G20 : Faux dilemmes, théâtre et cruauté

04.12.2018 - Buenos Aires, Argentine - Javier Tolcachier

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Grec

G20 : Faux dilemmes, théâtre et cruauté
Manifestation lors de la réunion du G20 de 2018 à Buenos Aires. (Image de Farpa Foto | M.A.F.I.A.)

Par Javier Tolcachier

Le G20 est aujourd’hui une réunion qui représente politiquement les intérêts des grandes entreprises et de la finance mondiale. C’est-à-dire, ce qui sert les affaires du capital et ne tient aucunement compte du bien-être des gens qui habitent la terre. Les différences, petites ou grandes, n’altèrent en rien le cadre de la délibération.

En outre, le G20 est antidémocratique, non seulement en raison de l’esprit qui anime la plupart de ses membres, mais aussi parce qu’il ne respecte pas l’architecture multilatérale mondiale composée de plus de 200 pays souverains et de différents blocs d’intérêt régional, même si, à cette occasion, des représentants de l’Union africaine, de l’ASEAN ou du CARICOM ont été invités comme spectateurs.

Le G20 est un générateur de violence sans précédent, réunissant près de 100% des fabricants d’armes et les principaux promoteurs de la guerre.

C’est dans ce contexte, d’illégitimité ploutocratique, qu’il faut lire ce qui s’est passé à Buenos Aires les 30 novembre et 1er décembre.

Dans le contexte de la guerre commerciale déclarée par les États-Unis contre la Chine – un autre exemple des brimades de Trump – le dilemme du libre-échange contre le protectionnisme est un faux dilemme, il ne devrait pas faire l’objet de nos préoccupations ou de nos propres délibérations.

Le « libre-échange » n’existe pas. C’est une guerre permanente pour des avantages, c’est un commerce de services prêtés à des marchés captifs, c’est un appel d’offres de pouvoirs concentrés qui détruisent toute possibilité d’une réelle concurrence des pays en développement.

Le libre-échange est un marché de zoo où seuls les plus cruels survivent, un marché d’esclaves où le travail, véritable créateur de valeur, est réduit à une variable d’ajustement.

La décision irrationnelle et unilatérale du gouvernement américain actuel d’ignorer les changements climatiques et les conséquences de l’utilisation abusive des combustibles fossiles sur l’atmosphère et la dégradation de l’environnement en général est une question qui nous touche profondément.

Déprédation capitaliste dont le moteur est la cupidité et dont les dommages collatéraux sont la misère, la désertification, la fonte des pôles, la famine, les inondations, bref la souffrance de millions de personnes, condamnées à migrer ou à mourir. Une déprédation dont font également partie la Chine, l’Arabie saoudite, la Russie, l’Allemagne, la France, le FMI et d’autres membres hiérarchiques de ce club.

Le G20 et son « document »

Contrairement à ce que le gouvernement argentin voulait montrer avec son protagonisme excessif, dans lequel il confondait hospitalité et adulation courtoise, les intérêts de l’Amérique latine et des Caraïbes étaient absents du Sommet.

Deux des trois pays latino-américains participants, le Mexique et le Brésil, ont envoyé des présidents qui, en un jour et un mois respectivement, cesseront de l’être. Ces présidents sont également illégitimes, impopulaires et antipopulaires. Le gouvernement argentin, soucieux de la sécurité et de la perspective internationale, cachait la pauvreté, l’ajustement et le cynisme derrière les rideaux épais du théâtre Colón et derrière un mur policier féroce prêt à réprimer au moindre signe de mépris public.

Les gaffes du protocole qui ont circulé dans les réseaux n’ont aucune importance, et si l’un n’a pas salué l’autre, c’est une perte de temps que de se perdre dans ces sous-titres. Beaucoup plus intéressant est de souligner le mensonge mis en scène par les médias cartellisés avec une couverture pompeuse, dans le style des mariages monarchiques, avec lesquels ils ont favorisé le succès supposé du conclave, une stratégie fonctionnelle à l’image très dévaluée de Macri.

Le « consensus » entre les membres principaux et leurs sponsors transnationaux, basé sur le document final, se concentre sur les points suivants, qui sont discutés ci-dessous :

Adaptabilité à un nouveau monde du travail, numérique, technologique, qui implique la précarité de ceux qui ne s’adaptent pas à court terme.

La valeur de l’esprit d’entreprise est promue, c’est-à-dire la concurrence sauvage de tous contre tous, cachée dans les néons de l’innovation.

Le programme d’infrastructures pour le développement annonce des méga-projets dont la conception aura de graves répercussions sur l’environnement et constituera une activité commerciale pour les grandes entreprises.

Un autre point est celui de l’alimentation durable, qui n’indique pas comment le milliard de personnes souffrant de la faim parviendra à la surmonter aujourd’hui, et pose le tapis rouge pour l’expansion à grande échelle de l’agro-industrie technique. Dans nos pays, avec une matrice dépendant de l’exportation des produits primaires, cela signifie l’expansion des cultures spéculatives, la déforestation, la privatisation des extensions de terres et l’expulsion ou l’exploitation des paysans qui restent. En outre, la persécution des dirigeants sociaux qui tentent de résister. C’est-à-dire, une nouvelle vague de migration vers les périphéries des grandes villes et vers l’extérieur.

La position sur la question de la migration, qui est cruciale à l’heure actuelle, a été reportée à de futures réunions.

Enfin, le thème du genre a été inclus au dernier moment, qui bien qu’il parle de la nécessité de combattre la discrimination et l’exploitation des femmes et des filles, souligne enfin le rôle des femmes entrepreneuses et des femmes d’affaires comme modèle à suivre.

Deux phrases presque imperceptibles dans le ‘document du G20’ montrent la vision de ce Sommet, des phrases qui semblent sans importance mais qui indiquent la cruauté d’un ajustement futur. Le document dit : « Veiller à ce que la dette publique soit maintenue sur une trajectoire viable ». Point sans retour à la ligne : « la poursuite de la mise en œuvre de réformes structurelles qui renforcent notre potentiel de croissance ». En d’autres termes, les banques peuvent facturer les intérêts de la dette dans les délais et réduire au minimum les dépenses sociales en matière de santé, d’éducation, de logement, de pensions et de culture pour éviter une explosion sociale.

Comme si cela ne suffisait pas, le texte défend les « politiques fiscales favorables à la croissance » (c’est-à-dire l’extorsion bien connue de « faibles impôts ou fuite ») et le renforcement du Fonds monétaire international. Tout ça entre bons amis, Lagarde étant présent.

La conclusion de ce qui s’est passé dans ce nouveau chapitre de l’hypocrisie transnationale est que le G20 n’a une fois de plus pas réussi à s’entendre sur une voie utile pour les peuples.

Loin de constituer un véritable accord, le document a tenté de cacher la discorde y compris les positions contradictoires, montrant en bref ce que représente le G20, un  » chacun pour soi  » du chaos mondial.

Un chaos qui s’aggravera gravement s’il n’y a pas une redistribution globale et généralisée du pouvoir des dirigeants économiques et politiques vers la base sociale.

Catégories: Ecologie et Environnement, Economie, International
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.