Réseau de communication et journalisme nonviolent

22.05.2019 - Santiago du Chili - Redacción Chile

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Portugais, Grec

Réseau de communication et journalisme nonviolent
Forum humaniste latinoaméricain (Crédit image : Ricardo de la Fuente)

Nous publions ici les notes prises par Alicia Muñoz lors des échanges qui ont eu lieu dans le cadre du IVe Forum Humaniste Latino-américain, Santiago du Chili, 10-12 mai 2019, par le Réseau Communication et Journalisme Nonviolent. Ils rendent compte des préoccupations et des besoins des nouveaux médias afin de pouvoir continuer à avancer dans la tentative d’installer des nouveaux récits et de nouveaux regards sur la réalité, avec un accent sur la paix et la nonviolence.

Comment répondre à la situation de conjoncture du continent et à l’énorme pouvoir que les médias conventionnels ont acquis grâce à l’utilisation des réseaux virtuels ?

Dans le monde de la communication, nous savons qu’il y a toujours eu de fausses nouvelles et qu’elles se sont renforcées récemment grâce aux nouvelles technologies. Ce phénomène, qui est contemporain, entraîne le commun des mortels en facilitant l’accès à l’information numérique, voire en provoquant des interférences dans les processus politiques.
Cependant, certains de ses avantages sont qu’il y a de plus en plus de plateformes de communication qui transmettent leurs positions et se battent avec les médias conventionnels ; il est bien clair que la communication devient un espace important pour exprimer des idées.

Il doit être possible, avec les multiples médias des mouvements sociaux, de générer une grande masse de médias pour combattre les médias conventionnels, mais nous ne sommes pas suffisamment interconnectés pour que nos discours aient un poids significatif et deviennent une menace pour les médias de masse, qui sont toujours en fonction du pouvoir. Il est temps de réfléchir à la façon de collaborer à la construction d’un réseau de communication.

Julian Assange, par son immense travail, met en évidence les contradictions des grands médias : les gouvernements sont en train de censurer les contenus. Derrière les attaques et la persécution de Julian, qui, s’il était extradé, serait très grave parce qu’il fournissait des informations pertinentes, il est dit que n’importe qui peut être poursuivi et accusé de violation de la vie privée des utilisateurs.

On ne peut pas penser au thème de la communication sans prendre en compte l’aspect politique, qui tente désespérément d’empêcher l’émergence de nouveaux médias. Sur notre continent, d’innombrables journalistes meurent ou sont menacés sans même être connus par le manque de liberté de la presse. Il faut être courageux dans l’articulation des pluralités : la seule façon d’aller de l’avant est de montrer qu’un autre journalisme est possible, et aussi de dénoncer la situation de monopole, générant des coalitions en faveur du changement.

Internet est biaisé par des intérêts commerciaux. Les portails de gauche ont été intentionnellement détournés, parce que le World Wide Web n’est plus l’outil qu’il était. Pour cette raison, des coalitions doivent être générées afin qu’Internet devienne une plate-forme qui fonctionne pour les peuples.

Un grand sujet de discussion pour les réseaux sociaux est comment nous rendons-nous attrayants pour le public ? L’accompagnement que nous offrons à l’auditoire est important ; nous devons maintenir les lignes directrices, la crédibilité, trouver un équilibre, nous intégrer dans le discours public et maintenir notre vision.

Comment faire face à cette force politique qui existe aujourd’hui ? Les choses deviennent très radicales, les réseaux sociaux ont une personnalité et prennent une vie propre.
Il est nécessaire de créer des alliances, car les médias traditionnels entravent les médias alternatifs qui, par ailleurs, disposent de peu de ressources par rapport aux médias de masse. Une plate-forme de communication doit être maintenue pour l’avenir, chacun ayant ses propres capacités et besoins de transmission. Le problème, c’est que nous sommes dans la même bulle, parce que les gens ont peu de médias alternatifs. Nous devons nous unir, nous regrouper avec les autres. Un effort doit être fait pour sortir de la bulle et, pour ce faire, des alliances avec les groupes sociaux sont nécessaires.

Nous pouvons également mettre en place des formats de communication qui demandent moins de temps, parce que les gens ne sont pas prêts à avoir une certaine attention pendant longtemps. Par exemple, la télévision est une vidéo en continue qui capte l’attention. Les vidéos peuvent avoir le même contenu que les textes ; il faut tenir compte des formes que le milieu exige de nos jours. La rue est un moyen de communication qu’il ne faut pas abandonner.

Comment faire quelque chose pour changer la façon de communiquer ?

Pour aller plus loin, il faut une adaptation comme celle dont nous parlons. Il est nécessaire d’avoir plus de réflexion et de stratégie commune ; d’animer, d’être créatif, audacieux, de répondre au besoin de toucher plus de personnes.
Nous venons d’une nouvelle école de communication où l’on parle de ce que l’on croit, mais on n’écoute pas et on ne crée pas d’interaction. Il est essentiel d’interconnecter plus de narrateurs qui s’approprient le contenu, qui invitent les gens à créer. Le problème n’est pas le contenu mais la langue, il faut l’adapter. Être entre l’analogique de la rue et le numérique, en créant du récit.

Nous avons l’habitude d’utiliser des réseaux, mais nous ne leur faisons pas confiance. Toute la stratégie ne devrait jamais être centrée là.

Le développement de Pressenza s’est donné en ouvrant de nouveaux champs. Le but des médias alternatifs est de changer le monde et de le transformer en un monde nonviolent.

Il y a un point de proportion entre l’impact et la profondeur, entre la conjoncture et le processus. Le regard de gagner « likes » et des rééditions peut nous conduire au pragmatisme propre à la communication capitaliste. Il est nécessaire d’améliorer la qualité des narrateurs dans une communication multidirectionnelle non seulement en créant un impact, mais aussi en produisant des choses d’une autre qualité qui peuvent exiger plus d’efforts.

La subjectivité n’est pas la même chose que le mensonge, mais falsifier l’information en est une autre chose.

Quand on sait où l’on veut aller, on peut entrelacer les différentes compétences et améliorer ce que l’on a.

Une façon de lutter contre la désinformation est d’être sérieux. La crédibilité est tout ce qui compte. Dans le monde de la communication, ce qui génère des influences, c’est la vérité, les faits concrets, ce qui est réel.

Penser globalement et agir localement : ce qui ne change pas, c’est l’humanité, c’est l’histoire réelle ce qui nous relie et nous identifie à l’autre. Quand on est clair sur ce qu’on va écrire, ce qu’on veut dire, on identifie les publics, parce qu’à partir du moment où il y a de l’information qui peut être transmise, il est plus facile de se connecter avec les problèmes réels.

Pour changer le monde, nous devons être forts ; nous devons créer des objectifs communs pour transmettre la même vague de communication dans différents pays.

L’écriture n’est pas pour soi, l’on doit penser à ceux qui liront ce que l’on écrit, c’est pour eux.
La multiplication des relations a un impact. Pressenza a un tissage de relations dont il faut tenir compte car c’est ce qui permet à l’agence de se nourrir, c’est ce qui fait sa force. Ce n’est pas un média commercial, il peut être amélioré parce que nous ne participons pas au capitalisme.

Pourquoi faisons-nous ce que nous faisons ? Nous ne sommes pas d’accord avec les médias de masse. Il s’agit d’avancer main dans la main avec l’humanisme. Nous faisons beaucoup plus de choses que ce que chacun faisait ou savait, nous avons appris. Nous avons des applications dans différentes langues ; nous participons à des programmes de télévision sur Internet, des programmes radio, nous sommes présents sur Facebook. Pressenza a produit une série de documentaires et nous sommes prêts à en faire plus. La presse nonviolente doit former les jeunes et les journalistes. On peut approfondir les alliances qui existent, c’est là qu’il y a une grande richesse. Nous avons la possibilité de créer un département graphique, cela nous l’a été proposé ces jours. Nous pouvons continuer à développer ce que nous faisons, beaucoup de choses, toujours dans le but de confronter les récits, de communiquer notre regard, de faire du journalisme avec un accent sur la paix et la nonviolence.

Catégories: Amérique du Sud, Culture et Médias
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.