[Manifestation avec 1.8 millions de personnes] 30 Mai au Brésil : deuxième tsunami pour l’éducation en deux semaines

01.06.2019 - Sao Paulo, Brésil - Redação São Paulo

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Portugais, Grec

[Manifestation avec 1.8 millions de personnes] 30 Mai au Brésil : deuxième tsunami pour l’éducation en deux semaines

Par RBA/Reportage de Felipe Mascari et Rodrigo Gomes/ Traduction de Pressenza
Photos Mídia Ninja, Jonas Santos Mídia NINJA, Leandro Medeiros Estudantes NINJA, Cassiano Marquez Mídia NINJA

 

São Paulo, Rio et Belo Horizonte ont connu les mobilisations les plus importantes. « Ils ont secoué la fourmilière et c’est ce qui s’est passé « , a déclaré le scientifique Miguel Nicolelis au sujet de l’acte qui a fait descendre 1,8 million de personnes dans la rue.

Les actes de défense de l’éducation publique dans le pays et contre la réforme du gouvernement de Bolsonaro, ont dépassé les attentes des organisateurs selon l’Union nationale des étudiants (UNE). A São Paulo, la participation était estimée à 300.000 personnes. Beaucoup sont arrivés au début de la manifestation vers 17 heures à Largo da Batata, un quartier de Pinheiros, dans la partie ouest de la capitale. D’autres se sont ajoutés le long des plus de 4 kilomètres parcourus jusqu’à la déconcentration, vers 21 heures sur l’avenue Paulista.

Belo Horizonte a rassemblé 200.000 manifestants. Rio de Janeiro et Recife, au moins 100.000 personnes chacune. La mobilisation dans le District fédéral (Brasilia) a attiré quelque 20.000 personnes. Au Salvador, il y avait 70.000 personnes, 40.000 à Belém et 30.000 à São Luís. Selon les récits des organisateurs, environ 1,8 million de personnes sont descendues dans les rues de 190 villes brésiliennes des 26 États et du District fédéral, ainsi que de 10 autres villes à l’étranger.

« Ils ont secoué la fourmilière et c’est ce qui s’est passé « , a déclaré le scientifique Miguel Nicolelis sur les réseaux sociaux. Sur l’avenue Paulista, la présidente de l’UNE, Marianna Dias, a déclaré : « Le 30 mai entre dans l’histoire de notre pays. Quand les étudiants, les enseignants, les travailleurs, les parents, le peuple brésilien sont retournés dans la rue lors d’un grand tsunami. Pour ceux qui n’y croyaient pas, nous sommes là. Nous sommes des millions. Nous sommes des rebelles. Nous sommes des questionneurs.

Marianna a admis que les attentes ont été dépassées quant à l’ampleur des manifestations, et a souligné l’énergie et les vibrations provenant de l’asphalte, prises par des jeunes, « organisés » ou « autonomes ». Le jeu de mots imprimé sur la banderole géante accompagnant la marche,  » Brésil UNI pour l’éducation « , a traduit une réalité. « Si vous voulez interdire, inhiber notre voix et notre manifestation, vous allez échouer. Parce que les gens qui ont quitté leur foyer ne rentrent plus chez eux si l’éducation de notre pays n’est pas respectée. Nous voulons l’école, nous voulons l’éducation et avec les travailleurs, nous allons construire la plus grande grève générale (prévue pour le 14 juin) de l’histoire de ce pays. Je défie le gouvernement Bolsonaro de dire au peuple brésilien pourquoi il n’aime pas l’éducation », a crié le président de l’UNE.

« L’université est le lieu de la transformation, de la liberté, de la démocratie. Ils détestent ça. C’est pourquoi nous les vaincrons en criant, en semant la confusion, en faisant du chaos dans ce pays. Parce que Bolsonaro ne statue pas tant que la situation ne soit pas inversée. C’est la promesse des gens qui descendent dans les rues du Brésil. Bolsonaro, vous n’aurez pas la paix et nous n’avons pas peur de vous ».

Indépendamment des chiffres de la mobilisation, une note publiée par le ministre de l’Education Abraham Weintraub, jeudi après-midi a clairement indiqué que le gouvernement est – en plus d’être désorienté – contrarié. Le ministre soutient que les enseignants, le personnel de l’éducation, les élèves, les parents ou les tuteurs  » ne sont pas autorisés à faire de la publicité et à susciter des protestations pendant les heures de classe. Le ministre s’attend également à ce que les plaintes soient déposées sur le site Web du Bureau du Médiateur du ministère. D’après ce que l’on a vu dans les rues de tout le Brésil, le ministre est en train de parler aux murs.

Catégories: Amérique du Sud, Education, Jeunes, Politique, Reportages photo
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.