Éducation humaniste pour la nonviolence active : un réseau et une pratique en expansion

01.04.2019 - Germignaga, Italie - Anna Polo

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien

Éducation humaniste pour la nonviolence active : un réseau et une pratique en expansion
(Crédit image : Silvio Bruschi)

Une soirée stimulante et captivante dans l’ancienne colonie héliothérapeutique de Germignaga (Italie) pour la cinquième édition de la série de rencontres « Une multitude imparable : actions et expériences qui illuminent la beauté qui existe », intitulée « Eduquer à la nonviolence pour changer le monde ». On a parlé de nouveaux modèles éducatifs, de surmonter les différentes formes de violence et de discrimination à l’école, dans les familles et sur le territoire.

Annabella Coiro, co-fondatrice et référente du réseau ED.UMA.NA (Educazione Umanista alla Nonviolenza Attiva) a commencé avec une image frappante dans sa simplicité brute : un enfant cloué au comptoir devant une fenêtre fermée, l’œuvre de l’artiste Maurizio Cattelan, synthèse d’une école semblable à une prison et visant à créer un autre type d’éducation. Puis elle a repris le chemin qui a conduit les deux associations promotrices du Centre de Nonviolence Active de Milan -‘Monde Sans Guerres et Sans Violence’ et la ‘Communauté pour le développement humain’- à promouvoir pendant quinze ans dans les écoles des projets de nonviolence, non-discrimination et prévention des phénomènes comme le harcèlement moral (bullying). Des projets intéressants et efficaces, mais déconnectés les uns des autres. D’où la nécessité de réunir les enseignants, les gestionnaires, les parents, les professionnels, les associations et les institutions pour créer un réseau à Milan, un projet intégré dans le but de changer les relations dans l’école.

C’est ainsi qu’est née ED.UMA.NA : c’est à la fois une pratique éducative et un réseau d’écoles, d’associations et d’autorités locales pour aider à surmonter les diverses formes de violence et de discrimination quotidienne, permettre aux nouvelles générations d’avoir une vision pluraliste de la réalité, et fournir les outils pour s’éduquer et éduquer de manière nonviolente. Une pratique transversale, inspirée par différents courants de pensée, philosophies, neurosciences, formes pédagogiques et techniques nonviolentes.

Ce n’est pas une tâche facile, face à un modèle culturel violent et patriarcal, qui exalte les héros masculins armés et est basé sur la vengeance et la punition, avec une dépendance croissante à la violence (également grâce aux productions cinématographiques, à la télévision, aux jeux vidéo et à l’utilisation déformée des réseaux sociaux) et avec un modèle éducatif entièrement axé sur l’économie (l’école comme outil pour trouver un emploi). Et puis, les points fondamentaux sont deux, d’une part, le rejet de la violence parce qu’elle produit la souffrance et empêche l’évolution de l’être humain, l’utilisation de la soi-disant « règle d’or » : traiter les autres comme vous voulez qu’ils vous traitent, -présente dans plusieurs cultures, religions et philosophies- et d’autre part, le regard de la philosophie africaine ‘Ubuntu’ selon laquelle nous sommes tous connectés dans un réseau de relations.

L’un des thèmes centraux de ce moment est ainsi confronté : la difficulté de trouver une nouvelle référence entre des formes autoritaires désormais inaccessibles et une permissivité parfois illimitée. Pour cette raison, la nonviolence est une pratique qui s’adresse à tous et qui met l’accent sur les relations.

Une grande aide dans la mise en pratique de tous ces principes et dans le développement d’ED.UMA.NA est venue de nombreux enseignants qui sont sensibles et motivés pour une école différente, qui sentent la responsabilité de donner à leurs élèves la possibilité de se développer dans une direction nonviolente et de la participation des parents avec des réunions et moments réguliers à partager.

Les vidéos et les témoignages d’enseignants et de parents nous ont permis de voir de première main ce que signifie une « classe communautaire », un environnement chaleureux et flexible, sans barrières fixes, avec la chaire et les exposés formels relégués au fond de la classe, les enseignants et les enfants assis par terre en cercle et le « coin de la nonviolence » où les enfants apprennent à résoudre leurs différends entre eux.

La règle d’or est alors devenue l’occasion d’un petit jeu d’expérience, dans lequel tous les participants ont réfléchi à la façon dont ils aimeraient être traités, ils l’ont communiquée à leur voisin et ont ensuite été invités à traiter de la même manière une personne qu’ils ne tolèrent pas, avec qui les relations sont tendues. C’est difficile, bien sûr, mais c’est aussi la première règle dans les écoles qui font partie de ED.UMA.NA, une sorte de jeu qui aide à atténuer le conflit. L’expérience et les études montrent que nous apprenons mieux dans un environnement de sérénité et de bien-être.

Les questions du public, les commentaires, les perspectives d’avenir comme la formation des formateurs et les invitations à de nouvelles manifestations, comme l’initiative « Et de quel côté êtes-vous ? » prévue à Milan le 5 mai, ont animé une soirée intense et encourageante, complétée par des images inspirantes du ciel de ce mois-ci. Etoiles, galaxies et constellations d’une beauté impressionnante, capables d’ouvrir le cœur et l’esprit et de transporter chacun dans un espace infini et lumineux.

Catégories: Europe, Nonviolence
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.