Changement de paradigme : la permaculture, c’est la vie

23.05.2020 - Navarro, Argentine - Redacción Argentina

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Allemand

Changement de paradigme : la permaculture, c’est la vie
Texte image : 3 Principes éthiques : Prendre soin des ressources et être attentif à la redistribution des surplus. Prendre soin de la Terre. Prendre soin des gens. Les 12 principes de conception de la permaculture (voir article ci-dessous). (Crédit image : Asociación Gaia)

Suite à l’appel lancé récemment par ce média[1], nous avons jugé utile de partager davantage d’informations et de compléter ce que représente la notion de permaculture. Avec cette deuxième étape, nous voulons contribuer aux changements de perspectives sociales, politiques, économiques et écologiques qui sont essentiels pour faire face à l’avenir qui attend toute l’humanité.

Le terme « permaculture » est proposé dans les années 1970 par Bill Mollison et David Holmgren pour décrire ce qui était au départ un système d’agriculture permanente et en transformation continue, puis élargi pour envisager la culture permanente, puisque les activités et les facteurs humains sont inévitables dans la formation d’un paradigme intégré et véritablement durable. De cette manière, et au fil du temps, la permaculture est devenue une philosophie de vie axée sur le travail en harmonie avec la nature par le respect et la reproduction de ses modèles et l’analyse de ses différents systèmes dans toutes leurs fonctions, afin de répondre aux besoins humains locaux de manière efficace et responsable. Nous comprenons qu’il s’agit d’une réponse globale et pragmatique aux scénarios futurs, en particulier à la crise actuelle.

L’attitude contemplative, réceptive et systémique qui résulte de cette approche nous permet de concevoir des pratiques régénératives et des solutions naturelles et durables pour les aspects de la vie liés à la production alimentaire, à l’énergie, à la collecte et à la distribution de l’eau, au traitement des déchets, à la construction de logements, à la santé, entre autres. Il convient de souligner que le savoir ancestral des communautés d’origine constitue un ensemble de connaissances fondamentales et intègre les stratégies de permaculture. En définitive, cela encourage le développement de communautés intentionnelles fondées sur la résilience, l’horizontalité et la solidarité, et respectueuses de leur environnement.

La permaculture, loin d’être une vision hallucinée, est basée sur trois principes éthiques, soutenus par 12 outils conceptuels qui constituent les principes de conception de la permaculture. Elles sont détaillées ci-dessous[2].

Principes éthiques

Prendre soin de la Terre. Ce principe englobe le soin de toutes les formes de vie qui habitent la Terre, indépendamment de leur utilité et des inconvénients qu’elles peuvent représenter. Nous minimisons notre impact sur l’environnement ; et lorsque nous tuons ou nuisons à d’autres êtres vivants, nous le faisons de manière consciente et respectueuse.

Prendre soin des gens. Nous assumons la responsabilité personnelle de notre situation et nous nous concentrons avec résilience sur les opportunités qui se présentent. Seule une personne saine et sûre peut contribuer au bien-être général. Ce dernier repose sur des valeurs et des avantages non matériels.

Prendre soin des ressources et être attentif à la redistribution des surplus. La notion et le sentiment d’abondance sont reconsidérés afin de valoriser suffisamment, ce qui nous permet de conserver notre autonomie et le contrôle sans épuiser les ressources disponibles. Le partage des excédents au-delà de notre univers de responsabilité directe encourage l’application des deux principes précédents.

Principes de conception de la permaculture

Il s’agit de déclarations d’action positive qui aident à identifier des modèles et des possibilités de conception intégrée et évolutive. Chaque principe est associé à une icône et renforcé par un proverbe qui en souligne l’aspect préventif.

1. Observer et interagir (« La beauté est dans l’œil de celui qui regarde »).
Prendre le temps d’une observation approfondie et d’une interaction avec l’environnement permet de concevoir des solutions efficaces et appropriées à chaque situation ou projet.

2. Capture et stocke l’énergie (« Récoltez le foin pendant que le soleil brille »).
Des systèmes créatifs de collecte des ressources énergétiques en période d’abondance assurent leur disponibilité en période de pénurie.

3. Obtenir un rendement (« Vous ne pouvez pas travailler à jeun »).
La conception est développée et soutenue si elle génère des bénéfices immédiats et réellement utiles. Ceux-ci fonctionnent comme des récompenses – ou des rétro-alimentation positives – qui améliorent le système qui les a créés.

4. Appliquer l’autorégulation et accepter la rétro-alimentation (« Les erreurs parentales affectent les enfants jusqu’à la septième génération »).
Ce sont des attitudes qui aident à contrôler les comportements inappropriés et l’abus d’énergie, par le retour des conséquences pour nous.

5. Utiliser et valoriser les services et les ressources renouvelables (« Laisser la nature suivre son cours »).
Il s’agit de faire un usage conscient et durable de ces services et ressources pour décourager la demande consumériste et encourager une interaction harmonieuse avec la nature.

6. Ne pas produire de déchets (« En évitant le gaspillage, vous évitez de produire des pénuries » « Mieux vaut prévenir que guérir »).
La frugalité et le souci des déchets et de la pollution sont encouragés en considérant les déchets comme ressources et opportunités.

7. Concevoir depuis des modèles jusqu’aux détails (« Les arbres cachent la forêt »).
La détection des modèles naturels et sociaux complexes dans leur ensemble permet d’élaborer une conception appropriée qui intègre ensuite les systèmes les plus simples.

8. Intégrer plutôt que séparer (« Beaucoup de mains allègent le travail »).
Les systèmes intégrés sont conçus dans lesquels chaque élément interagit avec les autres dans ses fonctions et ses productions.

9. Utilisez des solutions lentes et de petite taille (« Plus la chute est grande, plus elle est dure » « Lentement et en toute sécurité, on gagne la course »).
La conception intègre des fonctions à échelle pratique et efficace, à taille humaine et à vitesse réduite, ce qui augmente l’énergie disponible pour maintenir un système durable.

10. Utiliser et valoriser la diversité (« Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier »)
La diversité des formes, des fonctions et des relations met en évidence la complexité de l’évolution et permet de se protéger contre la vulnérabilité et l’adversité.

11. Utilisez les bords et valorisez le marginal (« Ne pensez pas que vous êtes sur la bonne voie juste parce qu’il y a beaucoup d’empreintes »).
Donnez de l’importance au fait d’avoir une vision périphérique pour intégrer les éléments qui, de la périphérie, apportent de la richesse à une fonction ou relient des systèmes.

12. Utiliser le changement et y répondre de manière créative (« La vision ne consiste pas à voir les choses comme elles sont, mais comme elles seront »).
Il s’agit autant de mettre en œuvre des changements délibérés et appropriés que de répondre ou de faire preuve de créativité pour aborder les changements du système qui sont en dehors de notre intervention, de sorte que l’impact soit toujours positif.

D’autre part, un accent particulier est mis sur l’enseignement, afin que les connaissances, les techniques et les stratégies de la permaculture soient diffusées le plus largement possible, dans le but d’atteindre de plus en plus de personnes désireuses de recadrer leur vie. L’association Gaia a fondé l’Université Internationale de Permaculture (UIP) et dispense des cours de différents types depuis de nombreuses années. En raison de la pandémie qui maintient l’humanité en marge et dont les conséquences sont imprévisibles, un Manifeste a été publié et un atelier spécifique de relocalisation a été créé[3], ouvert à tous ceux qui veulent s’approcher de la permaculture et repenser leurs valeurs et leur mode de vie en ces temps d’incertitude et de destruction.

La permaculture génère et régénère, protège, promeut et améliore la vie.

Notes

[1] https://www.pressenza.com/es/2020/05/cambio-de-paradigma-hacia-una-relocalizacion-permacultural/

[2] Pour une analyse approfondie de chaque príncipe, voir le libre de David Holmgren, Permacultura. Principios y senderos más allá de la sustentabilidad, Ediciones Kaicron, Buenos Aires, 2012.

[3] Manifeste de relocalisation en permaculture : https://gaia.org.ar/manifiesto-de-relocalizacion-permacultural/  Information sur le cours intensif de relocalisation : https://gaia.org.ar/curso-intensivo-de-relocalizacion-permacultural/

 

Catégories: Ecologie et Environnement, International
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

Catalogue de documentaires

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

xpornplease pornjk porncuze porn800 porn600 tube300 tube100 watchfreepornsex

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.

maltepe escort