La troisième réunion du Conseil des Sagesses des Peuples de la Terre s’est tenue le 04.09.2021, en présence des sept réseaux. Avec satisfaction, nous constatons que l’expérience du Parlement de la Citoyenneté Planétaire se consolide dans la mesure où le fonctionnement des groupes de travail donne une organicité au processus, que chaque Conseiller assume une fonction, et collectivement, dans le GT, rend service à l’expérience du Parlement. Ainsi, le pacte de convivialité établi est mis en pratique, la confiance interpersonnelle grandit, les désaccords cèdent la place au dialogue et des accords sont conclus. La dynamique de l’exercice d’une nouvelle politique se construit petit à petit, sans hiérarchies, avec un protagonisme égal entre les hommes et les femmes et entre les réseaux, dans une atmosphère de cordialité et de respect mutuel, au-delà des désaccords.

Le fonctionnement qualifié du groupe d’interprètes en quatre langues mobilisé par MRG, profondément impliqué dans l’idée du Parlement et dans une attitude de volontariat, est un moment fort de l’expérience, tout à fait représentatif de l’esprit de leadership de service qui marque cette initiative. Le prêt par l’URI (United Religions Initiative) de sa plateforme professionnelle pour organiser la rencontre, qui permet la traduction simultanée et la division en groupes par langue, a montré la force de l’union et la bonne volonté de mener à bien une telle expérience internationale et innovante, sans aucun investissement financier. L’idée que « nous faisons quelque chose d’important », même modestement, encourage les réseaux présents et leurs représentants à donner le meilleur d’eux-mêmes. Un autre élément de consolidation du processus est le fait que deux personnes, représentant leurs réseaux, qui ont donné l’impulsion à la Multiconvergence des réseaux mondiaux et à l’idée du Parlement, intégreront dorénavant le Conseil des Sagesses: Moema Viezzer, pour la Carte de la Terre et Marcos Arruda, pour l’Agora des Habitants de la Terre.

Lors de l’événement de septembre, les premiers résultats des travaux des GT ont été présentés : le groupe 1 a présenté l’état d’avancement de ses travaux visant à proposer une définition de la vision et de la mission du Parlement et a discuté de la nécessité de donner la priorité à certaines questions urgentes telles que la régénération face au changement climatique, la défense de la paix et de la démocratie face aux avancées fascistes, et une économie inclusive qui valorise la vie, face aux pandémies et à l’exclusion croissante. De même, le Groupe 2 a fait une proposition préliminaire sur la Méthodologie de fonctionnement du Parlement, avançant dans la discussion sur le Pacte de Convivialité déjà discuté par les Réseaux et qui s’avère être un outil politique important. Le groupe 3, chargé de détailler le projet de l’Assemblée de Citoyenneté Planétaire, a présenté un tableau avec six critères d’inclusion des représentants de chaque réseau de la MRG (pluralité de genre, éducation et connaissances, revenus, localisation continentale, ethnicité et âge). Le groupe 4, sur l’expansion du Parlement, créera sa stratégie d’expansion pour de nouveaux réseaux qui incluent également le monde des affaires et les décideurs. Pour rendre l’expansion possible, le WG4 a défendu qu’il serait intéressant de faire mûrir le processus avec des réunions moins formelles et sans prise de décision, afin que les nouveaux réseaux puissent rejoindre l’expérience sans trouver un processus totalement défini.

La MRG cherche aussi à identifier d’autres expériences de constitution de parlements planétaires, anciennes ou nouvelles, et à échanger des expériences avec des idées similaires telles que le parlement qui est en train d’être expérimenté dans le processus de la COP 26. Nous avons observé, peut-être en raison de la parité des sexes dans la constitution du Conseil des Sagesses, une complémentarité très importante entre les rôles que nous pouvons appeler Yang et Yin. Le premier rôle, important mais plus traditionnel, de proposition conceptuelle et de focalisation sur les résultats, est équilibré avec le second, innovant et féminin, qui cherche à amalgamer le pluralisme en se concentrant sur la réalisation des objectifs en surmontant les divergences par le dialogue. On peut également percevoir une formidable présence de l’action organisationnelle concrète au-delà de l’élaboration intellectuelle, où les conseiller.e.s, le groupe d’impusion de la MRG et les collaborateurs des réseaux de soutien effectuent les diverses tâches pratiques nécessaires pour faire avancer le processus d’expérimentation.

Ainsi, l’expérience du Parlement de la citoyenneté planétaire se poursuit avec une nouvelle session prévue le 9 octobre, de 11h à 13h (heure de Brasília). Une fois de plus, deux nouveaux réseaux, Carte de la Terre et Dialogues en humanité, sont responsables de la réunion, soutenus par le groupe d’impulsion, formé par un représentant de chaque réseau de la MRG. Une fois de plus, les conseillers prennent le risque d’innover, d’essayer, d’expérimenter quelque chose de si nécessaire en ces temps d’incertitude et de souffrance : construire une participation citoyenne démocratique, inclusive et créative à l’échelle planétaire pour répondre aux enjeux de notre temps.


Pour accéder à d’autres articles publiés sur ce même sujet, cliquez ici.