Open Arms : « Nous devons toujours être du côté de ceux qui sont considérés comme la cinquième roue du carrosse »

18.04.2020 - Quito - Santiago du Chili - Barcelone - Redacción Ecuador

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien, Catalan, Grec

Open Arms : « Nous devons toujours être du côté de ceux qui sont considérés comme la cinquième roue du carrosse »
(Crédit image : 4 Elementos)

Cuatro Elementos a interviewé Riccardo Gatti, chef de mission de l’ONG Open Arms, qui a partagé les actions qu’ils mènent en cette période de pandémie.

Ir a descargar

En quoi consiste ce projet sur lequel travaille Open Arms ?

Cela fait 15 jours qu’on nous a demandé d’aider à atteindre le plus grand nombre de personnes possible. Le premier projet mis en place consiste à soutenir la Fondation contre le sida qui travaille dans un hôpital de Barcelone et à déterminer si les médicaments déjà sur le marché sont utilisés normalement dans les endroits où sévit la malaria et s’ils peuvent réduire la charge virale du virus. Pour l’instant, il semble que ce soit le cas, mais il est évident qu’une étude approfondie avec un large échantillon de la population doit être bien faite et aussi dans le cadre du même projet après une analyse minutieuse des situations qui se vivent ici en Espagne.  L’un des plus gros problèmes est que les maisons de retraite sont vraiment dans une situation très grave dans le sens où, malheureusement, il s’agit d’un groupe de population qui n’aura guère accès aux unités de soins intensifs et qui, en raison des congés de maladie et d’autres facteurs, ne pourra guère être testé pour savoir s’il est infecté ou non.

Nous avons une double fonction : d’abord, nous faisons des tests et nous leur demandons s’ils veulent volontairement participer à cet essai clinique, puis nous leur fournissons les médicaments qui nous sont fournis par l’hôpital, conformément aux directives, évidemment, et le tout est coordonné avec le conseil de la santé de Catalogne et le ministère espagnol de la santé et, à ce jour, nous avons réussi à toucher environ 1.500 personnes. La phase de collecte des données est divisée en quatre étapes différentes tout au long des 15 jours où les personnes restent sous surveillance. Aujourd’hui, nous avons constaté que toutes les personnes qui, au 14e jour, ont développé des anticorps dus à un contact avec le coronavirus et ont toutes été testées négatives, il semble que nous obtenions des résultats encourageants.

Le projet est-il développé uniquement en Catalogne ou envisagez-vous de l’étendre à d’autres régions, à d’autres lieux ?

En ce moment, pour des raisons purement logistiques, nous sommes en Catalogne. À partir d’aujourd’hui, nous lançons également un autre projet, qui découle d’une demande de la ville de Barcelone et qui consiste à transférer, à aider un service médical d’urgence très saturé et ayant des difficultés logistiques, puis à les aider à effectuer des transferts dans trois établissements qui ont été préparés pour les personnes âgées testées positives au COVID 19. Nous avons déjà lancé deux projets, le premier qui dure depuis 15 jours et le second que nous avons commencé aujourd’hui.

De combien de personnes parlons-nous ?

Je n’ai pas les chiffres complets de la population de la Catalogne pour le moment. Afin d’avoir l’échantillon nécessaire pour pouvoir confirmer si ce médicament fonctionne, nous parlons de 3.000 personnes, nous allons à un bon rythme car j’ai dit que nous avons déjà réussi à atteindre 1.500 personnes. Si nous parvenons à ce que l’équipe de recherche confirme que le médicament spécifique agit de manière bénéfique sur les symptômes du coronavirus après 3.000 personnes, il pourrait être étendu au niveau de la population en Espagne ou ailleurs, car il serait scientifiquement confirmé que ce médicament fonctionne.

Dans le second projet, il est question de couvrir 294 foyers en 4 jours. En fait, nous demandons des volontaires parce que c’est vraiment une course contre la montre et nous avons besoin qu’ils viennent nous donner un coup de main.

Quelle est la situation actuelle des flux de personnes en Méditerranée centrale ?

Le flux continue. Aujourd’hui, plusieurs ONG ne sont pas en mer pour différentes raisons. Dans notre cas, parce que notre bateau est dans un état de délabrement et que les limitations de mouvement à cause du Covid-19 nous empêchent de suivre le rythme nécessaire. Une autre ONG amène ses bateaux dans les ports et il est difficile de faire embarquer les équipes et de les faire partir. En ce moment, un navire allemand d’ONG avec 150 personnes à bord qui ont été secourues il y a trois jours et qui n’ont toujours pas de port pour désembarquer et il y a un bateau très proche de Malte, au milieu de la Méditerranée centrale. Ils sont à la dérive et demandent de l’aide.

Ces derniers jours, il y a eu différents départs et aussi deux bateaux dont nous ne savons rien aujourd’hui. L’expérience nous dit que si nous ne savons rien après quelques jours, nous pouvons imaginer qu’ils ont coulé. Les départs se poursuivent et il n’y a pas d’équipes de secours.

Comment protègent-ils les personnes qu’ils secourent en ce moment d’isolement ?

Malheureusement, les personnes que nous secourons viennent de situations beaucoup plus difficiles que le coronavirus. Ce sont des personnes qui ont déjà vécu des expériences traumatisantes de torture, d’enfermement, de mauvais traitements et toutes les pires choses que les êtres humains peuvent faire. Pour le moment, nous n’avons pas eu la possibilité de les traiter, mais ce que nous faisons est toujours un triage médical dans lequel, normalement, nous trouvons la tuberculose ou certaines maladies du système respiratoire, la gale et autres. En fonction du diagnostic, même les évacuations médicales sont demandées. Malheureusement, la situation actuelle est telle que, par exemple, le navire allemand des ONG est clairement rejeté par l’Italie et Malte, qui sont les ports dans lesquels il pourrait arriver le plus rapidement possible et qui ne sont qu’à quelques heures de distance. L’urgence rend impossible le désembarquement des naufragés secourus et la situation devient encore plus difficile.

Quel est le rapport entre ce que fait régulièrement Open Arms et ce que vous faites en ce moment ?

Nous étions à l’arrêt, le bateau est à l’arrêt, donc au cas où nous penserions « nous devons faire quelque chose », nous avons une grande capacité à réagir rapidement dans les situations d’urgence, nous avons une grande capacité à travailler dans des situations compliquées et à inventer et réinventer des protocoles de manière très rapide et dans ce moment d’introspection, nous avons vu qu’il y avait un besoin évident de personnes qui malheureusement dans les pires situations, sont toujours la cinquième roue du carrosse. C’est ce qui se passe en Espagne avec les personnes âgées qui, si elles ont des problèmes respiratoires, n’auront pas accès aux unités de soins intensifs.

Nous avons donc pensé qu’il était nécessaire de faire quelque chose pour continuer à défendre ce que nous avons toujours défendu : les droits humains, le droit à la vie et toujours du côté des plus démunis. Ici, en Espagne, nous participons à ce projet, en Italie, nous nous déplaçons également en apportant de la nourriture dans les maisons des quartiers les plus pauvres de différentes villes et en essayant, par exemple, de soutenir les familles qui n’ont pas les moyens de faire suivre les cours à leurs enfants en ligne grâce à internet et à des appareils tels que les téléphones et les ordinateurs.

C’est en fait un peu comme ça, nous sommes toujours en train de défendre la vie humaine. Normalement, nous sommes habitués à défendre les droits et la vie humaine en mer, mais nous ne sommes pas en mer actuellement et nous devons donc évidemment être là où le besoin se fait sentir, ce qui est très nouveau pour nous aussi, nous sommes une très petite ONG. Ce qui s’est passé, c’est que nous nous sommes interrogés et nous nous sommes dit que nous devions le faire, que nous étions en capacité de réagir. Nous avons essayé et nous avons vraiment le sourire parce que nous avons réussi à le faire en peu de temps et que nous sommes en train de donner un coup de main là où nous le pouvons.

Pensez-vous, Riccardo, qu’après les nombreuses critiques que vous avez reçues pour votre travail avec les personnes en quête de refuge, il y aura une reconnaissance de ce travail ?

Je crois qu’en fin de compte, tout ce qui a une réalité, tout ce qui a une substance reste dans le temps, tout ce qui est faux ou issu des fausses nouvelles, le mépris construit sur des mensonges a peu de cours. Je ne pense pas que les ONG que je connais, les associations et les fondations fassent quoi que ce soit pour obtenir une reconnaissance, mais je le répète, les choses qui n’ont aucune cohérence, comme les discours de haine n’ayant aucun sens, pèsent de tout leur poids.

Lorsque la pandémie a commencé, les mêmes vieux « Salvinis » de la situation criaient déjà que la frontière devait être fermée parce que les Africains nous auraient apporté la maladie, car on a l’habitude de toujours dénigrer les migrants, mais ensuite nous disons le contraire, que tout est né ailleurs.

 

Traduction de l’espagnol, Maryam Domun Sooltangos

Catégories: Europe, Interviews, Migrants, Radio
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Recherchez

 

Le début de la fin des armes nucléaires

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Mobilisons-nous pour Assange!

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.