Pressenza présente en trois parties l’article ‘La Colombie et son processus de néolibéralisme démocratique autoritaire‘ de Luis Daniel Botero Arango, publié dans la Revue Textes et Contextes, de la Faculté de Communication Sociale de l’Université Centrale de l’Équateur.

La Colombie et son processus de néolibéralisme démocratique autoritaire

Première partie : Introduction
Deuxième partie : Vue d’ensemble
Troisième partie : Aperçu sur le cas colombien et Conclusions

Résumé : En Colombie, comme dans d’autres pays de la région, le système néolibéral a aggravé la crise du modèle démocratique, de l’économie et de la situation des droits humains. À l’autoritarisme qui a historiquement caractérisé le processus démocratique dans ce pays des Caraïbes, exprimé par la stigmatisation, l’exclusion et l’élimination des idées politiques dissidentes, s’ajoutent les conflits de pouvoir entre les différents groupes armés dans les territoires, dus à l’extractivisme, aux cultures illicites et aux rentes illégales, qui sont devenus des entités juridiques autoritaires pour le contrôle de la population, au-dessus et en dépit de l’État. En bref, la Colombie a montré qu’un passé marqué par la violence politique ne peut être résolu par la seule formule de la croissance économique, de l’ouverture des marchés, des investissements étrangers et de la libre entreprise.

 

Deuxième partie : Vue d’ensemble

Cette idée de développement, ajustée au postulat de l’accumulation de capitaux où les plus grands profits sont concentrés dans un cercle d’élites, ne semble pas s’intéresser au bien vivre de la majeure partie de la population, du moins pas en relation avec son environnement et sa propre réalité. Cela a créé un profond fossé entre la vie et la culture, car la construction culturelle ne repose plus sur le partage de valeurs mais sur le simple échange de marchandises. Au lieu de favoriser les apprentissages communs, la concurrence – en plus d’être égoïste et injuste -, a créé de nouvelles inégalités et des relations de pouvoir verticales.

Tout ce qui précède place les citoyens face à une situation inquiétante. Transformés en simples consommateurs, ils ne peuvent influer sur la transformation d’un modèle de développement qui ne passe pas par la concertation démocratique, puisqu’il est le résultat d’une négociation entre acteurs financiers dans laquelle l’État reste à l’écart en termes d’objectifs et de réalisations. David Harvey (2007) explique ce processus de déstructuration systématique lorsqu’il affirme que :

Le processus de néo libéralisation a entraîné un processus marqué de « destruction créative » non seulement des cadres et des pouvoirs institutionnels existants (remettant même en question les formes traditionnelles de souveraineté de l’État) mais aussi des divisions du travail, des relations sociales, des domaines de protection sociale, des combinaisons technologiques, des modes de vie et de pensée, des activités reproductives, des liens avec la terre et des habitudes du cœur. Si le néolibéralisme considère l’échange marchand comme « une éthique en soi, capable de servir de guide à toute action humaine et de supplanter toutes les croyances éthiques antérieures maintenues », il met l’accent sur l’importance des relations contractuelles qui s’établissent sur le marché. (Harvey, 2007, p. 7)

Il s’agit donc d’un ensemble de politiques qui ont provoqué la scission du tissu social et la réduction du sens collectif de la vie, en échange d’une survalorisation de l’individu, en particulier dans les sphères du travail et du commerce, où l’on obtient un citoyen obéissant au marché. La vie syndicale, la protestation sociale ou la prétention d’une opinion publique délibérative. Il s’agit donc d’un ensemble de politiques qui ont provoqué la scission du tissu social et la réduction du sens collectif de la vie, en échange d’une survalorisation de l’individu, en particulier dans les sphères du travail et du commerce, où l’on obtient un citoyen obéissant au marché. La vie syndicale, la protestation sociale ou la revendication d’une opinion publique délibérative et scrutatrice sont des horizons de plus en plus rares dans les relations politiques actuelles, car, comme l’affirme Moulian (1997) :

La représentation de l’homme politique, orienté vers la vie publique, est remplacée par la figure prédominante de l’individu bourgeois, atomisé, qui ne vit plus dans la communauté de la cité, ne vit plus pour la cause (le syndicat, la « population », le parti). Il vit pour lui-même et pour ses objectifs. Pour le travail, essayant de surmonter la pénibilité du « travail », en particulier l’incertitude de l’emploi flexibilisé, grâce à des mérites qui permettent de réaliser des « opportunités » de travail, par exemple une promotion, et avec cet outil, ouvrir la voie à de nouvelles opportunités de consommation : changer le salon, avoir sa propre maison, la voiture, l’éducation de ses enfants (« pour qu’ils puissent devenir autre chose ») partir en vacances en famille. (Moulian, 1997, p. 121).

Par conséquent, cette liberté individuelle n’a pas été fondée par un modèle au profit du public, dans la sphère d’un espace démocratique, mais, précisément, au profit de l’individu, où ce ne sont plus les relations politiques, mais celles du marché, qui médiatisent les transactions quotidiennes au sein de la population. Précisément, Larraín (2005) décrit le processus comme une question où :

Il s’agit de créer des « nations gagnantes » dont l’agent typique est l’entrepreneur innovant et prospère. Les anciennes valeurs d’égalité, de bien être pour tous, de justice et d’austérité générale, qui avaient été promues par les idéologies développementalistes dans les années 1960, sont désormais remplacées par la réussite individuelle, la consommation de masse et le bien-être privatisé. D’autres particularités identitaires de cette époque sont la revalorisation de la démocratie formelle, le respect des droits de l’homme et une dépolitisation relative de la société. (Larraín, 2005, p. 108).

Aujourd’hui, est considéré comme un « bon citoyen » celui qui paie ses impôts en totalité. Cependant, il est possible que dans sa vie quotidienne, il n’assume pas ou ne résolve pas les conflits avec les autres de manière démocratique, mais qu’il est au contraire, la source de ces conflits, créant des niveaux d’hostilité, où ce qui existe réellement est un mode de coexistence, mais non des relations de coexistence (Giménez, 2005). Ainsi, le système vise à établir des interactions entre les sujets politiques sur le mode ami/ennemi (Schmitt, 2009). Les individus sont des consommateurs passifs enthousiastes, tant des produits et services que des politiques de l’État. Il y a donc une double convenance pour cet état raréfié et pour l’autoritarisme interdit du marché, puisque la passivité et le peu de capacité critique des acteurs sociaux rendent impossible toute prise de position, tandis que les élites économiques et politiques dirigent confortablement, tant dans les affaires que dans le gouvernement.

Par conséquent, la privatisation des décisions publiques est une pratique récurrente dans la politique actuelle, avec des décisions favorisant les intérêts d’ordre privé, en raison, d’une part, de l’influence des grandes entreprises dans les campagnes électorales et, d’autre part, du fait que les conglomérats économiques gèrent désormais des biens et des services qui étaient autrefois du ressort de l’État En ce sens, la soi-disant coresponsabilité des politiques de bonne gouvernance devient un exercice au service de l’usufruit économique, et non une action qui approfondit la démocratie et favorise le bien commun. À cet égard, Larraín (2005) affirme que « ce qui différencie le néolibéralisme des autres théories de promotion du marché est la manière dont il absolutise l’économie de marché et se méfie de la démocratie » (p. 54).

La capacité de manœuvre des acteurs sociaux, au milieu des intérêts communs des élites, est réduite. Même les exercices de bonne volonté tels que les budgets participatifs, appliqués dans différentes villes de la région, malgré leurs avantages démocratiques, ne parviennent pas à se traduire par de réelles transformations au sein d’un système qui génère l’exclusion à grande échelle. Il en est ainsi car la démocratie est en contradiction avec le système du capital, qui prend désormais le pas sur les petites réalisations locales et communautaires.

Entre voisins on peut améliorer l’accès au quartier en pavant les rues et l’accès aux loisirs par la construction d’installations sportives. Cependant, les politiques relatives à la définition de l’utilisation du sol et à l’exploitation de sa plus-value urbaine, c’est-à-dire la planification d’un modèle de ville, sont des décisions qui, aujourd’hui, ne font pas nécessairement l’objet d’un consensus, de sorte que les capitaux privés construisent le projet urbanistique dans le sens d’une utilisation maximale de l’espace pour générer des profits, souvent avec l’approbation des gouvernements, des législateurs et des urbanistes. De cette façon, les actions de gentrification, par association entre les gouvernements et les entreprises de construction, peuvent mettre fin à des années de luttes sociales et urbaines, des questions qui, parfois, génèrent des confrontations avec de graves violations des droits humains.

Lorsque des luttes populaires ont éclaté, la réponse des gouvernements a consisté à réactualiser une vieille figure : les états d’exception, où les citoyens mobilisés sont désormais considérés comme « l’ennemi intérieur ». Ainsi, sous prétexte de contenir le vandalisme ou le « terrorisme urbain » et de garantir l’ordre public, une fois la sécurité nationale assurée, on coupe la possibilité d’action politique de ceux qui expriment leur mécontentement face à l’état des choses. C’est ainsi que Valencia (2020) l’exprime :

L’exceptionnalité juridique a été le moyen le plus efficace de dépolitiser le politique, arrêter les luttes sociales et donc de violer les droits humains ; […] la mise en œuvre du discours néolibéral et du prototype de l’homo economicus, conduisent progressivement à la violation des droits humains et de la dignité humaine. (Valence, 2020, p. 261).

En définitive, le bien-être humain que le néolibéralisme revendique à partir de ses postulats, auxquels Harvey (2007) fait référence, ne couvre que ceux qui, dans le processus d’accumulation du capital, ont réussi à construire leur trésor individuel et à défendre leurs avantages, en mettant en avant leurs valeurs comme un sophisme pour garantir une supposée prospérité qui n’a pas réussi à se traduire en développement global et, encore moins, en progrès de la démocratie. En ce sens, Valence (2020) souligne :

Le néolibéralisme favorise la violation des droits humains dans la mesure où il tue progressivement la démocratie, car si cette forme de gouvernement est censée garantir la liberté, l’égalité, la justice et la solidarité, le néolibéralisme garantit la liberté sans opportunités, et une liberté de ce type est un cadeau diabolique, comme le mentionne Chomsky. (Valence, 2020, p. 253)

Pour la majeure partie de la population, il n’est pas facile de distinguer réellement les formes sous lesquelles ce système se confond. Malgré les contradictions entre le néolibéralisme, la mondialisation, le libre marché et la démocratie, la réalité est que, tandis qu’une partie du monde en subit les conséquences et tente de les comprendre pour les surmonter, ce modèle, à travers une logique difficilement identifiable, légitime son action, que ce soit par la force, ou par d’autres moyens tels que le divertissement, la sécurité, le confort, ou même une certaine image de démocratisation, d’autonomie et de liberté.

Harvey (2007) montre comment les niveaux d’inégalité se sont creusés, exacerbant les crises, car « les effets redistributifs et l’inégalité sociale croissante ont été une caractéristique si persistante de la néo libéralisation qu’elle est considérée comme une caractéristique structurelle de l’ensemble du projet » (pp. 22-23). En fait, l’auteur fait allusion à un exemple encore plus clair pour dépeindre la situation de l’inégalité, lorsqu’il déclare que :

« Il y a quelque chose de prodigieux dans le fait que la valeur nette des fortunes des 358 personnes les plus riches du monde en 1996 était « égale au revenu combiné des 45 % les plus pauvres de la population mondiale, soit 2,3 milliards de personnes ». Et le plus grave est que, « les 200 personnes les plus riches du monde ont plus que doublé leur patrimoine net entre 1994 et 1998 dépassant plus de 1000 milliards de dollars. Les avoirs des trois milliardaires les plus riches dépassaient [alors] la somme du PIB des pays les moins développés et de leurs 600 millions d’habitants. (Harvey, 2007, pp. 41-42).

Cependant, le néolibéralisme a montré que les crises sont sa meilleure occasion de se réinventer et en font la porte d’entrée de la restructuration. Comme le dit Bonefeld (1998) :

La périodicité des crises n’est en pratique rien d’autre que la réorganisation récurrente du processus d’accumulation sur un nouveau niveau de valeurs et de prix, qui assurent à nouveau l’accumulation du capital […] Les crises, suggère Mattick, ont cessé d’être des phénomènes périodiquement récurrents et sont devenues la caractéristique endémique du capitalisme. (p. 14).

La reproduction continue de la crise et, surtout, le sentiment constant d’incertitude, facilitent la capacité de restructuration du capital. Les possibilités qu’il offre apparaissent comme des bouées de sauvetage, et parmi elles, celle du crédit permanent. Le résultat : la restauration permanente d’une élite, l’hégémonie du capital sur les décisions politiques et le pouvoir qu’il apporte. Ce modèle est fréquent à diverses périodes de l’histoire, lorsque les problèmes d’exclusion sociale, politique et économique dans des régions telles que l’Amérique latine, l’Asie et l’Afrique ont été désignées par divers noms, du système colonial esclavagiste à la méthode néolibérale libertaire.

Bien que dans le cas de l’Amérique latine, les gouvernements alternatifs à l’axe néolibéral de la dernière décennie – appelés « Marée rose » ou autoproclamés « Socialisme du XXIe siècle » – aient réussi à rompre avec de longues hégémonies politiques dans chacun des pays où ils ont eu lieu, et aient donné la priorité à un agenda différent de celui imposé par les États-Unis, ils ne sont pas parvenus à consolider ni à donner une continuité à leur modèle « post-néolibéral » et « néo-développementaliste » (Pereira, 2018). Cela les a empêchés de pouvoir inverser l’équation au-delà de leurs mandats, malgré des avancées significatives en matière d’élargissement des droits, de redistribution et d’investissements publics pour améliorer les services sociaux. Pereira (2018) conclut que ces gouvernements :

Ont fait des efforts pour réduire drastiquement la pauvreté et la misère et, plus discrètement, les inégalités. On peut soutenir que dans bon nombre de ces cas, cela s’est produit en partie grâce à des politiques sociales (non universelles) de transfert de revenus conditionnels, et non grâce à des investissements dans l’expansion et l’efficacité des droits sociaux universels. (Pereira, 2018, p. 62)

Et, en ce qui concerne les changements structurels recherchés par ces gouvernements, il ajoute :

Lorsque des changements plus profonds ont été recherchés dans l’économie, on a parié sur des projets (néo)développementalistes prédateurs de la nature et des ressources naturelles— et qui, dans certains pays, ont accentué la reprimarisation de l’économie, la dépendance au pétrole et à l’agrobusiness—-. Toutefois, il convient de souligner que ces résultats ne peuvent être considérés comme roupies de sansonnet, étant donné que la région est l’une des plus pauvres du monde et la plus inégalitaire. (Pereira, 2018, p. 62).

Ils ont pris leurs distances par rapport au néolibéralisme pur et dur des droites traditionnelles et de leurs alliés, et se sont montrés, dans un premier temps, beaucoup plus empathiques dans leur discours à l’égard des revendications des luttes sociales et politiques historiques, malgré le conservatisme affiché face aux questions de genre, et de santé sexuelle et reproductive. Quoi qu’il en soit, force est de constater qu’ils ont remis en question un modèle de société construit comme du bon sens commun, et ont favorisé l’émergence d’un nouveau climat politique dans la région. Cependant, ils n’ont pas trouvé la sortie de certains des labyrinthes du pouvoir, assumant des positions arrogantes, autoritaires et dogmatiques qui n’ont pas autorisé la dissidence et l’autocritique. De cette façon, ils ont perdu les soutiens fondamentaux parmi la base avec laquelle ils sont arrivés au pouvoir. Le cas du Venezuela est paradigmatique à cet égard. Il est regrettable qu’au milieu de leurs propres erreurs, couplées au blocus, ils aient à peine réussi aujourd’hui à surmonter une crise politique institutionnelle et économique prolongée qui, en tant qu’alternative au néolibéralisme, s’est également radicalisée, est devenue autoritaire et a échoué.

Une autre nouvelle crise a été déclenchée après le renversement de décennies de gouvernements alternatifs, car le retour au néolibéralisme, avec la droite de nouveau au pouvoir, a provoqué des réactions autoritaires, du moins dans des cas comme ceux du Brésil et de la Bolivie. Dans d’autres pays, comme au Chili et en Équateur, ce sont les fortes réactions de la société civile qui ont émergé face aux mesures économiques. Les triomphes ultérieurs d’Alberto Fernández en Argentine, de Luis Arce Catacora en Bolivie et de Pedro Castillo au Pérou, entre autres variables, correspondent à un rejet de ces logiques autoritaires que les droites ont assumées après les gouvernements progressistes, la crise institutionnelle et le mécontentement social croissant dû à la détérioration de la qualité de vie.

Aujourd’hui, l’augmentation de la pauvreté se manifeste par les migrations constantes à la recherche d’opportunités, qui finissent par alimenter un cercle d’exclusion et d’exploitation dans les pays à hauts revenus. À cela s’ajoutent les conflits internes de caractère socio-environnemental dus à la présence d’intérêts multinationaux ; les groupes armés qui se battent pour des rentes légales et illégales et affectent gravement la population locale ; les niveaux élevés de corruption de l’État qui, dans le cadre de la concurrence des entreprises électorales que sont devenus les partis politiques, pillent les budgets publics. Dans un tel contexte, la lutte pour le pouvoir génère une polarisation politique et une confrontation discursive, exacerbées par les fakes news et la politique de la tromperie.

 

Références

Ávila, A. (2020). ¿Por qué los matan? Editorial Planeta Colombiana.

Bonafeld, W. (1998, julio). Las políticas de la globalización: ideología y crítica. Revista Globalización. http://rcci.net/globalizacion/fg041.htm

Capera et al. (2015). Alternativas frente a la tendencia neoliberal, una reflexión desde el pensamiento crítico latinoamericano para la construcción de la paz. Memorias vii Congreso Nacional y ii Internacional Red de Universitarias y Universitarios por la Paz redunipaz, Colombia, 76-81.

Comisión Interamericana de Derechos Humanos. (2021). Informe: Observaciones y recomendaciones visita de trabajo a Colombia. https://www.oas.org/es/cidh/informes/pdfs/ObservacionesVisita_cidh_Colombia_spA.pdf

Díaz, J. (2009). Estado social de derecho y neoliberalismo en Colombia: estudio del cambio social a finales del siglo xx. Revista de Antropología y Sociología: Virajes, 11, 205-228. http://vip.ucaldas.edu.co/virajes/downloads/Virajes11_8.pdf

Echeverri, A. (2016). Neoliberalismo y derechos humanos. IUSTA, 1(25), 85-91. https://revistas.usantotomas.edu.co/index.php/iusta/article/view/3013/2880

Giménez, C. (2005). Convivencia. Conceptualización y sugerencias para la praxis. Cuadernos Puntos de Vista. https://www.conapred.org.mx/documentos_cedoc/carlos_gimenez_convivencia[1][1].pdf

Harvey, D. (2007). Breve historia del neoliberalismo. Ediciones Akal.

Indepaz. (2021). Informe de agresiones contra la paz en Colombia-abril de 2021. http://www.indepaz.org.co/wp-content/uploads/2021/04/con-li%cc%81deres-hay-paz.pdf

Larraín, J. (2005). ¿América Latina moderna? Globalización e identidad. LOM Ediciones

Moulian, T. (1997). Chile actual: anatomía de un mito. Universidad Arcis y lom Ediciones

ONG Temblores. (2021, junio). Comunicado a la opinión pública y a la comunidad internacional por los hechos de violencia cometidos por la Fuerza Pública de Colombia en el marco de las movilizaciones del Paro Nacional. https://www.temblores.org/comunicados

Pereira, F. (2018). La bajada de la marea rosa en América Latina. Una introducción. Revista de la Red de Intercátedras de Historia de América Latina Contemporánea. 5(8), 59-66. https://revistas.unc.edu.ar/index.php/rihalc/article/view/20459 Renta Básica Ya. (2020). Aprobar la Renta Básica es un primer gran paso para responder a las calles y reactivar la economía. https://rentabasicaya.com/es-tiempo-de-aprobar-la-rentabasicaya/

Roncancio, G. (2016). Desarrollo y globalización. Antítesis a la solución política y la paz en Colombia. Memorias vii Congreso Nacional y ii Internacional Red de Universitarias y Universitarios por la Paz REDUNIPAZ, Colombia, 65-75. https://es.scribd.com/document/351946192/Memorias-REDUNIPAZ2016-pdf

Sánchez, D. (2020). Prólogo. En Ávila, A. (Ed.), ¿Por qué los matan? Editorial Planeta Colombiana.

Schmitt, C. (2009). El concepto de lo político. Alianza Editorial.

Solano, V. (2013). Documental 9.70 [documental]. Clementina Films. https://www.youtube.com/watch?v=kZWAqS-El_g

Somos Defensores. (2021). La mala hora: informe anual 2020-mayo de 2021. https://somosdefensores.org/2021/05/20/la-mala-hora/

 

Source : https://revistadigital.uce.edu.ec/index.php/CONTEXTOS/article/view/3313

 

Traduction de l’espagnol, Ginette Baudelet