Inde : 250 millions d’agriculteurs et de travailleurs agricoles en grève massive (III)

23.02.2021 - Ferrol, Espagne - Ángel Sanz Montes

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Inde : 250 millions d’agriculteurs et de travailleurs agricoles en grève massive (III)
(Crédit image : Rubén Ayerra (Navarra)).)

Le Taj Mahal est un mausolée, construit au XVIIe siècle, qui cache une belle et tragique histoire d’amour entre un empereur et son épouse.  Il est situé à Agra, dans l’État de l’Uttar Pradesh, où les lois persécutent actuellement le mariage entre hommes musulmans et femmes hindoues.

Dans les articles précédents, nous avons fait la chronique des raisons, actuelles et historiques, de la grève massive en Inde, soutenue par plus de 250 millions d’agriculteurs et de travailleurs agricoles en Inde. Dénonçant les modifications de la législation agraire approuvée par le gouvernement, son application est actuellement suspendue par décision de la Cour suprême indienne, depuis le 12 janvier 2021. Le comité d’experts dont la Cour suprême a ordonné la création a pour tâche de créer un forum d’entente entre les organisations agraires et le gouvernement. Mais les véritables causes du conflit ne se trouvent pas seulement en Inde. Dans ce monde de mentalités et de pratiques mondialisées, nous devons également nous pencher sur ce qui s’est passé auparavant là-bas et sous d’autres latitudes pour voir où ces processus sans véritable intérêt pour le bien-être des êtres humains nous mènent.

Série complète :

Inde : 250 millions d’agriculteurs et de travailleurs agricoles en grève massive (I)

Inde : 250 millions d’agriculteurs et de travailleurs agricoles en grève massive (II)

Inde : 250 millions d’agriculteurs et de travailleurs agricoles en grève massive (III)

 

Le puissant agro-business dans le Monde

Quant à la grève et aux agriculteurs, même si la Cour suprême de l’Inde a suspendu pour l’instant les trois lois agraires du Premier ministre Modi, il est difficile pour l’Inde de revenir au scénario précédent. Il n’est même pas évident que ce soit la bonne chose à faire. En théorie, le comité d’experts que la Cour suprême a ordonné de mettre en place est chargé de résoudre le conflit gelé entre les manifestants et le gouvernement.

Une réaction populaire de ces dimensions, soutenue et provenant de peuples ou de régions très divers, ne peut s’expliquer que par le fait que la réforme augmente encore plus la souffrance sociale et personnelle de millions de personnes dans le monde agraire. Souffrance et mort.

Sur ce plan, celui des vies humaines, le taux de suicide dans l’Inde rurale est choquant, avec un total de 139 123 décès en 2019 (State Crime Records Bureaux – NCRB ou National Crime Records Bureau of India).

Le rapport 2016 de l’ONU sur la charge mondiale de la maladie (GBD de l’Inde) est encore plus pessimiste, et a estimé le nombre de suicides à 230 314, ce qui contraste fortement avec le chiffre officiel de 133 623 rapporté par le NCRB pour la même année. La différence est de plus de 90 000.

Même en utilisant les statistiques officielles, au cours des quatre dernières années seulement, il y a eu plus de 40 000 décès par suicide directement liés à la vie et à l’activité dans les campagnes. Terrible chiffre qui n’inclut pas les décès qui ont été attribués à d’autres causes directes, comme les maladies mentales, etc., et qui en réalité étaient des suicides dus aux dures conditions de vie de la paysannerie.

Ces chiffres sont la conséquence du fonctionnement de l’ultra-capitalisme, et la grève des paysans en Inde est une gigantesque clameur pour mettre fin à cette situation.

Rappelons brièvement les projets de loi rejetés par les agriculteurs t :

La loi de suppression de l’APMC (Agricultural Produce Market Committee) : qui permettrait le commerce des produits agricoles en dehors des mandis (marchés de gros et de vente aux enchères) réglementés par l’APMC. Un changement qui ne favorise pas l’agriculteur, petit ou moyen, car il ne peut pas assumer dans son prix le transport de son produit en dehors de sa zone, ni la création de mandis « privés », car ils sont encore moins réglementés.

La loi sur l’agriculture contractuelle : elle introduit un cadre législatif qui favorise l’ensemencement sous contrat à un prix prédéterminé grâce à un accord préalable entre l’agriculteur et l’acheteur. L’expérience montre qu’elle accroît l’endettement, augmente les inégalités et, en fin de compte, entraîne la perte de terres en raison de l’endettement et de la concentration des terres.

La loi sur la rétention des denrées alimentaires : elle supprime le contrôle des stocks de produits agricoles que le gouvernement impose aux négociants pour éviter les pénuries. Le nouveau système entraînera une hausse finale des prix pour le consommateur, et une baisse des prix d’achat pour le producteur. En fait, au cours des dix dernières années, l’intervention de l’État par le biais de prix minimums et le contrôle des stocks minimums a dû être activée à soixante-neuf reprises. Par conséquent, cette libéralisation démantèle les mécanismes de régulation qui sont nécessaires.

Prises en considération ou appliquées en faveur des plus faibles, elles semblent même être des règles raisonnables, mais ce n’est pas le but. Ce qui se passe en Inde ne s’explique pas seulement en termes locaux, mais dépend de ce qui se passe à un niveau plus large, comme on peut s’y attendre après la mondialisation des marchés, des savoirs et des capitaux dans le monde entier. Il est difficile d’inverser tout ce qui a été imposé dans le pays depuis les années 1990 par les grandes sociétés agroalimentaires, protégées par le traité international UPOV 91.

L’UPOV ou Union internationale pour la protection des variétés végétales est un lobby formé par la multinationale des semences et de l’industrie agrochimique elle-même pour protéger ses activités en matière de brevets et de propriété intellectuelle. Le traité établi en 1991 limite le rôle des agriculteurs à de simples travailleurs qui sèment les semences que les multinationales brevètent, fabriquent et distribuent pour les utiliser selon leurs conditions. Leur rôle est de produire et de vendre.

Si les organismes de régulation antitrust européens et américains ne les arrêtent pas, trois de ces entreprises contrôleront bientôt 60 % des semences du monde. Elles contrôleront également 70 % des pesticides et des produits chimiques destinés à la culture des denrées alimentaires, ainsi que la quasi-totalité des brevets sur les OGM.

Un monde de méga-corporations est en train d’arriver qui éliminera la concurrence des petites entreprises locales et la biodiversité. Grâce aux importantes données, à la technologie des OGM et aux lois sur la propriété intellectuelle, ils détermineront ce que nous mangeons ou ce que l’industrie alimentaire produira. La variété génétique de ce qui est semé dépendra du climat et des processus industriels auxquels la culture est destinée.  L’homogénéité est recherchée dans les récoltes afin d’obtenir une uniformité dans le produit final.

L’agroalimentaire veut breveter la vie en séquençant le génome des cultures utiles et commerciales, tant pour la consommation humaine que pour l’alimentation animale. Les variétés sont conçues en fonction de l’industrie et non de l’environnement. Celui qui dominera les brevets sur les variétés végétales imposées par les entreprises biotechnologiques et les gouvernements, avec la complicité des centres de recherche universitaires, dominera le marché alimentaire mondial. L’industrie de l’élevage va dans le même sens en standardisant le génome des bovins.

En ce sens, le Traité UPOV 91 et ses dérivés ont créé le « droit d’obtenteur », une ruse conceptuelle et légale qui accorde des droits exclusifs de commercialisation des semences à quiconque obtient une variété végétale nouvelle et stable. Mais la nature et les agriculteurs eux-mêmes ont sélectionné les meilleures semences depuis des générations et n’ont pas pratiqué la propriété intellectuelle. La nature ne brevète rien. Les agriculteurs améliorent les semences et les vendent au poids. Ce sont les multinationales qui brisent le jeu en faisant du piratage génétique pour s’approprier les biens communs. Les semences sont un bien commun, ou un patrimoine historique de l’humanité depuis que nous avons commencé à semer des cultures en laissant derrière nous le stade des chasseurs-cueilleurs. Maintenant, tout indique que cela finira par être breveté dans les mains des plus forts.

L’Inde n’avait pas signé l’UPOV 91. Elle avait maintenu une position de « dissidente », comme elle l’avait fait pour les médicaments. Jusqu’en 2005, l’Inde n’avait pas breveté les médicaments, et c’est l’un des rares pays en développement à avoir la capacité de fabriquer des médicaments génériques de bonne qualité et d’exporter vers le Tiers-Monde.

Grâce à cette certaine indépendance, les gouvernements d’avant Modi ont réussi à inverser la dépendance de l’Inde vis-à-vis des importations de céréales et à améliorer la production intérieure. Mais aujourd’hui, sous le gouvernement actuel du Parti Populaire Indien (Bharatiya Janata ou BJP), l’Inde en 2020 a demandé l’adhésion à l’UPOV 91. Il est entendu que cela est dû à la pression des grands intérêts internationaux qui menacent le pays et depuis l’intérieur. L’Inde accepte les pressions pour devenir à son tour une puissance en matière de brevets dans sa sphère d’influence.

Cependant, pour l’exportation, la campagne indienne était déjà considérablement imprégnée de semences améliorées et/ou génétiquement modifiées, ce qui obligeait l’agriculteur à suivre les prescriptions du traité UPOV 91 précitées. Les contrats de récolte signés – à l’avance et pour un prix convenu ─ obligent à utiliser des semences standardisées reconnues, leurs engrais et d’autres techniques ou produits chimiques applicables. C’est le cas du célèbre herbicide Roundup de Monsanto, désormais interdit dans de nombreux pays et dans certains États et villes des États-Unis. Mais d’autres herbicides et pesticides sont apparus à sa place, comme les atrazines, le paraquat ou le chlorpyrifos. Tous ces produits chimiques suivent l’histoire du DDT, du lindane ou du Roundup lui-même : cela commence par un succès commercial jusqu’à ce qu’il devienne impossible de nier qu’il est nocif pour l’homme, l’écosystème ou toute la chaîne de vie. Il est donc d’abord interdit dans les pays développés. Mais il est vendu sous licence ou vendu à des pays en voie de développement ou du tiers monde, avec des normes moins strictes, où il est fabriqué et continue à être utilisé. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que ses effets néfastes deviennent à nouveau insurmontables sur toute la planète et qu’il finisse par être interdit au niveau international. En attendant, les laboratoires ont déjà préparé leur alternative et le cercle infernal des biocides recommence.

Les grandes sociétés semencières mondiales ont réussi à monopoliser la propriété intellectuelle des semences. Les agriculteurs traditionnels sont donc limités dans leur capacité à semer, conserver, échanger et soigner les semences comme ils l’ont toujours fait. Désormais, si les agriculteurs veulent exporter ou vendre aux industries de transformation basées en Inde, ils doivent signer des contrats dans lesquels ils acceptent de ne pas conserver les semences brevetées de la récolte précédente ou de les hybrider avec d’autres et de suivre les procédures requises. Les semenciers et leurs avocats s’acharnent à faire respecter les contrats ou à défendre leurs brevets. Peu à peu, les cultures traditionnelles et leurs semences ancestrales sont abandonnées au profit de semences brevetées.

Il existe quatre grandes entreprises mondiales de semences : BASF, Bayer, Syngenta et Corteva Agriscience.

Il existe également quatre grandes sociétés de commercialisation de céréales alimentaires qui approvisionnent le monde entier (en stockant les excédents pour contrôler les prix, ou par le biais de produits de base à venir) : Archer Daniels Midland (ADM), Bunge, Cargill et Louis Dreyfus, (les ABCD). Si grandes que les prix internationaux sont entre leurs mains.

Il reste à mentionner les grandes multinationales de l’équipement et de la technologie agricoles.  Au rythme des fusions et acquisitions sur ce marché mondial de 2016 à 2020, dans quelques années, les plus importantes ne seront plus que quelques-unes. Encore quatre ? (Rapport MAQUINAC).

Ensemble, elles forment la première division mondiale du secteur agricole : machines/technologies agricoles, semences/génétique, courtiers/négociants en céréales et légumineuses, et industries agrochimiques. Certaines ont plus d’une de ces spécialités dans leur programme. D’autres sont plus verticales spécialisées dans une seule. Le problème pour la planète est qu’une seule équipe joue dans cette ligue : la leur. Les autres sont de troisième division ou même moins. Beaucoup ont plus de cent ans et ont survécu comme de vieux vampires grâce à des absorptions, des fusions ou des acquisitions. Tout cela est très légal et international.

Les entreprises mentionnées sont celles qui contrôlent l’agrobusiness au niveau mondial (ETC group : « Breaking Bad : le jeu des grandes méga-fusions de l’agrobusiness »), et non le marché ou les gouvernements.

Même le climat ne leur fait pas peur, car quoi que ce soit qui vienne du ciel, ils gagnent toujours en adaptant génétiquement leurs semences aux changements ou en réduisant la variété. Si cela ne fonctionne pas, elles fusionnent et se regroupent un peu plus.

Leur volume total de ventes en 2015 était de 356 milliards de dollars. Avec cette capacité, elles sont entrées en force dans le monde de la robotique. Elles sont à la recherche de technologies logicielles (big data, intelligence artificielle et surveillance par satellite). Une fois que le tableau est complet, il est plus qu’évident que l’agriculteur, le gouvernement, les ministres ou les organismes de régulation internationaux ne gèrent pas leurs destins. Ce qui arrive, et arrivera, c’est que, sous prétexte de « progrès » et de « bon » fonctionnement du marché, les grandes entreprises adapteront les semences et les procédés à leurs intérêts, et non à ceux de l’humanité.

Toutes ces entreprises et sociétés forment ensemble le grand empire mondial. Par leur capital, leurs structures d’entreprises multinationales, leur savoir et leurs prédications ultra capitalistes, elles imposent leur volonté et leurs intérêts. D’autre part, les médias sont à eux ou à des personnes « amies ». Si nécessaire, des experts et des organismes de contrôle sont achetés pour valider leurs pratiques.

Pour les intérêts qui régissent ces méga-corporations, la pénétration en Inde n’a été ni complète ni satisfaisante. L’Inde est déjà un pays producteur de classe mondiale et c’est aussi leur laboratoire, tout comme l’Amérique du Sud avant elle, du Brésil à la Patagonie. Elles ne pouvaient pas la laisser comme un pion en liberté. Quant à la population, il n’est pas nécessaire de la diviser pour régner. C’est la norme en Inde en raison de son histoire, de ses caractéristiques culturelles et de sa taille. L’agro-industrie a été entravée par la fragmentation de la propriété foncière et la protection particulière de son marché agricole et commercial en Inde.

 

La puissante agro-industrie mondialisée et l’Inde

La mondialisation décrite jusqu’à présent explique les raisons qui ont conduit le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi, du Parti Populaire Indien (Parti Bharatiya Janata ou BJP) à promulguer en juin 2020 ces trois ordonnances sur l’agriculture et les produits de base, contestées par la plus grande grève de l’histoire : 250 millions de participants. Les principaux accès à New Delhi bloqués, grèves de la faim des dirigeants syndicaux ; tout est dans la presse et nous l’avons commenté dans les deux articles précédents. Cette réforme agraire, en plus des autres mesures du programme politique, a été votée en masse par les classes moyennes et ouvrières urbaines qui se sentent éloignées des problèmes de la campagne. Malheureusement, elles vivent sur le dos de la société rurale et sont très exposées à l’escalade des prix et aux famines si les choses tournent mal.

Les réformes introduites par Modi, et aujourd’hui bloquées, bouleversent la façon dont la production, la vente et le stockage sont commercialisés, vendus et stockés dans toute l’Inde, en supprimant progressivement le marché réglementé et garanti. Le monde agraire, avec ses lois et coutumes antérieures, n’est pas parfait. Les circonstances exigeaient des changements. L’agriculture traditionnelle doit également intégrer des critères environnementaux et de durabilité afin d’éviter l’épuisement des sols et des écosystèmes. Mais ici, la tragédie concerne surtout le petit agriculteur et celui qui assure la subsistance, qui sont plusieurs millions en Inde. Accablés par les dettes et la dureté des conditions actuelles, avec les réformes de Modi ils se verront obligés de quitter la campagne.  L’activité agricole traditionnelle n’est plus viable et se trouve à la merci des profits des entreprises et des marchés boursiers (les cultures sont depuis longtemps devenues des contrats à terme ou des marchandises). Même l’eau est une marchandise et elle est déjà cotée à la bourse de New York (sous le nom de Nasdaq Veles California Water Index – NQH20).

En Inde, le monde agraire était en déclin bien avant l’entrée en vigueur de ces lois de libéralisation qui prétendent la sauver. Le retard habituel des paiements ─via le processus d’enchères dans les madis─ entraîne une augmentation de la dette des agriculteurs et de leurs familles pour l’achat de semences, d’engrais et de matériel afin de leur permettre de remplir le contrat et de rivaliser pour rester sur le marché. Désespérés de sauver ce qui leur reste et de rembourser la dette, ils doivent diviser les biens dont ils ont hérité en parcelles plus petites, les vendre ou contracter d’autres emprunts.  Ce sont les roues de la souffrance en action en Inde, qui poussent des millions d’agriculteurs ou de travailleurs agricoles et leurs familles au désespoir.

 

La campagne en Inde et les nombreux décès…

Bien que les données ne soient pas claires et que ces statistiques ne présentent aucun intérêt, chaque année, un cinquième des décès par suicide dans le monde survient en Inde (données de 2018). La cause suivante de décès ce sont les accidents de la circulation ou les complications lors d’un accouchement. Mais l’incidence de ces décès dans le monde rural montre une corrélation évidente entre les conditions imposées par l’agrobusiness commercialisé et financiarisé et les prêteurs locaux. L’agriculture traditionnelle de subsistance et de marché local est trop petite pour une Inde de 1,36 milliard d’âmes.

Mais les grandes entreprises de semences et de produits agrochimiques, et les fonds d’investissement qui les soutiennent, sont-ils la solution ? La vie de tant de millions de personnes sur la planète ne peut pas dépendre de ceux qui ne comprennent que les matières premières, les cours des actions et leur négociation à haute fréquence sur les bourses du monde entier.

Le type de mondialisation actuel est-il la solution pour l’humanité ? La question est rhétorique. Il est évident que non. Mais il nous arrive de le regretter si l’on croit que c’est la seule réalité possible. Il n’y a pas que dans l’Inde rurale que les gens sont mis au pied du mur par des décisions prises à Mumbai, New Delhi ou New York. Même dans les bourses et les banques du monde entier, des milliers de travailleurs ont commencé à être laissés pour compte. Même parmi ces élites, oui. Le High Frequency Trading (HTF) ou Transaction à haute fréquence, remplace le savoir des anciens gourous économiques par des algorithmes et des serveurs.  Aujourd’hui, 50 % des opérations d’achat et de vente d’actions et de titres en bourse se font en cinq microsecondes, grâce à la High Frequency Trading. Aucun contrôle humain et aucune création de richesse réelle. La spéculation à la vitesse de la lumière.

Comme le processus économique mondial n’a aucune intention et aucun projet au sens humain du terme, le néolibéralisme et son petit marché libre ne peuvent être sauvés que par les mathématiques et les algorithmes.

C’est une course à l’absurde. En quelques années, des fortunes considérables sont faites. Les cent hommes et femmes milliardaires les plus riches du monde possèdent une fortune qui dépasse le PIB d’une nation. La croissance du capital par la spéculation a rompu avec la croissance organique. Le capital, en fin de compte, vaut moins et a besoin de croître encore plus. Le tableau d’ensemble est absurde : les dettes extérieures sont déjà irrécouvrables depuis de nombreuses générations. L’environnement nous met sérieusement en garde contre une faillite technique.

Tout ce qui est décrit se situe à une échelle macro. A l’échelle « micro », il y a les gens. Ceux qui existent vraiment et dont la vie fait de ce monde ce qu’il est, un lieu humanisé en devenir.

 

Ce ne sont pas des chiffres

Nous parlions de 230 314 à 133 623 suicides par désespoir. Ce ne sont pas des chiffres, ce sont des gens qui tombent, des êtres humains. Ce ne sont pas des marchés, c’est la vie elle-même. Il s’agit de relations économiques entre personnes, d’entreprises et de régions.

Ce ne sont pas des contrats à terme ou des marchandises, ce sont des cultures et des produits qui, grâce au travail du monde rural, seront demain notre nourriture de base.

Il ne s’agit pas ici du nombre de fenêtres dans un gratte-ciel, ni de kilomètres d’asphalte ou de mètres de tissu sur un comptoir. Les morts ne sont pas des statistiques. Ce sont des milliers de personnes qui ont mis fin à leur vie, poussées par les marchands de la mort et leurs mercenaires.

En plus des décès dus à la guerre, aux famines et aux maladies, les conditions inhumaines imposées au niveau mondial font plus de 800 000 victimes par an dans le monde. Cette tragédie continue est liée à une insécurité sociale de ce modèle civilisationnel mondial. Surtout dans son credo néolibéral ou ultracapitaliste.

Nous avons dit qu’aucune statistique claire n’est publiée. Mais dans le cas de l’Inde, la corrélation entre la vie à la campagne et ce type de décès l’emporte de loin sur le préjugé qu’elle a dans d’autres parties du monde.

D’autres décisions de ce gouvernement ont encore renforcé les conditions. Avec la démonétisation de Modi ça a été encore pire. Les billets de 500 et 1000 roupies ayant été retirés de la circulation du jour au lendemain, beaucoup y ont vu leur ruine (voir l’article précédent de la série). Surtout dans les campagnes où il n’y a pas de banques et où les gens n’utilisent pas internet.

La libéralisation des marchés agricoles que nous voyons maintenant s’accélérer en Inde, a déjà commencé dans les années 1990 aux États-Unis et en Amérique latine. Faire pousser des cultures en fonction de la demande contractuelle et à des prix convenus n’était pas nouveau. Ce qui est nouveau, c’est que la production totale des cultures de base (blé, maïs, soja, etc.) dans un pays et dans le monde entier est entre les mains de quelques-uns et se négocie en bourse. C’est-à-dire que l’alimentation de la planète est régie par des fluctuations financières et leur soif de profits qui n’ont rien à voir avec les besoins de la population mondiale. Les céréales, les graines, l’eau. Les marchands de la mort font commerce avec ce dont la vie a besoin.

 

De l’Inde à l’Espagne

Cette fois-ci aussi il convient de faire le lien entre ce qui se passe en Inde et notre propre pays. Si vous travaillez huit heures ou plus et que vous ne pouvez toujours pas vous permettre l’essentiel en raison de la « logique du marché » (le néolibéralisme qui fait de vous une marchandise et de votre temps de travail une « ressource »), alors votre vie n’est pas si éloignée de celle de quelqu’un en Inde.  De plus, la vie ici est beaucoup plus chère et la nature sauvage ne permet pas de subsister en dehors du circuit économique. Nous savons déjà où mène le phénomène des sans-abris.

En Espagne aussi, de nombreux ruraux souffrent de la disparité entre le prix qu’ils reçoivent pour leurs produits à la source (ce qu’ils gagnent) et celui qu’ils obtiennent sur le marché de la distribution libéralisée (prix final au consommateur).  Ici aussi, nous avons besoin d’un nouvel activisme dans le milieu agraire et au-delà, pour nous émanciper des diktats de l’ultra-capitalisme.

Ces recettes néolibérales ne fonctionnent pas, seule la cécité due à la peur et la saturation que produit la propagande multimédia tonitruante. Des publicités de 20 secondes jusqu’aux productions cinématographiques. De l’école à l’enseignement dans les universités. Des dictons et idéologies les plus innocents aux programmes politiques complets, tout soutient cette réalité bancale sous nos yeux. Ce que certains appellent la réalité des choses n’est rien d’autre que la cupidité installée et sacralisée dans les relations humaines.

Nous sommes tous embarqués sur ce bateau. La spéculation boursière, désormais régie par l’intelligence artificielle et ses algorithmes, anonymise les responsabilités dans les chiffres. Tout comme nos faits quotidiens, en brouillant nos consommations comme certaines décisions, tout devient finalement une terrible conséquence pour beaucoup dans des pays lointains. Cette banalisation des décisions, ou leur dilution dans la chaîne des actes et des faits, efface les traces qui expliquent pourquoi il y a surabondance pour quelques-uns, grâce à la misère absolue pour un grand nombre.

 

 

Un long et triste voyage

En Inde, comme en Espagne et sur toute la planète, l’humanité a besoin d’une nouvelle révolution agraire et d’une nouvelle relation avec l’environnement qui le rende durable. Le monde le réclame à grands cris. Cette nécessité est plus critique que lorsque nous avons fait le deuxième saut civilisationnel au Néolithique. Les populations pouvaient alors migrer d’un endroit qu’elles avaient saccagé à un autre. Nous, nous avons déjà détruit la planète. Nous sommes déjà 7 737 milliards de personnes sur la planète dont les besoins fondamentaux sont évidents. Demain, lorsque vous regarderez l’horloge de census.org, il y en aura encore beaucoup d’autres, et ainsi de suite chaque jour. [N.d.T. census.org : recensement fourni par des compteurs de population et de croissance démographique.]

La révolution agraire mondiale dont nous avons besoin ne devrait pas être dictée par les grandes entreprises intéressées qui, de façon banale ou non, sont largement à l’origine du désastre social et écologique que nous connaissons à l’échelle mondiale. Elles ne sont pas le mal absolu. Leurs connaissances sont utiles pour l’étape suivante. Si c’était de la musique, elles connaissent le solfège et elles connaissent la théorie de la composition musicale et de l’harmonie, mais elles n’obtiennent que des marches funèbres ou des bandes sonores de films apolitiques parce que c’est ce qu’elles apportent dans les coulisses. La technologie qu’elles manipulent dans une autre direction peut apporter des solutions et pas seulement des bénéfices pour quelques-uns.

Si l’humanité ne veut pas disparaître en tant que créature la plus stupide du système solaire, elle doit profiter de tout ce qu’elle sait déjà pour modifier son régime alimentaire et ses pratiques de production afin de répondre à la demande alimentaire mondiale.

 

 La pyramide de Maslow

Maslow était un penseur à la vision humaniste, qui mettait l’accent sur le potentiel de la nature humaine à développer la réalisation de soi et la transcendance.

Il a affirmé que, sans croissance et transformation sur le plan de l’essence humaine, la société continuerait à suivre une voie politique, économique et sociale destructrice, incapable de créer des projets efficaces pour faire face aux problèmes sociaux, à la criminalité, à la progression des comportements de dépendance ou au contrôle social.

Maslow a structuré les besoins humains dans sa célèbre pyramide (voir l’image ci-dessous). En dessous, il y aurait les besoins les plus simples et les plus prosaïques. Vers le haut, des besoins ou des actions qui nous rendent plus humains. Au sommet de la pyramide, il y aurait ce qui nous complète ou ce qui nous transforme. Nous vivons tous parfois des expériences charnières qui ne sont pas mystiques, mais une certaine « lucidité » qui peut faire partie de la vie quotidienne lorsque notre intention et notre créativité nous permettent de nous transcender nous- mêmes. C’était son idée de l’humanité et de la transformation.

 

Pirámide de MaslowDans la pyramide de Maslow, les actions de l’être humain naissent d’une motivation innée à couvrir nos besoins, qui sont ordonnés hiérarchiquement en fonction de l’importance qu’elles ont pour notre bien-être et notre développement.

L’architecte du « rez-de-chaussée » ou base d’une future pyramide de Maslow pour toute l’humanité (voir le graphique des besoins humains, classés par ordre de priorité en cinq catégories) ne peut être le processus de mondialisation néolibérale, qui définit tout en termes d’optimisation des profits et d’un supposé autocontrôle du marché. L’ultra-capitalisme néolibéral ne transcende rien. Il circonscrit ses impulsions à la partie inférieure des besoins humains, réservant à une élite l’aspiration à l’épanouissement total.

Si, comme le rêvent les grandes entreprises agroalimentaires, les campagnes peuvent être desservies dans un avenir proche par de grands systèmes automatisés et contrôlés par satellite, planifiant tout avec l’aide de l’IA Intelligence artificielle, cela doit se faire avec des cultures diversifiées, écologiquement durables, et avec un nouveau regard au-delà du darwinisme social actuel.

Ces technologies agricoles ne devraient pas être mises en œuvre avant que nous ne sachions à quoi serviront tous ceux qui entretiennent aujourd’hui les campagnes et notre chaîne d’approvisionnement de base. Si l’on décide de déployer ce type d’agriculture automatisée et assistée par l’IA sans tenir compte de l’impact social, alors il faut d’abord mettre en place un revenu de base universel (RBU). Le RBU pourrait bien être financé par les taxes sur les robots et les économies réalisées grâce à cette mécanisation mondiale. Un RBU qui permette que personne ne tombe en dessous du seuil d’une existence digne, tout en donnant une nouvelle direction à sa vie après le changement des conditions de vie de la ruralité.

Il n’entre pas dans le cadre de ces articles de parler en profondeur des autres niveaux de la pyramide, au-dessus de laquelle Marlow parle de physiologie. Mais, parlons-en au moins. Sécurité, afin que rien ni personne ne menace nos vies. Affiliation, pour rechercher et profiter de la place que l’on veut occuper parmi les autres.  Reconnaissance, la nôtre et la reconnaissance sociale sous forme de respect de ce que nous faisons ou avons l’intention de faire. Et enfin, auto réalisation la plus intangible de toutes, qui est atteinte lorsque suffisamment d’actes et d’actions dans notre vie ont un sens croissant au-delà du fait de bien s’adapter aux autres nécessités inférieures.

Il y a une tâche et il y a un avenir, il s’agit de se réveiller. Nous avons beaucoup de mal à adapter nos habitudes de consommation et à décider de ce que nous achetons, à quelle période de l’année et dans quel établissement. L’Inde, malgré tout ce qui a été dit ici, a beaucoup grandi et prospéré depuis qu’elle a cessé d’être une colonie britannique. Que ne feront-ils en cas de revirement de cap, avec les autres pays de la planète.

Sources (Outre les liens signalés):

https://santandertrade.com/es/portal/analizar-mercados/india/politica-y-economia

http://www.cipi.cu/articuloproceso-de-desmonetizacion-de-la-economia-india-repercusiones

https://spa.acousticbiotech.com/modis-bank-note-ban-has-inflicted-pointless-suffering-indias-poorest-361762

 

Traduction de l’espagnol, Ginette Baudelet

Catégories: Asie, Economie, Video
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Femmes

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.