Depuis REHUNO Health, nous continuons à partager la série de notes intitulée : Phytothérapie, connaissances et expériences. Dans ce deuxième volet, l’auteur nous apporte le témoignage vivant de ses expériences sous le titre : « La santé entre nos mains », où il approfondit également les attitudes internes et ce qu’il appelle le « style de vie » qui ont accompagné ces processus de guérison personnelle des différents maux qui l’ont affecté. Nous vous partageons son témoignage…

Lire la première partie : Phytothérapie, connaissances et expériences 01- « La phytothérapie, on en fait tou.tes »

Lire la troisième partie : Phytothérapie, connaissances et expériences 03- « Un chemin vers le profond »

 

Par Horacio Mesón.

Si je me demande : Pourquoi la phytothérapie ? La réponse est simple : parce que c’est ce qui m’est le plus proche. Ce que j’avais de plus proche de moi, tant par affinité et histoire que par proximité réelle. J’ai un verger et un jardin et les plantes aromatiques sont une spécialité, tout comme les bonsaïs.

Je suis certain, d’après ma propre expérience, de leur efficacité. Je crois au pouvoir de guérison des plantes et à cette discipline dont nous parlons. Il y a d’innombrables témoignages à rapporter.

J’ai travaillé sur mon système digestif, qui a été impacté et intoxiqué par des médicaments et des relaxants musculaires pendant des années, et j’ai guéri. J’ai régulé ma tension artérielle, mon cholestérol et mes triglycérides. J’ai définitivement guéri une prostatite chronique.

Il y a 20 ans, ils voulaient m’enlever la vésicule chargée boue biliaire et de calculs j’ai toujours la même vésicule sans calculs et en bonne santé. Mais le plus dur a été de sortir du cadre d’une grave dépression avec des attaques de panique et de quitter l’arthrose avancée dont je souffrais. C’est vraiment arrivé et j’ai été guéri.

De la phytothérapie, je me suis spécialisé dans les teintures mères et les huiles qui sont celles que j’ai utilisées dans les différents cas.

Mais il existe une condition préalable à la guérison, quelle que soit la science ou la discipline de la santé utilisée.

Qu’il s’agisse de naturopathie, d’ayurveda, d’homéopathie, d’aromathérapie, de fleurs de Bach, de chamanisme, d’acupuncture, de médecine chinoise et bien d’autres encore, tous ont besoin d’un déclencheur et de produire un effet.

Pour se sortir de n’importe quelle maladie, il faut prendre sa santé en main, ce qui ne signifie pas qu’il faut cesser de consulter les médecins. Ou d’arrêter de passer des examens aux moments nécessaires pour voir comment nous nous portons. Cela ne signifie pas non plus l’abandon de tout traitement. Prendre sa santé en main signifie être conscient de la situation dans laquelle on se trouve : comment je vais, de quoi ai-je besoin et vers où vais-je ?

Pour sortir de n’importe quelle maladie, il faut approfondir un certain style de vie. Il est nécessaire de maintenir une intention Permanente dans le temps. Il faut effectuer des procédures simples et claires. Et je répète… « prendre votre santé en main ».

La chaleur est la sensation d’exister, la douceur est notre regard et la fermeté est notre intention. Humaniser la santé et notre corps, c’est aussi humaniser la Terre.

(Imagen de Horacio Mesón)

Pour guérir, il faut vouloir guérir, il faut optimiser tout ce qui nous entoure. Il y a toujours des options et plus d’une façon de guérir. Il faut chercher… consulter… enquêter, et surtout apprendre à demander de l’aide si nécessaire.

Soigner le corps nous oblige à soigner l’âme et à développer l’esprit de manière consciente ; c’est la vision intégrale qu’il convient de faire croître.

Tout comme il ne faut pas diviser la pensée, le sentiment et l’action, car cela engendre la contradiction divise nos forces et nous désintègre. Le corps, la psyché et notre esprit ne doivent pas être séparés. C’est cela le Chemin d’évolution de notre Être.

Prendre sa santé en main, c’est prendre le destin de sa propre vie en main, les teintures sont un instrument mais ce qui déclenche le processus c’est « chacun ».

Des découvertes ont été faites en cours de route et de nouvelles portes sont restées ouvertes pour de nouvelles investigations. La compréhension de la maladie comme un phénomène se manifestant par des troubles énergétiques et chimiques. Enthousiasme, permanence et concentration émotionnelle. L’éveil de la foi c’est simplement cela.

La foi et la victoire sur la maladie et le système, du micro au macro.

J’ai dû ritualiser de nouvelles habitudes, et bien les mémoriser. Des rituels répétés et routiniers qui font du bien.

Modérer l’émotion, sa tonalité affective. Accorder une attention particulière à la clarté des procédures et à la pureté des formes. La permanence dans l’intention et le but tirant avec force et toujours en avant.

Et tout cela a consisté à construire un style de vie en accord avec les besoins personnels et les aspirations.

Ne plus se sentir un être- malade est une forte libération, mais rêver à nouveau à la possibilité de voler sans limites est unique et extraordinaire.

A suivre…

Ce sont les mots de l’auteur pour cette deuxième note de la série Phytothérapie. Si vous souhaitez le contacter :

horaciomeson@yahoo.com.ar

Viste la web : REHUNO Salud

Traduction de l’espagnol : Ginette Baudelet