Utopie réelle dans une capitale

28.08.2018 - Santiago du Chili - Redacción Chile

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Utopie réelle dans une capitale
(Crédit image : Espacio Ailanto)

Par Clarisse Freyssinet

Il y a huit mois, j’ai embarqué pour le Chili, sans attentes particulières si ce n’est celle de
vivre et rencontrer, sans date de retour précis.

En huit mois, j’ai finalement peu bougé mais j’ai découvert, à Santiago, une famille rue des orphelins (Huerfanos) : Ailanto.
Ici, ils construisent un autre Monde, qui devient le vôtre à l’instant où vous montez les escaliers de cette maison coloniale…

“ Sésame, ouvre-toi ”
Décembre 2013, Santiago du Chili
La nuit est tombée. Le quartier Yungay est endormi. Seul l’hôpital public San Juan de Dios est encore éclairé.
Ivan est posté au coin de la rue Huerfanos.
Silencieux.
On entendrait presque les battements de son cœur s’accélérer.
Il le pressent. Elle l’appelle.
Silencieuse.
À quelques mètres de lui, se trouve la maison qu’il va occuper avec six de ses amis : 4 garçons et 3 filles, âgés de 18 à 36 ans.

Une bâtisse grise, balcons apparents, maison coloniale abandonnée depuis plus de 18 ans.
Silence.
Éclairés par leur lampe de poche, les sept amis sectionnent le cadenas rouillé.
Derrière la porte, ils découvrent un escalier de bois qui les mène vers un espace immense recouvert de couches de fiente de pigeon et de gravats, mais bien debout ! Les années d’abandon n’auront pas eu raison de cette maison.
Aussitôt, les sept compagnons changent la serrure et s’installent. A la dure ! Tassés dans une pièce, sans eau ni électricité, pot de chambre en guise de toilettes et cuisine de fortune, ils s’affairent. Car tout est à faire !
Deux salles de bain, six chambres, une cuisine, un salon, un atelier.
Tous sont artistes, artisans, bricoleurs, inventeurs, savants presque fous de croire à un autre Monde.

Le propriétaire immobilier- investisseur acharné qui semble vivre dans un Monopoly – envoie des enquêteurs. Pas d’immigrés à déclarer, des jeunes motivés et bien ancrés, une maison abandonnée…. Les poursuites sont remisées au grenier. Ils paraissent tolérés ; du moins pour un temps.

Un quartier animé
Quelques mois plus tard, l’un d’entre eux remarque un trou dans une latte de l’escalier.
Surprise ! Miracle ! Planètes alignées !
Derrière, les sept compères découvrent un espace aussi grand que celui qu’ils occupent à l’étage. Bien trop grand pour eux. Alors, qu’en faire ?
Un centre culturel mis à disposition de la collectivité ! Ainsi, le centre Ailanto – Art et Technologie était né.

Depuis quatre ans, ce centre est un poumon créatif au cœur du quartier Yungay : un des plus anciens quartiers de Santiago, autrefois habité par des familles aisées, intellectuels, politiques ou artistes fameux, idéalement situé sur la route du train et du commerce, devenu avec le temps plus populaire et familial, aujourd ́hui quartier d’immigration où se côtoient notamment chiliens, sud-américains (péruviens et colombiens, etc.), et haïtiens, qui surfe sur la vague de la “gentrification”.

Le matin, de jeunes enfants y suivent une pédagogie Steiner (contes et création, balades dans les parcs et potagers environnants, expériences et manipulation).
Le reste du temps, des compagnies y répètent gratuitement, des ateliers sont proposés (chant, peinture, yoga du rire, carte tarot ou flamenco) à des prix accessibles, des rencontres mêlent humanistes, féministes et autres curieux.
Il s’y passe tant de choses…

Un arbre dans la ville
Tant de choses que j’ai eu envie d’y rester, d’y poser mon sac de voyageuse et de m’y engager.
Je n’avais jamais vécu dans un squat auparavant. J’avais, comme bon nombre sûrement, des préjugés en tête (une bande de hippies titillant la Marie-Jeanne dans des lieux sales et bruyants ; une caricature en bonne et due forme !). Je ne me suis jamais vraiment intéressée à ce genre de lieux en France. J’en avais marre de Paris, des grandes villes et de la pollution. Je n’aime pas particulièrement Santiago : une ville grise, polluée, hostile (comme le sont bon
nombre de capitales, non ?).
Mais Ailanto est un lieu de résistance qui te donne l’impression de pouvoir déplacer la Cordillère des Andes et que l’air y est plus pur que dans le reste de la capitale. A Ailanto, on habite la ville autrement,
Voir se dresser des tables pour le repas en plein milieu d’une rue, des artistes peindre le mur de l’école d’en face, arroser les plantes d’un petit jardin sur le trottoir, organiser le nouvel an “mapuche” (peuple indigène du Chili et de l’Argentine) dans le centre culturel, allumer un feu, sentir vibrer la Terre sous le goudron, entendre l’écho de nos cris de joie résonner dans le quartier…
Essaimer…

Aujourd’hui, Ailanto (qui signifie “arbre des dieux”) a donc deux branches (le centre culturel et la maison) qui croissent vers un autre possible construit au quotidien.
A la maison, sept adultes et trois enfants partagent leur quotidien avec des résidents de passage (artistes ou amis qui viennent développer un projet). Chaque semaine s’organise: réunion de gestion, courses communes (aux halles, au marché, au supermarché et au grossiste), budget partagé, tâches domestiques et déjeuner collectif que chacun doit préparer une fois par semaine. Horizontalité, discussions, rêv(e)olution.
Oui, ici, on concrétise un rêve.

Site internet : ​ www.ailanto.cl
Page FB : Espacio Ailanto

Les photos son de Ricardo de la Fuente

Catégories: Amérique du Sud, Culture et Médias, Opinion
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.