[Espagne] Pamela Palenciano : Pourquoi l’extrême droite la prend pour cible ?

05.02.2020 - Madrid, Espagne. - Juana Pérez Montero

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Catalan

[Espagne] Pamela Palenciano : Pourquoi l’extrême droite la prend pour cible ?

La monologuiste espagnole Pamela Palenciano est poursuivie pour avoir dénoncé la violence contre les femmes et, à travers cela, la violence d’un système construit sur l’inégalité. C’est la raison pour laquelle elle est devenue la cible de l’extrême droite de Vox.

La solidarité n’a pas tardé à se manifester. Pamela parle de tout cela dans cet entretien.

Pamela Palenciano est une monologuiste, activiste et féministe espagnole qui parcourt depuis 16 ans les écoles, lycées, universités, théâtres, etc. pour dénoncer la violence de genre contre les femmes avec son monologue “No solo duelen los golpes” (Il n’y a pas que les coups qui font mal). Et elle le fait en se basant sur sa propre biographie, après avoir subi la violence machiste de son premier partenaire.

Pamela a fait l’actualité après que le parti d’extrême droite VOX a justifié l’introduction du veto parental [pin parental] dans l’éducation – dans différentes communautés autonomes où ce parti est au pouvoir ou soutient des gouvernements de droite – en raison du rôle qui jouent des personnes comme Pamela dans l’éducation en matière de violence contre les femmes.

Toutes les critiques de l’extrême droite envers l’éducation en matière d’égalité et de violence de genre se sont concentrées, ces dernières semaines, sur une figure, une femme : Pamela Palenciano.

Acte de solidarité avec Pamela Palenciano à Vallecas, ce mercredi 29 janvier. Photo : Marisa Nuño

Face à cette situation, la solidarité des partis politiques tels que Unidas Podemos, du mouvement féministe ou des voisins de son quartier, Vallecas (Madrid), où un acte de soutien a eu lieu, est fondamentale pour la monologuiste. Qui mieux qu’elle pour nous en parler?

Pressenza : Peux-tu  nous raconter ce qui s’est passé ?

Pamela Palenciano : La semaine dernière les partis politiques qui veulent mettre en place le veto parental ont fait de moi une arme pour que les lycées ne travaillent pas sur l’égalité et la violence de genre. Face à cela, la formation Unidas Podemos a décidé de m’épauler et a proposé un acte symbolique à l’Assemblée de Madrid, afin de réaliser un monologue et démontrer qu’il n’y pas lieu d’endoctrinement. En réponse à cette proposition, les partis de droite [Partido Popular, Ciudadanos et Vox] ont refusé la performance en alléguant qu’aucun événement théâtral ne peut avoir lieu au sein de l’Assemblée [Parlement régional de Madrid].

P : Mais finalement vous avez joué la performance…

PP : Oui, je l’ai fait dans la rue, c’est là où est la lutte, là où sont les gens, là où est le corps, même si les conditions n’étaient pas propices pour le faire en entier. Ça a été un acte de protestation contre ce qui s’est passé, et j’ai senti l’énorme soutien du mouvement féministe, j’ai senti beaucoup de chaleur, beaucoup d’amour de la part des gens qui me soutiennent.

… Lorsque le patriarcat épouse le capitalisme, se produit l’inégalité la plus aberrante

P : Votre discours est comme le fil d’Ariane, vous commencez en parlant de la violence machiste et vous suivez le fil en parlant de la violence en général, et vous finissez en dénonçant le système…

PP : Oui, ma relation avec mon ancien agresseur est le prétexte – comme on dit dans le théâtre – pour pouvoir analyser le système : un système patriarcal, capitaliste, colonialiste et raciste, et je parle de toutes les inégalités qui existent. La première inégalité qui a été imposée au patriarcat a été l’inégalité entre les corps, le corps fort – comme le masculin – et le corps faible – comme le féminin – et à partir de là je parle de toutes les inégalités. Lorsque le patriarcat épouse le capitalisme, se produit la plus grande et la plus aberrante des inégalités.

P.- Votre réflexion – basée sur votre propre expérience ayant subi des abus en tant que femme – vous a-t-elle amenée à comprendre qu’en réalité, vous êtes tous les deux, homme et femme, victimes du système lui-même?

PP.– C’est ça, reconnaître qu’il est victime d’un système, mais bien sûr, ce n’est pas la même partie du patriarcat qui fout les hommes en l’air que celle qui nous tue, nous les femmes, ce n’est pas la même chose… et c’est ce que j’essaie d’expliquer.

Ce que je fais, c’est ouvrir la possibilité de compréhension, de dialogue entre hommes et femmes…

P : Il ne s’agit pas de justifier, mais ne pensez-vous pas que la reconnaissance d’une partie et de l’autre peut ouvrir la voie à des solutions, à une possibilité de réconciliation ?

PP : C’est bien cela. Je propose un discours, sur lequel je ne sais pas pourquoi ils ont mis leur veto, car ce que je fais, c’est ouvrir la possibilité de compréhension, de dialogue entre hommes et femmes, de mener une vie plus saine et moins inégale.

Le discours de l’extrême droite est le même partout dans le monde

P : Comment l’émergence de l’extrême droite sur la scène politique, un phénomène qui n’est pas seulement de ce pays, a-t-elle influencé ?

PP : L’extrême droite est partout dans le monde, avec les mêmes discours. Les personnes qui ont conseillé Trump sont les mêmes que celles qui ont conseillé VOX et ce qu’elles font, c’est implanter une idéologie commune, elles essaient de faire reculer dans le monde entier tous les droits que nous, féministes, avons obtenus au cours des dix dernières années. Ils disent que c’est une idéologie de genre, de la haine des femmes envers les hommes… C’est le même discours qu’ils utilisent au Brésil, en Espagne, etc.

P : Vous parcourez des lycées, des universités, des différents domaines… Comment les gens et en particulier les jeunes réagissent-ils ?

PP : Les filles s’identifient beaucoup, elles pleurent, elles me disent que je leur ai sauvé la vie, qu’elles ont vu leur vie avec leur agresseur à travers mon monologue, d’autres coupent la relation avec leur agresseur juste après… Il y a beaucoup de garçons qui se reconnaissent soudain comme machistes et veulent changer parce qu’ils se voient dans un miroir qu’ils n’aiment pas… Les réponses en disent beaucoup.

… Lorsque l’humanité touche un terrain très sombre, elle ressurgit toujours pour surmonter la haine.

P : Quelle est l’essence de votre discours ?

PP : Qu’il existe depuis longtemps une très grande inégalité et que cette inégalité nous a amenés à générer des relations de violence.

P : Compte tenu de la situation qui existe et de la façon dont l’extrême droite progresse, comme vous le disiez, aux États-Unis, au Brésil… que peuvent faire les gens ordinaires ?

PP : Redescendre dans la rue pour empêcher que cela ne se produise. Révolution pour réclamer ce qui nous appartenait, pour qu’on ne nous l’enlève pas, pour réclamer des droits, la liberté, l’amour et, surtout, la justice.

P : Il semble qu’il y ait eu une régression. Voyez-vous une chance de l’inverser à nouveau ?

PP : Eh bien, cela va coûter cher parce que ces gens ont des outils d’endoctrinement durs, surtout envers les jeunes, mais je ne vois pas cela comme impossible. Cela va être difficile parce que ce que nous proposons, c’est que les gens qui ont le pouvoir ne l’aient pas, mais allons-y!

P : Êtes-vous optimiste ?

PP : Oui, ce que je vois dans les salles de classe m’aide. Hier, par exemple, sur 100 étudiants, 91 sont venus à mon monologue. Les 9 autres ne sont pas venus parce que leurs parents ont dit qu’ils ne pouvaient pas venir me voir parce que j’allais les endoctriner, mais sur 100, seuls 9 ne sont pas venus, je trouve cela positif. Nous vivons actuellement une période difficile, une très grande crise mondiale, le changement climatique, la mort de la Terre Mère, les guerres, la violence, le racisme… mais, dans tout cela, il arrive parfois que l’Humanité, lorsqu’elle touche un terrain très sombre, ressurgisse toujours pour surmonter la haine.

Le véritable amour ne fait pas de mal… il est plein de respect, d’écoute, de confiance et de liberté

P : Votre message est-il un message d’amour face à la haine ?

PP : Effectivement, et que le véritable amour ne fait pas mal et l’amour le plus important est celui qui est plein de respect, d’écoute, de confiance et de liberté, dans toute relation, qu’il s’agisse de famille, de couple ou d’amitié…

 

Nous remercions VallecasVA pour les images

Catégories: Droits humains, Europe, Genre et féminismes, Interviews
Tags: , , , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Mobilisations quotidiennes EN DIRECT à Santiago 19.02.20

Le début de la fin des armes nucléaires

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Mobilisons-nous pour Assange!

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.