Le martyre d’Assange est sans fin

19.01.2019 - Pressenza Berlin

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Allemand, Catalan, Grec

Le martyre d’Assange est sans fin
(Crédit image : Worldnet.tv)

Cela fait presque 7 ans que Julián Assange s’est réfugié à l’ambassade d’Equateur à Londres pour échapper à l’extradition des autorités britanniques. S’il fait un pas de l’autre de la porte, vers l’extérieur, il sera immédiatement arrêté et très probablement extradé vers les États-Unis où il risquerait une longue peine de prison ou pire.

Depuis des années, le chercheur d’informations secrètes attend dans la petite ambassade de Londres, et depuis que Lenín Moreno est chef de l’État équatorien, sa situation s’est aggravée. Dans les conditions de détention au secret, il n’a plus de contact avec le monde extérieur, sauf avec ses avocats ; son état de santé se détériore rapidement et on lui refuse les soins médicaux nécessaires. A cela s’ajoute le harcèlement quotidien, qui est censé faire de sa vie un enfer pour le fondateur de WikiLeaks.

Lors d’un entretien avec Jorge Jurado, ancien ambassadeur d’Équateur à Berlin, nous avons parlé de la situation d’Assange et des raisons pour lesquelles l’Équateur, ancien défenseur d’Assange est devenu son plus grand bourreau.

Cette interview a été réalisée en collaboration avec notre partenaire Weltnetz.tv

Vidéo en allemand. Pour voir la vidéo (23′ 06′′) avec les sous titres en français : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas a droite de la fenêtre du lecteur vidéo).   2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement.    3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquer sur Français.

TRANSCRIPTION DE LA VIDÉO :

Reto Thumiger : Nous accueillons aujourd’hui Jorge Jurado de Quito, Équateur, pour une interview. Permettez-moi de vous présenter brièvement : Vous avez été ambassadeur de la République d’Équateur à Berlin de 2011 à 2016. Auparavant, vous avez été ministre de l’Eau, secrétaire d’État aux Mines et directeur des Affaires environnementales de la municipalité de Quito. Jusqu’en 2004, vous étiez professeur à l’Université de San Francisco à Quito et à la Faculté latino-américaine des sciences sociales sur diverses questions environnementales. Votre relation avec l’Allemagne et la raison pour laquelle vous parlez un allemand parfait, c’est que vous avez étudié la technologie énergétique et l’ingénierie des procédés à l’université technique de Berlin.

Jorge Jurado : C’est comme ça que ça s’est passé, il y a longtemps.

R. Durant vos 5 années en tant qu’ambassadeur de l’Equateur à Berlin, vous avez laissé une impression durable, vous avez manqué à beaucoup de gens, vous vous êtes fait des amis et vous avez expliqué sans relâche le développement de la progressivité en Equateur. Depuis, l’Equateur a eu un nouveau président. Qu’est-ce qui a changé ?

J. Cher Reto, merci beaucoup pour cette interview. Je suis heureux d’avoir à nouveau un contact avec Berlin. Pour répondre à votre question, je crains que beaucoup de choses aient changé. Ce que nous avions jusqu’en 2017 et que nous poursuivions comme objectif, étant donné notre situation en tant que l’un des pays progressistes en Amérique latine, a changé. Il s’agit d’une inversion totale et les objectifs et les rêves que nous avions à l’époque ne sont pas poursuivis à l’heure actuelle. Je pense que nous sommes sur la voie d’une forme très néolibérale d’économie et de gouvernement, avec tout ce que cela signifie. Les changements qui ont eu lieu au cours de cette première année et demie sont si importants que je ne suis plus en mesure de reconnaître mon propre pays et ce que nous avons accompli.

R. Faut-il comprendre dans ce contexte que l’Equateur a quitté l’ALBA (Alliance bolivarienne pour l’Amérique) ?

J. Oui, bien sûr, ça en fait partie. En premier lieu, il faut dire qu’avec les difficultés économiques que connaît le Venezuela, l’impulsion qu’a eue l’ALBA a diminué d’une manière très importante. En outre, d’autres pays qui se sont rencontrés au sein de l’ALBA connaissent également de grandes difficultés, par exemple le Nicaragua. L’année dernière, si je me souviens bien, l’Equateur a quitté l’Alliance. Avec le nouveau leadership néolibéral l’ALBA n’a tout simplement plus de sens pour l’Équateur et c’est pourquoi le gouvernement a pris cette décision.

R. L’exemple du gouvernement argentin de Macri montre qu’il ne faut que quelques peu d’années pour inverser les grands progrès qui ont été réalisés pendant les différentes périodes du gouvernement Kirchner…

J. Nous vivons exactement la même chose maintenant…

R. Alors, cela correspond donc à la tendance générale que l’on observe actuellement en Amérique latine, à laquelle le Brésil, le Chili et d’autres pays ont adhéré ?

J. Oui, c’est une tendance en Amérique du Sud, et je dis Amérique du Sud parce que je vois López Obrador au Mexique avec grand espoir. C’est pourquoi je ne parle pas de toute l’Amérique latine, mais de l’Amérique du Sud. La tendance en Amérique du Sud que vous évoquez est une tendance de droite.

R. Cette évolution est une question importante qui, bien entendu, nous préoccupe au plus haut point. La raison pour laquelle j’ai demandé cette entrevue était différente, mais cette information de base est importante. Nous sommes très préoccupés par la situation de Julian Assange. Avec le nouveau gouvernement en Equateur, bien des choses ont changé pour lui aussi. Comment voyez-vous sa situation à l’ambassade d’Equateur à Londres ?

J. Malheureusement, Assange doit s’adapter à une situation absolument nouvelle. L’Équateur a officiellement déclaré qu’Assange peut rester à l’ambassade et bénéficier du droit d’asile, mais sous certaines conditions. Ces conditions ont beaucoup changé, elles se sont endurcies. C’est pourquoi je pense que la situation personnelle de Julián Assange à l’ambassade équatorienne de Londres est devenue très désagréable, car il ne peut plus jouir des petites libertés qu’il avait. Assange subit probablement des pressions pour qu’il prenne la décision de quitter l’ambassade de lui-même. Si quelqu’un n’est même pas en mesure de sortir quelques minutes à l’extérieur et qu’il doit rester seul dans une très petite pièce en permanence, alors cela ne peut que l’affecter internement et le détruire.

R. D’après mes informations, il est entre-temps complètement isolé, ne peut recevoir que très peu ou plus du tout de visiteurs, n’a plus accès à Internet. Il semble ne pas avoir le soutien médical dont il a besoin. Rafael Correa, l’ancien président de l’Équateur, qualifie les conditions de vie dans lesquelles Julián Assange vit actuellement de « torture ».

J. Ce qui est certain, c’est que les conditions de vie sont très difficiles pour lui, oui.

R. Assange a la citoyenneté équatorienne. Est-ce que Lenin Moreno peut l’expulser ?

J. Officiellement non. Non, on ne peut pas faire ça. En premier lieu, il est citoyen équatorien et aucun citoyen équatorien ne peut être expulsé de sa propre ambassade. En second lieu, Assange a obtenu l’asile du gouvernement équatorien et s’il était mis à la rue, cela signifierait une rupture absolue avec les normes internationales, avec les coutumes internationales, en particulier ici en Amérique latine, où nous reconnaissons le droit d’asile comme l’un des biens les plus précieux que nous ayons acquis. C’est pourquoi je pense que le gouvernement équatorien actuel examinerait très attentivement cette mesure avant de l’adopter.

R. Est-ce la raison pour laquelle la tactique est de rendre la vie si difficile à Assange pour qu’il décide de partir de lui même ?

J. Nous pouvons en faire l’hypothèse. Oui, ça pourrait être une des raisons.

R. Julián Assange est-il un thème d’actualité en Équateur, est-ce qu’il fait l’objet de discussions ou est-il sapé par les problèmes actuels en Équateur et en Amérique latine ?

J. De temps à autre la question est soulevée, mais elle doit être vue dans son contexte. C’est un des changements que nous avons malheureusement connus avec le nouveau gouvernement, qui n’est plus si nouveau, puisqu’il est au pouvoir depuis un an et demi ou un peu plus. Tout le flux d’information de la presse commerciale, de la presse hégémonique, est en faveur du gouvernement et certaines informations ne sont tout simplement pas publiées. La presse officielle du pays exerce une sorte d’autocensure, et donc on ne publie pas ici ce qui arrive à Assange, ou le fait qu’il existe différents mouvements qui soutiennent Assange dans de nombreux pays. La population est très mal informée, n’a pas vraiment accès aux faits et la plupart du temps, ne circulent que les informations sur les différents réseaux sociaux. Mais la question d’Assange apparaît de temps en temps sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas suffisant pour que la population du pays le perçoive comme un problème. En Equateur, en raison de la situation historique de la société, nous avons des problèmes structurels qui nous occupent constamment, et un tel sujet n’est pas quelque chose qui est discuté tous les jours. Dans certains milieux, la question d’Assange a déjà été traitée, mais il s’agit d’une minorité infime.

R. Les États-Unis ont-ils accru la pression sur l’Équateur ou diminué la volonté du gouvernement actuel de résister à cette pression par rapport au précédent ?

J. C’est difficile à dire. Formellement, la situation n’a pas changé. De nombreuses rumeurs circulent selon lesquelles, depuis la visite du vice-président Pence en Équateur il y a quelques mois, les pressions exercées par les États-Unis pour qu’ils cessent d’accorder l’asile à Assange ont été très fortes. Ce n’est pas, bien sûr, une information officielle, aucun membre du gouvernement ou de l’ambassade des États-Unis ne l’admet. Mais après cette visite, le traitement d’Assange dans l’asile où il se trouve a beaucoup changé, mais en pire.

R. Si j’ai bien compris, il n’y a pas de pression en Equateur sur Moreno pour qu’il traite mieux Assange ou qu’il trouve une solution humaine au problème, alors en réalité, seule la pression internationale peut aider. Que peut faire la société civile allemande pour appuyer Assange ?

J. Pas seulement en Allemagne, je pense qu’il est très important d’exercer une pression très forte, durable et quotidienne, une solidarité internationale avec cette personne, qui se trouve aujourd’hui dans une situation vraiment très difficile. En Allemagne, il y a la possibilité de faire beaucoup pour lui. Faire pression sur les politiciens allemands pour qu’ils fassent eux aussi pression en faveur d’un certain changement, afin que le gouvernement britannique prenne une direction différente. La pression internationale doit être beaucoup plus forte. D’ici, j’ai l’impression que la situation d’Assange n’est pas un problème quotidien, mais il en souffre chaque jour. Je ne vois pas d’autre moyen que d’accroître la pression de la solidarité internationale et de continuer à étendre les actions dans toute la mesure du possible.

R. Avec votre expérience de diplomate, quelle pourrait être selon vous la solution ? Il ne peut pas rester dans cette ambassade une éternité, indépendamment de la façon dont il est traité. Le gouvernement britannique est déterminé à l’arrêter quand il sortira de l’ambassade. L’extradition est officiellement refusée, mais on peut supposer que cela se produira dès que les étasuniens lanceront un mandat d’arrêt international. Comment pouvons-nous résoudre ce dilemme diplomatique ?

J. Je ne vois pas beaucoup d’opportunités. Sauf s’il y a un changement de gouvernement en Grande-Bretagne. Mais sous le gouvernement actuel de Mme May, rien ne changera. Les pressions exercées par l’Équateur pour qu’il poursuive les négociations ont beaucoup, beaucoup diminué. Peut-être que si la situation concernant la discussion du Brexit au Parlement britannique conduisait à un changement au sein du gouvernement britannique et à l’arrivée au pouvoir de Jeremy Corbyn, une fenêtre s’ouvrirait pour une sortie, une issue digne de sortir de cette impasse.

R. Enfin, ce que je voudrais savoir Jorge, si vous étiez encore ambassadeur de l’Équateur à Berlin, comment agiriez-vous, quelle marge de manœuvre aurait un ambassadeur ?

J. Vous m’avez posé une question très difficile parce que je ne voudrais jamais être ambassadeur dans cette situation. Un ambassadeur a une certaine marge de manœuvre, mais, bien sûr, il est obligé de suivre les lignes directrices du gouvernement et je serais donc immédiatement en désaccord avec mes propres idées concernant le gouvernement en place. C’est difficile de dire quoi que ce soit à ce propos. Mais ces petites marges de manœuvre pourraient peut-être être utilisées intelligemment, au moins jusqu’à une certaine limite.

R. Ou bien il se peut que vous soyez destitué de votre poste d’ambassadeur ou, comme vous le dites, que vous démissionniez parce vous n’êtes plus du tout du même avis que le gouvernement.

J. Précisément.

R. Merci beaucoup pour cette conversation intéressante et j’espère que ce ne sera pas la seule. Il y a encore beaucoup de problèmes, concernant ce qui se passe en Équateur et en Amérique latine, dont nous pouvons parler et nous aimerions beaucoup le faire une prochaine fois.

J. J’en suis ravi et tout disposé ; je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de m’entretenir avec vous et avec Berlin. Je vous remercie beaucoup.

 

Traduction de l’espagnol, Ginette Baudelet

Catégories: Droits humains, International, Interviews, Video
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

Grève internationale des femmes

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.