Ce lundi 2/11, il a été annoncé que Jacinda Ardern, la première ministre néo-zélandaise, avait élu comme nouvelle chancelière Nanaia Mahuta, une femme maorie – originaire de Nouvelle-Zélande – qui, il y a quatre ans, est devenue la première parlementaire du pays à porter un Moko Kauae, un tatouage traditionnel sur le menton des Maoris.

Mahuta détenait auparavant plusieurs portefeuilles, dont celui du gouvernement local et du développement maori, et est proche de la défunte reine maori Te Arikinui Te Atairangikaahu et de l’actuel roi Kingi Tuheitia, selon Radio New Zealand.

« Je suis privilégiée de pouvoir mener les discussions avec les pays étrangers », a déclaré la Maori lors de sa nomination, selon la radio locale. La Nouvelle-Zélande possède un gouvernement des plus diversifiés. Parmi les 20 postes ministériels nommés par la dirigeante du pays, dont le parti (Labor Party) a été réélu par une large majorité des électeurs le mois dernier, remportant 49,1 % des voix, huit seront occupés par des femmes, cinq par des indigènes maoris, trois par des habitants des îles du Pacifique et trois par des homosexuels, dont le vice-premier ministre, Grant Robertson.

« Il s’agit d’un cabinet et d’un exécutif fondé sur le mérite qui se trouve être incroyablement diversifié et j’en suis fier », a déclaré la dirigeante océanienne, ajoutant que ces personnes « reflètent la Nouvelle-Zélande qui les a élues ».

Quant aux élections législatives, avec 64 des 120 sièges parlementaires remportés, le conglomérat Ardern a été le premier à obtenir une majorité depuis 1996, date à laquelle le système politique actuel a été mis en place. En outre, il sera l’un des plus équilibrés au monde, avec près de la moitié des sièges législatifs occupés par des femmes, ce qui dépasse de loin la moyenne mondiale de 25 %.