L’Empire Gates : comment le capitalisme philanthropique nuit au développement durable

28.12.2020 - Navdanya International

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Allemand, Catalan

L’Empire Gates : comment le capitalisme philanthropique nuit au développement durable
L'Empire Gates : comment le capitalisme philanthropique nuit au développement durable (Crédit image : fotospublicas.com / Manuel Lopez)

Conservation de la biodiversité, diversité des semences, agriculture biologique, droits des agriculteurs, éducation, diversité culturelle et souveraineté alimentaire : tels sont les objectifs de Navdanya International, une organisation non gouvernementale basée en Inde qui s’intéresse à l’évolution mondiale de l’agriculture. L’article suivant résume certaines de leurs observations et résultats de recherche au cours des dernières décennies.

Par Navdanya International

Le récent rapport de Navdanya International intitulé « Gates to a Global Empire » a pour but de sonder le rôle et les actions de la fondation privée qui exerce aujourd’hui la plus grosse influence sur la politique gouvernementale dans le monde, la fondation Bill and Melinda Gates (BMGF). Les interventions philanthropiques du fondateur de Microsoft Bill Gates, un des hommes les plus riches de la planète possédant une fortune d’environ 117 milliards de dollars, sont le résultat d’un contexte néolibéral, d’une politique d’adaptation post-structurelle et de moyens en constante diminution pour les institutions internationales. La porte était grande ouverte pour Gates qui s’est présenté de nouveau comme généreux donateur de capitaux nécessaires sur la scène internationale. Un capital, qui est loin d’être propre. 

Même si Gates semble toujours avoir donné de l’argent à des causes charitables, son patrimoine net n’a fait que croître depuis qu’il est principalement actif en tant que « Philanthrope » et qu’il a fait du développement mondial une source de revenus importante. La capacité de la fondation à faire appel à des intérêts privés puissants et d’impliquer des acteurs stratégiques de domaines allant des médias aux instituts de recherche permet à Gates de trouver constamment des portes ouvertes, malgré les évidences de conflits d’intérêts et plus généralement d’échecs. La structure de la Fondation Bill and Melinda Gates, co-gérée par Warren Buffet, intègre des investissements dans des sociétés telles que Walgreens, Kraft Foods, Coca Cola, ce qui va à l’encontre des objectifs de développements fixés par la fondation. 

Le rapport de Navdanya couvre les secteurs agricoles et alimentaires, dont l’organisation fondée par Vandana Shiva il y a une trentaine d’année. Elle s’est engagée pour la défense de la biodiversité et de la variété des semences. Le rapport se penche sur des cas de biopiratage et de tentatives d’obtenir des brevets sur des semences, tout d’abord des organismes génétiquement modifiés (OGM), puis maintenant avec des techniques de manipulation des génomes (Wikipédia), auxquels la fondation Gates a pris part.

Les tentatives avortées d’exportation de Révolutions Vertes vers l’Amérique Latine, l’Afrique et l’Asie confirme la thèse selon laquelle la BMGF ne s’intéresse aucunement au développement de nouveaux modèles économiques durables et sociaux, mais davantage à la consolidation du modèle industriel intensif à grande échelle basé sur la monoculture profitant aux industries agro-alimentaire, chimique et des semences. Cela se confirme particulièrement en Argentine qui est une fois encore le point de départ de la nouvelle initiative « Ag Tech«  (Technologie agricole). Elle vise à consolider les techniques de la Révolution Verte, mais avec de nouvelles technologies abusives. Il est prévu que cette initiative se fasse en collaboration avec I’Institut Interaméricain de Coopération pour l’Agriculture (IICA), la BMGF et des sociétés des secteurs technologiques et agrochimiques de poids telles que Microsoft, Bayer, Corteva (filiale du groupe chimique DuPont) et Syngenta.

Lorsque le nouveau rapport « Gates to a Global Empire – A Global Citizen’s Report » fut présenté, Vandana Shiva a expliqué : « Au cours des cinq dernières décennies, c’est une industrie agricole fortement industrialisée et mondialisée qui s’est développée, au détriment de la planète, des agriculteurs, de la diversité des semences et de la souveraineté alimentaire. Les recherches théoriques et pratiques de Navdanya au cours des 35 dernières années ont démontré que l’agriculture industrielle est inefficace, improductive et hautement dépendante de multinationales et de chaînes d’approvisionnement mondiales. Cela précipite les exploitations agricoles dans le cercle vicieux de l’uniformité éternelle ». 

Le risque de la manipulation génétique

La BMGF peut facilement ignorer les échecs de ses projets. C’est le cas avec l’AGRA, l’Alliance pour la Révolution Verte en Afrique, un programme visant à augmenter la productivité agricole en Afrique. Comme indiqué dans le rapport de Navdanya, « il n’y a eu aucune preuve de l’augmentation significative de la productivité, cependant la part des gens souffrant d’une faim extrême dans les pays de l’AGRA a augmenté de 30%. » Gates avait travaillé avec des entreprises privées à la réorganisation totale du système alimentaire africain, à tous les niveaux, au profit du monopole des OGM et de l’agriculture digitale des industries chimiques et agroalimentaires

Masqué par toute une rhétorique sur la perte de vitesse de la malnutrition, de la faim chronique et de la pauvreté, Gates voit comme seule solution à ce « déficit de production » les idéologies commerciales de la Révolution Verte, sans prendre en considération toutes les destructions qu’ont entraîné ces méthodes chimiques dans le passé. Tout cela est en contradiction totale avec la résistance locale et les pratiques écologiques des petits exploitants. Cette obstination à vouloir utiliser de mauvaises solutions tels que les espèces génétiquement modifiées est conforme au soutien systématique apporté par Bill Gates aux semences génétiquement modifiées et à la solution technique nécessaire qu’elles apporteraient au développement agricole. Vandana Shiva réaffirme qu’avec « son impérialisme philanthropique Bill Gates est un Christophe Colomb des temps modernes et digitaux, un nouveau « Monsanto », qui insiste sur la technique ratée des OGM et qui recherche en même temps à introduire de nouveaux OGM dans le cadre des manipulations des génomes ». 

La BMGF soutient la manipulation génétique et les organismes génétiquement modifiés (OGM) / Photo de Unsplash

Cette amnésie et le déni des échecs se voient clairement au travers de la  nouvelle initiative AgOne de la fondation Bill and Melinda Gates. Elle débuta en janvier 2020 et donne aux stratégies déjà utilisées dans les autres initiatives agricoles des Gates une nouveau tournant. Elle introduit la modernisation technologique avec la technologie de détection, de modification des gênes CRISPR-Cas9 pour les semences et les plantes, basée sur des modèles de prévisions et l’intelligence artificielle. La BMGF est après le groupe militaire américain DARPA le plus gros donateur pour le développement de la technologie génique. Cela a commencé en 2003 avec les enzymes de levure, puis a continué en 2015 avec la découverte du CRISPR et continue toujours aujourd’hui. L’ingénierie des protéines va marquer la prochaine phase de manipulation génique.

L’influence directe sur les laboratoires de recherche internationaux assure la continuité du programme de la BMGF. C’est le cas du  Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR), qui reçoit de la fondation près de 105 millions de dollars de plus que de tout autre donateur. Gates s’efforce également de consolider les 15 plus grosses banques de semences au monde, en finançant des initiatives mondiales comme par exemple la Diversity seek (DivSeek) dont le but est de dupliquer l’ensemble des informations génétiques des semences entreposées. Ainsi, des brevets sur l’ensemble des informations génétiques collectées peuvent être enregistrés. Cela mène au biopiratage. Au cours des cinq dernières années, l’intérêt économique en matière de biodiversité en lien avec le développement de la biotechnologie n’a cessé de croître, tout particulièrement en ce qui concerne l’accès illimité aux séquençages d’informations numériques (DSI). Le DSI est une biotechnologie qui scanne les informations génétiques d’un génome pour ensuite charger le matériel génétique des plantes sur une base de données numérique. Cela représente une menace aux conventions internationales et tout particulièrement une atteinte fondamentale aux Accords pour la diversité biologique  et au Protocole de Nagoya.

Les véritables intérêts de la Fondation Gates 

Comme démontré, la fondation Gates s’engage pour le développement du « consensus » et pour un cadre réglementaire moins onéreux pour eux, afin de lancer sur le marché les « innovations » financées au plus vite, peu importent les risques, les conséquences ou les échecs précédents. Cela se manifeste par une attaque tactique agressive des voix critiques lors de débats internationaux, alors que les projets et les initiatives de la fondation ne sont peu ou pas du tout tenus responsables. La BMGF finance tout ce qui peut satisfaire leurs propres intérêts et l’atteinte de ce consensus et d’un cadre réglementaire moins onéreux, depuis la couverture médiatique sur la recherche, les universités, les start-ups, les programmes et projets de développements, les initiatives de recherche des institutions internationales jusqu’aux programmes gouvernementaux. 

Les recherches de Navdanya ont démontré que l’agriculture industrielle est inefficace et contre-productive / Photo de Unsplash

Il n’est autre qu’un besoin démocratique que le rapport soit analysé en profondeur par des experts et des dirigeants de mouvements de la société civile tels que Vandana Shiva, Farida Akhter, José Esquinas Alcàzar, Nicoletta Dentico, Fernando Cabaleiro, Seth Itzkan, Dru Jay, Satish Kumar, Jonathan Latham, Aidé Jiménez-Martínez, Chito Medina, Zahra Moloo, Silvia Ribeiro, Adelita San Vicente, Ali Tapsoba, Jim Thomas et Timothy A. Weise. Le rapport s’appuie sur la participation d’organisations internationales et de mouvements nationaux comme le Groupe ETC, l’Alliance Communautaire pour la Justice Globale / Agra Watch, Soil4Climate, Bioscience Resource, GM Watch, Naturaleza de Derechos (Argentine), Masipag (Philippines), Terre à Vie (Burkina Faso) et Ubinig (Bangladesh).

 

Le rapport, en anglais, peut être téléchargé gratuitement sur le site de Navdanya International: www.navdanyainternational.org

Navdanya International Press Office

info@navdanyainternational.org

Traduction de l’allemand, Frédérique Drouet
Catégories: Asie, Communiqués de Presse, Ecologie et Environnement, Economie, International, Opinion
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.