Ce qui se passe au Brésil aujourd’hui est une guerre sale 2.0 (Partie I)

24.10.2018 - Brésil - Redação São Paulo

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Portugais

Ce qui se passe au Brésil aujourd’hui est une guerre sale 2.0 (Partie I)

Par Francisco Rio (*)

Le concept de guerre sale est apparu après la Seconde Guerre mondiale pour désigner un ensemble d’actions stratégiques prises par les États et les groupes politiques pour saper les forces et éliminer les opposants internes ou externes. Depuis lors, d’innombrables modalités et variations de cette méthodologie ont été appliquées à travers le monde, sur les cinq continents, dans divers pays. On a utilisé en général différentes méthodes qui, comme leur nom l’indique, sont sales, obscures : de l’engagement d’armées mercenaires à l’espionnage, en passant par l’utilisation du droit, le sabotage, les rideaux de fumée, les hackers, la fausse propagande, etc. En Amérique latine, cette méthode criminelle de maintien et de perpétration du pouvoir entre les mains d’un groupe sélect a atteint son apogée sous les dictatures militaires du Cône Sud (notamment en Argentine) et au Mexique après le massacre de Tlatelolco (Plaza de las Américas, Tres Culturas), qui a récemment célébré son 50e anniversaire.

C’est une forme de guerre silencieuse, parfois secrète – même si elle laisse des traces de sang indélébiles en cours de route – et qui semble être revenue avec force au début du XXIe siècle, vêtue de nouveaux vêtements grâce à l’avènement des nouvelles technologies de l’information. Dans le livre « Les Ennemis intimes de la démocratie » (2012), le penseur franco-bulgare Tzvetan Todorov (1939-2017), récemment décédé, qui a vécu et condamné les maux du communisme totalitaire du Rideau de fer et le capitalisme sauvage et hypocrite de l’occident libéral, a déjà révélé l’identité des nouveaux auteurs de guerres sales, averti du danger du renforcement de groupes et mouvements ultra-nationalistes, ultra-libéraux et d’extrême droite dans plusieurs pays.

Pour ceux qui ont grandi dans un monde analogique et dominé par le conditionnement d’un schéma mental binaire, la combinaison de l’ultra-nationalisme et de l’ultra-libéralisme semble au moins incompatible, une contradiction. Et c’est essentiellement le cas. Mais le vrai visage de ces mouvements, organisations et instituts qui répandent leurs tentacules idéologiques et d’action dans le monde et dans toutes les fissures qu’ils peuvent occuper comme des cafards, est même hybride. Principalement sur des terres qui ont été fertilisées par hybridation pendant longtemps (voir la définition de l’anthropologue García Canclini). Profitant ainsi de l’ultra-nationalisme, du reactionarisme et du conservatisme comme qualificatifs pour la défense de discours enflammés, capables de pénétrer comme de l’eau, de diviser les sociétés (entre le bien et le mal d’un « ennemi commun ») et de communiquer émotionnellement d’abord avec les classes moyennes nationales, insatisfaites et condamnées au cours des trois dernières décennies par les politiques néolibérales dont elles ont été les fidèles dépositaires et défenseurs, et en second lieu par les classes défavorisées, toujours en marge et luttant pour leur survie, et qui continuent d’être privées de tout accès à une éducation critique, capable de leur faire comprendre et décoder le monde chaotique qui s’offre à elles.

Dans ce scénario, et à travers des drapeaux et des discours de « di-vision » (visions binaires), ces groupes créent un illusionnisme social apparemment simple, mais avec un arrière-plan complexe : faire croire à des croyants naïfs, par des paroles et des projets messianiques, qu’ils seront les sauveurs de la Nation, alors qu’en réalité ils travaillent comme vendeurs internationaux des droits sociaux et de la richesse des nations respectives en voie de développement. L’ultra-libéralisme élevé au maximum de sa puissance.

L’archétype de cette nouvelle génération perverse de dirigeants – que nous pouvons qualifier de néofascistes – a été l’actuel président des États-Unis, Donald Trump. Mais à la différence de ses corrélats et de sa progéniture dans le monde sous-développé, aujourd’hui Trump comme Ronald Reagan et Margaret Thatcher dans le passé, n’est rien de plus qu’une allégorie, un leurre pour les yeux perplexes du monde. Alors que Reagan et la « Dame de fer » prônaient avec passion le néolibéralisme et l’ouverture des marchés dans les années 1980, c’était alors le Chili oublié – loin des projecteurs – du sanguinaire Augusto Pinochet, sans libertés, le laboratoire noir de l’école de Chicago et ses jeunes médecins Franksteins, les « Chicago Boys ». Dans ce petit pays latino-américain, petit mais riche en minéraux, et non au Royaume-Uni (et dans les contes de fées) de Thatcher, ou dans l’Amérique d’Hollywood et de la « guerre psychologique » de Reagan, que ce néolibéralisme a été testé et porté à ses conséquences finales à un coût humanitaire très élevé : persécutions, tortures, disparitions, morts.

L’allégorie analogue se présente maintenant. Alors que Donald Trump emploie le révisionnisme économique et applique des sanctions douanières et établit une guerre du marché avec la puissante Chine et au sein de l’ALENA, les éventuels candidats « Trump » du monde sous-développé et leurs fervents partisans parlent d’ouverture sans restriction du marché, de privatisation massive des services publics (dont beaucoup sont essentiels) et d’élimination des droits sociaux et du travail, au gré des modèles des idéologues les plus radicaux de l’ultra-libéralisme de l’école autrichienne.

Dans ce scénario, il ne fait aucun doute que le Brésil post-électoral – si le candidat d’extrême droite et ses partisans arrivent au pouvoir – est une version 2.0 triste et allégorique du Chili d’hier. Un laboratoire encore plus grand et mieux équipé – compte tenu de sa gigantesque structure organisationnelle, de son pouvoir économique, de ses richesses naturelles et de ses proportions sous-continentales – qui mettra en péril et menacera l’équilibre démocratique encore fragile non seulement en Amérique du Sud mais dans toute l’Amérique latine. C’est ainsi que les architectes – dont beaucoup sont encore anonymes – aspirent à cette « Architecture de la Destruction » du XXIe siècle (en référence au titre homonyme du documentaire du réalisateur suédois Peter Cohen, 1989). Et dans cette version 2.0 d’une nouvelle modalité hybride de guerre sale qui se déploie aux yeux de secteurs nationaux et internationaux encore incrédules et progressistes, Internet et les nouvelles technologies de l’information et de la formation ont joué et continuent à jouer un rôle crucial dans la conquête des cœurs et des esprits. L’œuf du serpent à nouveau perplexe. Et cette fois, ce n’est pas la force brute, mais l’enthousiasme de chansons et de messages haineux chantés par des institutions soi-disant démocratiques et par une légion de zombies tupy ou non tupy qui habitent quotidiennement les mondes fétides des réseaux sociaux et les applications cryptées de communication instantanée.

 

Suite dans la partie 2 de l’article.

 

(*) L’auteur

Francisco Rio est un historien et militant du Mouvement Humaniste au Brésil. Il collabore avec les agences Pressenza et Quatro V.

Catégories: Amérique du Sud, Droits humains, Opinion
Tags: , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


vidéo 10 ans de Pressenza

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.