Claudio Rossetti, un projet de vie au Chiapas

19.03.2019 - Anna Polo

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien, Grec

Claudio Rossetti, un projet de vie au Chiapas
Enfants du quartier d'Altamirano au Chiapas. (Crédit image : Claudio Rossetti)

Qu’est-ce qui vous a motivé à quitter l’Italie après avoir obtenu votre diplôme en psychologie du développement et en communication ?

J’étais volontaire, j’étais en Amérique du Sud et souhaitais faire des missions à l’étranger. Le professeur avec lequel j’ai obtenu mon diplôme m’avait donné un contact avec l’association ‘Psicologi per i popoli’ (Psychologues pour les peuples) de Turin, avec qui j’ai eu l’honneur et le plaisir de collaborer au Chiapas et en El Salvador.

Qu’est-ce que tu faisais ?

A Santa Marta en El Salvador et dans le quartier d’Altamirano au Chiapas, j’ai travaillé avec des membres de l’Association de Turin pour concevoir des cartes communautaires identifiant différentes ressources humaines, points de danger et points d’agrégation, analyser les réalités psychosociales présentes dans les territoires, et interviewer des personnes ayant un rôle social actif. Dans cette première phase également, avec les membres de l’association de Turin, nous avons organisé des cours de formation pour les infirmières dans un hôpital et pour des groupes de personnes sensibles aux problèmes de santé mentale. L’idée était de former un groupe opérationnel de promoteurs en santé mentale qui activeraient les ressources déjà présentes sur le territoire et construiraient un réseau social préventif face à divers problèmes psychosociaux.

J’ai passé la deuxième phase en contact étroit avec la population locale et j’ai veillé à approfondir la cosmovision indigène tzeltal et à connaître les réalités psychosociales présentes dans les communautés rurales (c’est-à-dire les villages) dispersées sur tout le territoire. Parfois, les gens me demandaient directement de leur rendre visite à la maison en raison de problèmes liés à des problèmes sociaux ou à des réalités psychosociales. Après une série d’invitations à visiter les familles, et après avoir établi une relation de confiance avec la population locale, je suis entré dans les profondeurs des quartiers. Grâce à l’invitation, au consentement et au travail au coude à coude avec des personnes de différentes régions périphériques du pays, nous avons construit des projets sociaux visant à impliquer différents groupes d’âge, à promouvoir la coopération et le contact entre eux et à construire un réseau social qui empêche les problèmes psychosociaux tels que le suicide, l’alcoolisme, la toxicomanie, la violence familiale, etc.

Les projets à mettre en œuvre sont choisis avec la population (par exemple, un four communautaire qui aide à créer un réseau social et encourage les femmes à quitter leur foyer et à devenir un peu plus autosuffisantes économiquement). J’essaie de ne rien imposer, mais plutôt de pratiquer « l’écoute empathique » et de recommander le dialogue. J’essaie de faire de la prévention, de raisonner et d’expliquer la situation, mais ce sont les gens qui décident. Ensuite, je me consacre, autant que possible, à travailler sur l’identité autochtone en raison de la forte discrimination et du racisme qui affligent ces réalités.

Plus tard, j’ai commencé à travailler avec un médecin, un représentant mexicain de l’ONG Doctors for Global Health qui m’a impliqué dans les réalités des communautés rurales zapatistes. Cela m’a beaucoup aidé à développer une conscience critique des réalités qui nous entourent et de moi-même. Avec lui, je m’occupe des cours de formation pour les promoteurs de santé des différentes communautés, des cours qui durent plusieurs jours.

Cela vous a-t-il permis d’en savoir plus sur la situation au Chiapas ?

Oui, sans aucun doute. Le médecin ne travaille que dans les communautés zapatistes (alors que je me déplace aussi dans les autres). Maintenant, je vis dans une pièce de sa maison, ce qui, en raison de la simplicité et de l’absence de certains conforts, me pousse à demander quelque chose à manger aux familles locales. Cette situation m’a permis d’approfondir ma connaissance des dynamiques familiales et culturelles et d’établir un lien humain très profond.

J’ai eu l’occasion de connaître, en partie, la réalité zapatiste et, à partir du peu que j’ai perçu, je peux dire qu’ils essaient de construire un monde différent, même si je pense que la vraie révolution est interne ; le meilleur monde, je crois, doit commencer à être construit en nous, afin de pouvoir avancer avec conscience. Les compas, comme on appelle les zapatistes, essaient d’être indépendants du système capitaliste mexicain ; leurs communautés sont parfois expulsées et il y a des tensions constantes avec des communautés non organisées. Leurs cliniques et leurs écoles ne sont pas reconnues par l’État mexicain, tandis que les communautés non autonomes reçoivent des fonds, des projets et du matériel du gouvernement.

Presque tous sont agriculteurs et les conditions sanitaires sont précaires, avec de l’eau contaminée, des cas de malnutrition, de paludisme et de nombreux autres problèmes toujours d’origine sociale.

Comment s’est passée l’inclusion dans la communauté ?

J’ai appris en partie une langue maya locale, le tzeltal, parce que je voulais comprendre le contexte local au-delà des barrières culturelles, mais au début je ne pouvais éviter un certain jugement à cause de mon apparence occidentale. Apprendre une langue est pour moi synonyme de connaissance de la culture locale ; en outre, on apprend à utiliser d’autres outils, d’autres schémas de pensée avec lesquels on perçoit la réalité ambiante et notre monde intérieur. De toute façon, on apprend d’autres façons de penser. La curiosité, l’intérêt et l’ouverture m’ont aidé à entrer dans leur culture, à m’adapter et à travailler avec eux. Peu à peu, une relation de confiance s’est établie, comme je l’ai déjà dit, qui m’a conduit à m’insérer de plus en plus, à tel point que je fais maintenant partie de l’assemblée de la Théologie Indienne Mayense. J’ai pu connaître des personnalités liées à la médecine traditionnelle, des guérisseurs, des huesoros, des herboristes, des sages-femmes, etc. et contribuer à un travail de sauvetage de leur culture. Maintenant je continue avec les projets actifs dans le pays, les activités avec les promoteurs de la santé, en consacrant, cependant, plus de temps qu’avant.

Quelle est cette activité ?

Les promoteurs sont des personnalités choisies par la communauté, des hommes et des femmes qui visitent les gens à la maison. Ils décident du thème des cours en fonction des besoins. Nous dormons chez eux et ce contact profondément humain m’a aidé à surmonter les barrières que j’ai en moi et à comprendre que les divisions, le racisme, les frontières existent parce qu’elles sont en nous et existeront jusqu’à ce que nous trouvions les racines et les transformions en le contraire.

Qu’avez-vous obtenu et qu’est-ce que cette expérience vous apporte ?

Une grande croissance intérieure, une évolution spirituelle, la possibilité de me sentir utile, d’aider les autres et d’être une meilleure personne, une personne heureuse. Pour moi, c’est un projet de vie, l’expression de mes valeurs les plus profondes d’amour, de coopération et d’humanité, et c’est aussi un devoir. Nous devons établir des liens entre ceux qui partagent ces valeurs ; ce n’est qu’ainsi – et non en déléguant – que nous pourrons créer un monde meilleur.

Les photos et les textes ci-dessous complètent l’interview avec des explications et des détails.

Moment de rencontre entre les peuples des communautés tzeltales autour de l’autel maya, représentatif de la vision du monde autochtone tzeltal. L’autel est divisé en quatre parties qui se distinguent par les quatre couleurs qui représentent les quatre points cardinaux et symbolisent la connexion entre la Terre et le Cosmos et l’action de donner et recevoir. En son intérieur, il y a les fruits de la terre qui sont offerts au Cosmos, au Dieu catholique et aux anciens ; ces derniers, représentés par le bruit des hochets, participent aux assemblées et reviennent pour apporter leurs conseils aux participants des réunions. Le syncrétisme avec la culture chrétienne est évident dans la présence du crucifix et de la Bible et dans les invocations pendant les rituels d’ouverture et de clôture des assemblées. Toujours présente dans les autels mayas, la photo de Jtatik Samuel, ancien évêque du diocèse de San Cristóbal, un infatigable défenseur des droits des peuples indigènes, est toujours là. Les différents plats sont offerts par la communauté aux participants de l’assemblée.

Le groupe autochtone tzeltal participe à des cours de formation pour les promoteurs de la santé mentale dans le quartier d’Altamirano.

Famille de paysans indigènes Tzeltal. L’ancienne guérisseuse du quartier de Candelaria est une référence pour de nombreuses personnes malades et affligées de différentes communautés. Son mari est l’un des leaders du mouvement autonome, une figure qui a un rôle social important. Sans la bénédiction et la prière des principaux, les assemblées ne peuvent pas commencer ou finir. Son fils Carlos combat le lupus, qui l’a affaibli pendant des années, grâce aussi à l’amour de sa femme Tenchi.

Catégories: Amérique centrale, Amérique du Nord, Interviews, Peuples originaires, Santé
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.