Par Horacio Mesón

Écrire sur le cannabis était quelque chose d’attendu, il y a des expériences à raconter et des témoignages à donner, les nôtres et ceux des autres. Connaître le processus d’extraction et de fabrication de l’huile et des onguents, et surtout faire connaître, diffuser et être une caisse de résonance des références en la matière.

La lutte en faveur de la culture personnelle et de la légalisation du cannabis médical est bien plus que ce que l’on croit, il suffit d’ouvrir une petite fenêtre sur ce monde pour voir combien de nobles causes il porte en lui. Rendre cette question plus visible est l’objectif de cet article, qui commencé avec le récit d’une expérience que j’ai vécue il y a quelques années.

C’est arrivé à Mar del Plata. J’étais dans une salle, comme un grand living, entouré d’une vingtaine de personnes. Des femmes pour la plupart, toutes de jeunes mères et deux pères qui les accompagnaient. Le narrateur était le plus âgé de tous. Les hôtes nous ont accueillis avec gentillesse et franchise. L’invitation portait sur un atelier d’extraction et de fabrication d’huile de cannabis, mais j’ai trouvé bien plus que cela.

Le déroulement a duré environ trois heures et demie, en commençant par l’extraction des principes actifs des « bourgeons » ou fleurs de la plante. Nous les avons immergés dans de l’alcool éthylique à 96 degrés pendant quatre à cinq minutes au maximum, puis nous les avons filtrés très soigneusement. Le contenu a été transféré dans un pyrex (verre trempé) qui a été placé au-dessus d’un récipient (pot) avec de l’eau et sur une cuisinière électrique. Nous avons ensuite procédé à une distillation au bain marie à température contrôlée, ce qui a permis d’obtenir de l’huile de cannabis. Cette méthode est utilisée depuis environ cinq mille ans.

Après la pratique, il y a eu des tours d’échanges à différents moments facilités par les membres de ce groupe. Des personnes ordinaires et sensibles qui se consacrent à la noble tâche de soulager la douleur et la souffrance des autres. Tous avaient de jeunes fils et filles souffrant de problèmes neurologiques, l’autisme et l’épilepsie étant les plus courants. Les personnes inscrites faisaient les premiers pas dans la culture de leurs propres plantes pour produire la précieuse huile, qu’elles fourniraient à leurs proches avec soin et dévotion.

J’ai découvert un monde et en lui une grande humanité. Au cours de l’échange, des témoignages émouvants se sont succédé, issus de situations de vie difficiles dans lesquelles le seul élément et moteur était l’amour. Mon sujet ou problème à l’époque était l’arthrose et la dépression, ce qui à côté de ce que j’entendais était minime.

Une à une, les organisatrices ont approché les personnes plus réservées, silencieuses ou timides. Elles ont apporté leur soutien, leur aide et leur expérience, elles ont été très claires sur ce qu’elles faisaient parce qu’elles avaient vécu la même chose. Dans mon cœur résonne encore l’une des histoires d’un des jeunes assistants qui, comme moi, était venu se perfectionner, et dit : lorsque j’ai donné de l’huile de cannabis à mon fils pour la première fois, il avait alors cinq ans, et au bout d’un moment, il jouait assis par terre en souriant pour la première fois de sa vie…

Un des pères à l’allure noble et corpulente a dit : mon fils a douze ans, c’est un grand garçon et ma femme ne pouvait pas le contrôler, il en était à une centaine de convulsions par jour, et depuis qu’il prend de l’huile il n’en a plus une seule… Il y a eu d’autres témoignages, tous du même calibre. J’ai mes propres témoignages et ceux-ci sont issus d’un travail de terrain partagé avec un ami avec qui nous avons pris de l’huile que j’ai préparée pour moi. Dans les réunions hebdomadaires, nous avons échangé l’expérience de ce qu’elle a généré en nous.

La première prise a été faite dès le lever, trois gouttes par voie sublinguale. Après environ quatre-cinq minutes, une sensation de bien-être commence à se développer dans tout le corps. Les récepteurs du cannabis répartis en réseau dans tout le corps bloquent les sensations d’inconfort, de douleurs et de tensions et produisent du plaisir. Mais nous nous sommes également accordés sur le côté psychologique lorsque nous avons remarqué qu’il favorisait l’enchaînement de pensées positives, ouvrant des espaces de lumière. Il est antidépresseur et régule la pression sanguine et bien plus encore.

Dans le cas spécifique de douleurs localisées dues à l’arthrose, j’avais l’habitude d’appliquer une pommade puissante à base d’huile de noix de coco. Même si je la produis, elle est de couleur sombre et mon petit-fils l’appelle « magique ». Quand il se donne un coup, nous lui en appliquons et avant que je compte jusqu’à cinq, la douleur disparaît.

Une femme est la fondatrice de cette association Mama Cultiva d’Argentine, née à Buenos Aires et a déjà des représentants dans d’autres pays d’Amérique latine. Brisant les mythes et semant l’espoir, partageant les expériences, forgeant de nouvelles lois, interagissant avec un grand nombre d’universités et d’autres organisations permettant des études et des conclusions sur la production et l’utilisation, maladies et posologies, micro doses. Quelque chose d’assez complexe qu’elles gèrent avec simplicité.

En ce qui me concerne, je tire mon chapeau car grâce à des personnes comme ces femmes, la phytothérapie est présente dans un grand nombre de centres d’enseignement supérieur en tant que pratique dans l’étude et l’élaboration de produits médicinaux à base de cannabis. Un grand pas qui annonce un grand moment à venir.

Pendant la quarantaine, j’ai participé à un zoom organisé par l’association pour perfectionner la méthode, qui était coordonné par Valeria Salech, sa fondatrice. Cette femme courageuse dans son livre « l’histoire de mamá cultiva Argentina, le chemin du cannabis thérapeutique » (Ediciones B. Setiembre 2018, Buenos Aires. Rep. Argentina) nous raconte qu’avec Jorge ils sont les parents d’Ariadna née en 2003 et d’Emiliano en 2006, né avec une épilepsie cryptogénique, diagnostiqué autiste à l’âge de 3 ans, et qui est un utilisateur de l’huile de cannabis médicinal que Valeria et Jorge cultivent et produisent.

Depuis ce moment jusqu’à aujourd’hui, l’objectif de Valeria a fait du chemin. Et maintenant, il a été mis par écrit pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur une médecine et une cause qui n’ont pas de contre-indications prouvées. Qui sont non invasives, qui apaisent et calment la douleur, qui estompent la souffrance, qui encouragent l’horizontalité et la méthodologie de la non-violence, qui soignent intégralement le corps, l’âme et l’esprit, qui encouragent l’aide aux autres, l’inclusion et la réciprocité.

Ce sont des raisons humanistes !

 

Articles de la série :

Cannabis médicinal – Maman Cultive (1/3)

Cannabis médicinal-Phytomédecine (2/3)

Cannabis médicinal – Effet de proximité (3/3)

 

Mamá Cultiva Argentina

Rehuno Salud


NOTE : Ceci est le premier d’une série de trois articles sur le sujet du « Cannabis médicinal ». Dans les trois articles, des références seront mentionnées, l’intention étant de diffuser comment les contacter ainsi que de fournir des informations utiles à ceux qui veulent et ont besoin d’aller plus loin.