Depuis l’année dernière, un groupe de réseaux d’envergure internationale s’articule pour agir ensemble comme une Multiconvergence de réseaux mondiaux. Après avoir tenu huit réunions virtuelles, il a été décidé lors de la réunion du Forum social mondial 2021 que c’était le moment de monter, au sein des réseaux, l’expérience d’un Parlement citoyen planétaire, avec des personnes venant des cinq continents. Le Parlement est organisé en deux chambres, mais pour le moment, seul le Conseil des Sagesses des Peuples de la Terre est mis en œuvre, et sa mission est d’organiser l’Assemblée de la Citoyenneté Planétaire.

Il est clair qu’une expérience de cette nature, bien qu’ambitieuse, doit naître modeste, comme les petites graines qui, trouvant les bonnes conditions, deviennent des arbres immenses. Ainsi, à l’heure actuelle, seuls sept réseaux mondiaux qui sont mobilisés pour participer au Parlement, ont désigné deux membres – un homme et une femme – pour les représenter au Conseil des Sages des Peuples de la Terre, dont la troisième session se tiendra le 4 septembre à 11 heures à Brasilia. Des représentants de six réseaux seront présents : Dialogues en humanités: Geneviève Ancel (France) et Siddhartha (Inde) ; Internationale Convivialiste: Alain Caillé (France) et Geneviève Azam (France) ; Agora des habitants de la Terre : Fatoumata Ki-Zerbo (Sénégal/Mali/Burkina Faso) ; Economie de Francis et Claire : Emilce Cuda (Argentine) et Célio Turino (Brésil) ; Charte de la Terre : Moema Viezzer (Brésil) et Mateo Alfredo Castillo Ceja (Mexique) ; Red Internacional Solidarius : Celina Valadez (Mexique) e Jason Nardi (Italie) et Initiative des Religions Unies (URI) : Swamini Adityananda Saraswati (citoyen planétaire) et Francisco Morales (Argentine).

Un désir exprimé par les participants de cette expérience est d’innover en politique, en travaillant pour harmoniser les objectifs et les moyens de les atteindre. On cherche ainsi à créer un environnement qui s’écarte du modèle patriarcal et qui est beaucoup plus féminin, où l’on pratique la cordialité et la coopération que l’on souhaite voir dans le monde, par exemple en mettant en avant ce qui unit les gens plutôt que ce qui les divise, et en cherchant à voir les différentes alternatives de fonctionnement comme complémentaires plutôt que contradictoires. C’est ainsi qu’un Pacte de Convivialité a été discuté depuis les premières réunions de la Multiconvergence des Réseaux Globaux dès juillet 2021 et est aujourd’hui mis à jour dans un groupe de travail (GT Méthodologie) pour guider le fonctionnement de l’expérience du Parlement.

Un autre GT de l’expérience du Parlement est celui qui cherche à étendre l’expérience, en apportant de nouveaux réseaux mondiaux pour l’enrichir. On sait que seule une expérience réussie dans sa méthodologie, mais aussi largement légitimée par un nombre considérable de réseaux, peut avoir l’impact politique souhaité par la Multiconvergence des réseaux mondiaux. Il est vrai que pour la réalisation de l’expérience du Parlement, le travail d’organisation interne des réseaux sera considérable ; pour cette raison même, certains des réseaux de citoyens du monde qui ont lancé le processus de Multiconvergence ont refusé de participer à l’expérience parce qu’ils sont débordés par leurs propres actions. Le travail consistant à contacter les nouveaux réseaux, à leur expliquer le processus en cours et à les mobiliser pour qu’ils participent est le fondement du groupe de travail d’extension des réseaux.

Deux autres groupes de travail sont en cours au sein du Conseil des Sagesses : 1) Le GT Vision et Mission, qui travaille sur le sens et la direction de l’expérience du Parlement, les thèmes qui seront discutés et pourquoi les choisir et l’action politique à développer, entre autres aspects et ; 2) Le GT Assemblée, qui discute de la manière d’organiser la seconde chambre du Parlement, l’Assemblée de Citoyenneté Planétaire, en cherchant à être suffisamment diversifiée pour représenter au minimum l’humanité à partir des représentants indiqués par les réseaux. Ces représentants doivent provenir de tous les continents, respecter la parité des genres, inclure des personnes de différents niveaux de revenus et d’éducation et être représentatifs des différents groupes ethniques des peuples de la Terre, y compris des différents peuples ancestraux.

En ce moment, les discussions du Conseil se concentrent sur ces quatre thèmes, sur la base des contributions des groupes de travail dans lesquels les conseillers sont impliqués. Toutes les réunions du Conseil sont enregistrées et peuvent être suivies par le public. Eles sont disponibles sur la chaîne de la MRG.

Au-delà de ces discussions, les réunions se déroulent dans un environnement de recherche de connaissances entre les personnes et les réseaux, d’établissement d’une confiance mutuelle et de partage des rêves et des réalisations pour une humanité plus évoluée, juste, démocratique, écologique et heureuse.


Pour accéder à d’autres articles publiés sur ce même sujet, cliquez ici.