Expérience de la Chine : Ci Ki Kou, vieille ville dans la municipalité de Chongqing

01.11.2018 - Chongqing - Karina Lagdameo-Santillan

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Allemand

Expérience de la Chine : Ci Ki Kou, vieille ville dans la municipalité de Chongqing

Comme on dit, une visite en Chine est une expérience culturelle et notre journée à Ci Qi Kou n’a pas déçu.

Le 18 octobre, au lendemain du Global Video Media Forum, nous avons eu l’occasion d’explorer les rues et les ruelles étroites de l’ancienne Chongqing et de découvrir les lieux, les odeurs et les sons de la culture traditionnelle chinoise.

Datant de la dynastie Qin, de nombreuses dynasties ultérieures ont établi des institutions administratives ici. Grâce à sa situation stratégique juste à côté du Yang-Tsé, connue sous le nom de « Rivière d’Or », la ville de Chongqing symbolise les civilisations du fleuve Yang-Tsé et est le berceau de la culture Bayu.

Chongqing a été, pendant un certain temps, la capitale de la République de Chine pendant la Seconde Guerre mondiale, après l’occupation japonaise de Nanjing, qui était alors la capitale de la Chine. Après la capitulation des Japonais en 1945, la capitale a été réinstallée à Nanjing. Un sanctuaire du soldat oublié se trouve dans un coin du village de Ci Qi Kou.

Avec sa population dense et sa silhouette urbaine moderne, Chongqing n’est pas connue comme une destination touristique et est généralement un tremplin pour les touristes qui se précipitent vers son port où des bateaux de luxe proposent des croisières sur le fleuve Yang- Tsé. Mais certaines poches d’histoire existent encore dans le paysage urbain.

L’une d’entre elles est Ci Qi Kou, la vieille ville où la porcelaine a été fabriquée et expédiée sous les dynasties Ming et Qing. Plus d’une vingtaine d’anciens sites de fours y ont été découverts à ce jour. Parce que la porcelaine était une industrie importante, le nom de la ville a été changé de Long Yin à Ci Qi Kou qui est traduit par ‘Village de Porcelaine’. Comme le village était un important poste d’approvisionnement pour la navigation fluviale, de nombreux magasins jalonnent les douze ruelles pavées de grandes dalles qui forment les routes principales. Aujourd’hui, c’est un endroit populaire pour découvrir Chongqing tel qu’il était à une époque révolue.

Les vieilles maisons sont encore debout et les scènes de quai de la ville ont peu changé au fil des ans, ces maisons ont été construites à l’époque où de nombreux chefs-d’œuvre de l’architecture chinoise ont été créés. Fabriquées en bambou et en bois, les briques bleues et les piliers rehaussent les murs blancs qui contrastent avec les portes vermillon et les fenêtres à croisillons. Des lanternes s’accrochent aux portails, leur donnant cette sensation d’authenticité. Les eaux de la rivière Jia Ling coulent devant le village et ont toujours été sa source de vie, aussi loin qu’on s’en souvienne.

De la nourriture, de la nourriture et encore de la nourriture. Le village était animé par de nombreux visiteurs, tant locaux qu’étrangers, qui profitaient des nombreuses marchandises et attractions offertes par les magasins qui bordaient les rues. Toutes sortes de nourriture étaient préparées sous vos yeux. Des fauconniers en costumes colorés se tenaient devant les magasins et les restaurants afin d’attirer votre attention. Nous sommes passés devant des stands de nourriture – toutes sortes de barbecues, de crêpes, de boulettes, de pot-au-feu, de conserves, de fruits, de collations salées, de pâtisseries, de noix, de graines et autres mets exotiques qui nous ont fait nous demander : Que sont-ils, bon sang ? Beaucoup de salons de thé et de bars bien sûr ! Bien que la ville ne fasse plus partie de la province du Sichuan, elle partage toujours son histoire et sa culture, comme en témoigne sa cuisine épicée et piquante, car de nombreux plats sont préparés avec les célèbres poivrons du Sichuan.

L’artisanat traditionnel en abondance. En explorant les ruelles de la rue principale, on peut voir des artistes locaux qui travaillent à leur métier. Broderie Shu, peinture sur soie et calligraphie chinoise, bonsaïs, bijoux et tous les produits de l’artisanat chinois peuvent être trouvés à emporter comme souvenirs et cadeaux à la maison.

Temple de Bao Lun

Au milieu de l’agitation de tous les magasins et au sommet d’un long escalier se dresse le temple de Bao Lun. L’empereur Jianwen de la dynastie chinoise des Ming a passé le reste de sa vie ici après avoir été chassé de Pékin et être parti en exil. En conséquence, les quatre grands caractères chinois Da Xiong Bao Dian accrochés à ce temple ont été écrits par Zhao Puchu, un célèbre calligraphe chinois qui était le président de la Société bouddhiste chinoise. Le bâtiment principal du temple a été construit sous la dynastie Ming il y a 600 ans et sans un seul clou. Considéré comme un miracle dans l’histoire architecturale de la Chine, c’est un lieu où les bouddhistes se rendent encore, offrant prières et hommage au Bouddha. C’était calme et serein, un répit bienvenu, une occasion de s’imprégner de l’atmosphère spirituelle de la Chine bouddhiste en regardant les statues trouvées dans les pavillons abrités dans le complexe du temple.

Le Pavillon du Thé près du Temple

Après avoir visité les temples, une légère pluie s’est abattue sur le sol. Nous avons pris le thé dans un charmant pavillon de thé qui offrait une vue de dessus sur les environs. La dame au thé a montré comment préparer et déguster le thé vert de façon traditionnelle. Pendant que nous sirotions notre thé, deux jeunes visiteurs coréens sont entrés et ont facilement entamé une conversation avec nous. Ils parlaient couramment l’anglais, l’espagnol et le français, et étaient heureux de rencontrer des gens du Chili et d’Europe avec qui parler. Les deux frères, l’un diplômé en sciences politiques et l’autre en philosophie à Hong Kong, visitaient les municipalités de Chine dans le but de comprendre la Chine de première main. Un échange animé s’en est suivi, les Coréens partageant leurs points de vue sur les événements actuels dans la péninsule coréenne, exprimant l’espoir que les relations entre les Corées du Nord et du Sud progressent bien pour que la paix puisse enfin prévaloir dans l’avenir.

Crédits photos : Boldy Tapales et Reto Thumiger

Catégories: Asie, Culture et Médias, Reportages photo
Tags: , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre service de news quotidien.

Mobilisations quotidiennes EN DIRECT à Santiago 12.12.19

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.