« Les référendums municipaux nous rapprochent d’une démocratie réelle. Les citoyens ont toujours eu le droit de convoquer ces instances, mais la législation actuelle met un frein qui rend impossible la réalisation des concertations, en proposant des quorums absurdement élevés et une bureaucratie inutile. Nous voulons proposer aux citoyens une démocratie plus participative, où les personnes sont réellement dans la prise de décision, sans arnaque ni obstacle », a signalé le député humaniste du Frente Amplio, Tomás Hirsch, en respect à l’initiative qui modifie la loi 18.695 avec l’objectif de donner du pouvoir de décision aux personnes dans les situations locales, afin de se rapprocher d’une démocratie plus participative et réelle.

La motion parlementaire a souhaité diminuer le quorum aussi bien de ceux qui impulsent que des personnes qui approuvent les concertations citoyennes à 5% et 50% des votants lors de la dernière élection municipale.

Pour présenter un projet citoyen il suffira de le faire devant une secrétaire municipale, avec une signature électronique confirmée.

Le projet que va présenter un groupe des membres du Congrès dirigé par Hirsch vise à modifier la Loi de Municipalités, en permettant aux citoyens d’organiser des référendums municipaux pour légiférer et résoudre des problématiques locales.

« L’idée consiste à rendre le pouvoir. Nous le devons aux personnes, aux mouvements sociaux, nous sommes de simples porte-paroles de leurs demandes et je pense qu’avec ce projet nous nous rapprochons encore plus de cette conviction. Nous allons continuer à impulser des réformes qui tendent vers une démocratie où les gens sont participants et artisans de la société dans laquelle ils vivent » a déclaré le parlementaire humaniste.

De son côté, Gonzalo Winter, l’autre député du Frente Amplio, a déclaré : « nous croyons sincèrement en l’approfondissement de la démocratie et la participation réelle des citoyens à la prise de décision. Notre législation doit être un outil qui contribue à cela et non un obstacle. Il reste beaucoup de chemin à parcourir, mais ce projet qui facilite les référendums municipaux est un apport pour la redistribution du pouvoir, le renforcement des communautés locales et une invitation à la société à s’impliquer en politique ».

La porte-parole du Regroupement des Comités de Sécurité de la Reine, Carolina Gómez, a également déclaré: « Nous soutenons cette réforme, car elle débloque et simplifie les normes comportant trop de conditions qui ne peuvent être atteintes. Ceci reflète l’identité communautaire mise en pratique : des quorums plus simples, permettant de convoquer les personnes de manière plus rapide et effective ».

 

Traduit de l’espagnol par Romane Vilain