. 3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.