ASPIRATIONS

 

María Porcel, actrice et présidente de l’association L’huria Albacete, a écrit sa lettre aux Rois Mages en faisant un vœu : un Sahara libre.

Ne manquez pas d’écouter sa lettre, pleine de solidarité, de sensibilité et de beauté. Nous vous remercions de votre générosité en nous permettant de la partager avec vous.

Transcription de la lettre de Maria

Quand j’étais petite, ma mère ne nous laissait écrire que trois choses sur la liste de la lettre aux Rois Mages, car elle disait qu’il ne fallait pas être égoïste et qu’il fallait partager avec tous les enfants de la planète.

Je demandais donc toujours trois choses : un jouet (un jeu), un livre et une chose utile.

Dans la chose utile que j’ai toujours écrite : la paix dans le monde, la fin des guerres, la fin de la faim, le bonheur de tous les enfants… mais ils ne me l’ont jamais apportée.

Puis, malheureusement, j’ai grandi et j’ai cessé d’écrire des lettres et de demander des choses utiles car, au final, je trouvais toujours une paire de chaussures de marche sous l’arbre, un pyjama, une paire de chaussettes ou même une enveloppe avec une petite carte qui disait « bon pour » et quelque chose que je devais aller chercher moi-même.

Après de nombreuses années, j’ai décidé d’écrire une lettre avec plus d’enthousiasme que jamais et avec plus de désir que jamais et la lettre dit :

« Chères reines magiciennes, chers rois, ou quoi que vous soyez. Cette année, parmi les choses utiles, je veux la paix, la justice et la liberté pour tout peuple opprimé ou soumis sur la planète et pour tous les peuples du monde, mais surtout, je veux celle du peuple que j’aime, le peuple sahraoui, celui à qui notre pays doit tout.

Je veux que mes frères et sœurs sahraouis puissent tomber amoureux ou non, choisir de se marier ou d’être célibataire, de travailler ou d’étudier dans leur pays.

Je veux que mes enfants puissent manger du poisson frais, pas en conserve.

Je veux qu’ils puissent apprendre à nager dans leur mer et à construire des châteaux de sable près de l’eau.

Je veux que mes amis, mes professeurs, mes guides, mes compagnons de lutte puissent faire du thé avec leurs mères dans des tentes installées tout près de la côte, avec le bruit de la mer et la liberté en arrière-plan.

Je veux qu’ils vivent en paix, qu’ils mettent fin à la guerre et qu’ils n’aient pas à aller au front pour défendre ce qu’ils attendent depuis si longtemps.

Je veux que leurs rêves se réalisent, que leurs rêves ne soient plus la liberté et la paix parce qu’ils les ont déjà, que leurs rêves soient simples, que ce soit de faire un film dans leur pays libre, de construire des écoles de théâtre, d’ouvrir une affaire, d’étudier, de s’occuper d’un troupeau de chèvres dans un désert libre en paix. »

Aujourd’hui, j’aimerais être à nouveau petite, me coucher nerveusement ce soir, en attendant ce que je trouverai demain. Se lever très tôt et descendre avec mon père, ma mère et Miguel, tous les quatre ensemble et nerveux, et ne pas trouver de chaussettes ou de jouets, pas même des livres, pour trouver une de ces petites enveloppes avec une carte écrite à la main, avec une lettre soignée et magique, dans laquelle il est écrit : « bon pour : un Sahara libre ».

Cette année, ma liste n’est que des choses utiles et je ne demande qu’une chose : la liberté du peuple sahraoui. Mais, comme quand j’étais petite, je vais vous proposer une autre option au cas où vous considéreriez que c’est trop difficile à réaliser, même si, honnêtement, je ne pense pas que ce soit si difficile.

Ma deuxième option est une autre pleine d’énergie et de force pour continuer à me battre avec eux, bien que je préfère la première option : un Sahara libre.

Merci.