Une centaine d’organisations de 114 pays et près de 3 000 militants se réunissent ce week-end, 15-17 octobre, à Barcelone pour participer au deuxième Congrès mondial de la paix, organisé par le Bureau international de la paix (IPB).

L’objectif de ce deuxième congrès est d’offrir un espace de rencontre et de partage d’expériences entre tous ceux et celles qui sont impliqués dans les mouvements internationaux pour la paix et la justice.

Créer un lieu pour favoriser les synergies entre les organisations et les individus et entre les mouvements sociaux interconnectés qui luttent pour la justice mondiale : défenseurs de la paix et du désarmement, militants féministes et LGBTQ+, écologistes et militants pour le climat, antiracistes et indigènes, défenseurs des droits de l’homme et syndicalistes.

Plusieurs personnalités ont souhaité la bienvenue aux participants au congrès : la maire de Barcelone, Ada Colau, qui a appelé le gouvernement espagnol à signer d’urgence le traité de non-prolifération nucléaire ; le président de la Catalogne, Pere Aragonès, qui a rappelé l’engagement de la Catalogne en faveur de la paix ; Jordi Calvo de l’IPB de Barcelone, qui a affirmé comment la fin de l’occupation de l’Afghanistan donne raison aux pacifistes ; Kristian Herbolzheimer de l’Institut Català Internacional per la Pau (ICIP) a annoncé que le premier congrès catalan sur la culture de la paix sera créé.

Lors de la cérémonie d’ouverture ont pris la parole : Wade Masako (Japon) de Nihon Hidankyo (Confédération japonaise des victimes des bombes A et H), Beatrice Fihn (Suède) directrice exécutive de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN) et Jeremy Corbyn (Royaume-Uni) membre du Parlement britannique.

Pour clôturer la première journée ce 15/10, un spectacle, « une veillée pour la paix » a eu lieu, organisé par Pressenza et l’association Monde sans Guerres, dans lequel les participants au congrès ont construit un symbole de paix et un symbole de non-violence tout en écoutant l’hymne à la joie, le « cant dels ocells » et la chanson ‘Imagine’. L’événement s’est terminé par un plaidoyer pour la fin des guerres, le dépassement de la haine, de la vengeance, de l’éloignement, de la frustration, du ressentiment et de tous ces rêves et désirs qui ont apporté la ruine et la mort à l’humanité.