Miniver Chalwe
Mettre fin à la faim et à la pauvreté, combattre la malnutrition en Zambie et en Afrique
Miniver, femme entrepreneuse et humaniste, développe une entreprise dans laquelle le manioc, les cultures abandonnées, les fruits peuvent être cultivés et façonnés. Ce projet a été présenté à des fermiers et à des familles. Il leur apprend à préparer des repas plus sains, à rentabiliser les terres, à créer des emplois, à introduire des changements dans les habitudes alimentaires en réduisant par exemple la dépendance au «nshima » (farine blanche) et en aidant plus globalement à faire croître l’économie du pays.

« Camaproza est une entreprise d’assèchement et de traitement des racines telles que le manioc (Manihot esculenta), des cultures locales et des fruits. Elle a été fondée dans le but d’amener les fermiers, les individus et la collectivité à en apprendre davantage sur les racines et les cultures locales tant pour les vendre que pour les consommer ».

« Je travaille actuellement avec plus de 75 fermiers qui se trouvent soit en ville, soit à la campagne et qui espèrent grandir, produire plus intensément. Les produits seront bon marché, accessibles et disponibles dans le pays tout entier mais aussi dans d’autres pays puisqu’ils répondent aux standards internationaux », indique Miniver.

Miniver nous explique son projet avec ses mots :

« J’ai eu la chance d’être sélectionnée au sein de ma communauté pour rejoindre le groupe international de technologie et d’innovation du MIT SA, (Massachusetts Institute of Technology) composé de professionnels et amateurs de gens venant de tout horizon, dont le but est d’atteindre le même objectif sans discrimination. En tant qu’humaniste, je suis contente d’avoir rejoint ce groupe. J’ai profité de cette opportunité et ai participé pleinement à tous les projets entre 2008 et 2017. J’ai été formée pour être formatrice de formateurs parmi quelques zambiens, j’ai voyagé en Afrique et au-delà. J’ai acquis des connaissances de la vie et des compétences-projet comme par exemple le traitement du manioc, l’assèchement des fruits, l’hygiène personnelle, etc…

Le Sommet de Conception et de Développement International IDDS m’a permis d’explorer des zones rurales et urbaines entre 2014 et 2017. Chaque année, j’ai accompagné des étudiants américains qui allaient dans des villages pour travailler sur des projets dans le cadre de l’institution d’origine MIT D-Lab. C’était du bénévolat mais j’adorais voyager, aller d’un endroit à un autre, apprendre des choses que je partage aujourd’hui un peu partout aux communautés dans lesquelles j’enseigne.

Désormais, mon but est de finaliser la création de ma petite entreprise et de l’utiliser en tant qu’outil et exemple auprès de tous. Le traitement des aliments est déjà vérifié par notre institution gouvernementale ZABS, le Bureau des Standards de Zambie. Le Réseau des Femmes Entrepreneurs Chrétiennes (CEWN) y participe. Cette entreprise s’appellera Cassava Massive Production Zambia (Camaproza).

Je vais la présenter aux fermiers, aux collectivités, aux ONG, aux organisations communautaires pour leur montrer comment préparer et traiter les aliments, et ajouter de la valeur ajoutée pour la vente et la consommation. Ensemble, nous allons contribuer à éliminer la pauvreté, la faim et la malnutrition dans notre pays et en Afrique. Ce modèle va être présenté dans toutes les provinces du pays, à commencer par deux projets par district, puis davantage une fois que les gens auront compris l’impact de ces projets sur leur vie. »

C’est la vie que je veux mener.


Miniver Chalwe, mère de 3 enfants, activiste engagée dans la vie communautaire de Lusaka. En tant qu’humaniste, elle a travaillé de nombreuses années en tant que bénévole sur des projets sociaux dans les domaines de l’éducation, la santé et la qualité de la vie.

Traduction de l’anglais, Frédérique Drouet