Par Ángel Martín

Cette nouvelle crise planétaire est une nouvelle occasion de mettre en pratique les derniers jouets technologiques que les sociopathes du système s’efforcent de perfectionner quotidiennement dans leurs industries. Des drones équipés de caméras thermiques, des logiciels de reconnaissance faciale et des bracelets de cheville GPS pour surveiller les mouvements des suspects s’ajoutent aux propositions « analogiques » plus classiques typiques des pays en développement pour le contrôle de la population, comme les mises en scène du gouvernement dans les médias en temps de guerre ou l’organisation de promenades des « fiancés de la mort » dans les quartiers potentiellement dangereux des villes.

Les technologies de contrôle qui, jusqu’à récemment, appartenaient au domaine de la littérature ou du cinéma de science-fiction, produit d’une conception violente et déshumanisée de l’être humain, sont maintenant mises en œuvre sous le prétexte de la lutte contre la pandémie et font de ce monde le rêve dégoulinant avec lequel tout bon fasciste a toujours mouillé ses draps.

La voie alternative, celle qui cherche à collaborer à la protection de la vie en donnant la priorité à absolument toutes les ressources de l’État vers les services publics de santé et de protection sociale, ne semble pas plaire aux courtiers et aux dirigeants des banques et des entreprises qui financent et dirigent la plupart des gouvernements de la planète. En outre, leurs marionnettes les plus grossières ont averti sans vergogne les médias que l’économie est plus importante que les personnes et leur bien-être physique et mental.

Parmi les nombreuses inconnues pour l’avenir que soulève ce moment extraordinaire, la réponse que les gens donneront une fois la crise surmontée est particulièrement intéressante.

Tous ces phénomènes de solidarité et d’entraide entre les personnes qui émergent spontanément à la base sociale en dehors du contrôle institutionnel vont-ils servir à apprendre et à incorporer dans la conscience collective que le progrès de quelques-uns finit par n’être le progrès de personne ? Ce changement de conscience entraînera-t-il une transformation profonde de la société ?

Ou, au contraire, les populations vont-elles faire pression et exiger de leurs gouvernements plus de contrôle et une main de fer sur elles-mêmes, plus de technologie orwellienne dans les rues des villes et un retour à des moments historiques sombres mais plus « stables » comme semblent l’allégoriser ces chansons de Manolo Escobar entendues sur les balcons ?

S’agira-t-il d’un nouveau tournant historique dans le processus humain pour décider entre le Oui et le Non ? S’agira-t-il d’un moment pour choisir entre les régions les plus sombres de l’intériorité des personnes qui font appel à la vengeance et à l’annulation de la vie ou celles plus lumineuses qui ont donné des références dans d’autres moments critiques du passé ? Retournerons-nous à un nouveau et sombre Moyen-âge ou éclairerons-nous une voie pour sortir de cette préhistoire humaine ?

Quelle que soit la direction des événements, elle sera le résultat d’un acte intentionnel, d’une décision de ces majorités qui doivent choisir entre leur Oui interne et leur Non interne et en aucun cas une conséquence de la mécanique froide des pendules qui semblent déterminer le temps historique.