Dans la série Femmes constructrices de futur, vers une culture de la non-violence [Cliquer sur le lien pour voir tous les interviews] nous avons rencontré Claudia Salé, elle est sensible au thème des femmes et de leur contribution à l’histoire et est l’auteure de la monographie ‘La mystique féminine dans la région Rhéno-flamande (XIIe et XIIIe siècle)‘.

Nous avons parlé avec Claudia Salé de la contribution des ces femmes dans une période sombre de l’histoire, pour les sauver de l’oubli auquel elles ont été soumises, comme tant d’autres, et projeter leur histoire en les reconnaissant pour ce qu’elles étaient : des femmes courageuses, indépendantes, révolutionnaires, qui ont fait un grand apport dans différents domaines de la science, de l’art, de la philosophie et de la spiritualité… des prédécesseures des mouvements qui aujourd’hui se lancent vers un autre monde.

Humaniste et militante de la non-violence depuis trente ans, Claudia Salé est née en Italie mais vit en France depuis des décennies. Elle est mère de deux filles et travaille actuellement dans le domaine social en accompagnant les personnes âgées pour leur retraite.

Claudia Salé, toujours sensible au sujet des femmes et de leur contribution à l’histoire, nous fait revivre l’histoire de certaines femmes mystiques et intellectuelles en Europe aux XIIe et XIIIe siècles, dont beaucoup de béguines.

Le béguinage était un mouvement de femmes qui vivaient à la périphérie des couvents ou des églises, libres et autosuffisantes, qui prenaient soin des malades et s’organisaient entre elles, hors du contrôle de tout homme.

Des femmes comme Marguerite Porete (1250-1310), une béguine qui a préféré mourir sur le bûcher plutôt que de renoncer à ce qu’elle avait écrit. « J’ai vécu une expérience et je ne peux pas la nier », dirait-elle, comme l’affirme Claudia. Ou Hildegard de Bingen, qui, bien que se déclarant « ignorante », était philosophe, scientifique, médecin, musicienne, dessinatrice, mystique, elle a ouvert un couvent séparé… et était considérée comme la prophétesse du Rhin. Elle était consultée par l’empereur ou les autorités ecclésiastiques, entre autres, avant de prendre des décisions, ce qui lui conférait une influence notable à son époque.

Ces femmes et d’autres faisaient partie de ce mouvement de milliers de personnes qui étaient une lumière au milieu d’une période sombre de l’histoire et presque rien n’a été dit à leur sujet. Claudia Salé leur rend service et parle des parallèles entre ce moment et celui que nous vivons aujourd’hui, « c’est comme si la sensibilité féminine voulait s’exprimer. Quand je parle de féminin, je parle de femmes et d’hommes, d’une sensibilité qui vient de l’être humain… plus simple, protectrice, de prendre soin, de se traiter comme des êtres humains, d’aller au-delà des sexes, d’appartenir, de voir l’être humain en tant que tel ».

Pour voir la vidéo (25′ 55′′) avec les sous-titres en français : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo). 2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement. 3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.

 

Lien a la monographie de Claudia Salé, ICI