La nouvelle de l’« avertissement » lancé par la désastreuse administration Trump au Panama de renoncer à recourir à l’aide des médecins cubains ( https://www.pressenza.com/it/2020/08/gli-usa-avvertono-panama-per-avvertire-tutti-no-ai-medici-cubani/ ) n’est certainement pas surprenante car elle confirme une fois de plus le mépris absolu des vies humaines. Même un journal états-unien spécifiquement concerné par la sécurité nationale et les questions militaires, Defense One, publie un article intitulé « Pourquoi les morts n’ont-ils pas d’importance ? »[1].

Le New York Times fait à mon avis un travail très utile en fournissant des données mises à jour quotidiennement sur les tendances pandémiques dans le monde, y compris une carte qui apparaît sous forme interactive sur le site et qui permet de lire pour chaque pays les données mises à jour et la tendance des 15 derniers jours ( https://www.nytimes.com/interactive/2020/world/coronavirus-maps.html). Un simple coup d’œil révèle que l’ensemble du continent des Amériques, du Nord au Sud, est le plus « appauvri » du monde, à quelques exceptions près, et en particulier le rouge vif des Etats-Unis et du Brésil se détache : on pense immédiatement qu’un « remède cubain » serait vraiment sain !

Les pays du monde où la contagion est actuellement la plus faible sont : Vietnam, Malaisie, Cambodge, Thaïlande, Chine, certains pays africains et, sur le continent américain, Cuba, Nicaragua et Uruguay. Cuba est sous un bloc de plus en plus brutal ( https://www.pressenza.com/it/2020/05/cuba-alla-sfida-della-covid-19-un-miracolo-travestito-da-normalita/ ), car la vie vaut moins que zéro !

[1] Un article, en anglais, qui vaut au moins la peine d’être parcouru : Gregory A. Daddy, « Why Don’t The Dead Matter ? », Defense One, 19 août 2020, https://www.defenseone.com/ideas/2020/08/why-dont-dead-matter/167840/. « Trop peu d’Américains semblent éprouver une véritable compassion pour les morts, même parmi leurs compatriotes. Nous pouvons blâmer nos guerres sans fin ».