Texte : Sergio Bastías, Photos : Sergio Bastías et Oleg Yasinsky

Après les déclarations aberrantes du ministre de la Culture démissionnaire du gouvernement de Piñera, Mauricio Rojas, qui est resté en fonction trois jours, dans lesquels il a qualifié ce qui est exposé au Musée de la mémoire et des droits humains comme « un montage » [N.d.T. Ce Musée est consacré aux crimes du régime Pinochet, il est situé à Santiago du Chili], le monde artistique et culturel chilien, dirigé par le poète Raúl Zurita, a appelé à un événement le dimanche 15 août, sur l’esplanade de ce Musée.

Plus de 15 000 personnes ont répondu massivement et pacifiquement à l’événement, qui a réuni de nombreux chanteurs et groupes musicaux, poètes et acteurs. Suite aux propos de Francisco Estévez, directeur du Musée, l’on a entendu criant d’une seule voix : « ils ne passeront pas ! Il convient de noter que la grande majorité des personnes présentes, qui ont exigé que la mémoire des violations des droits humains sous la dictature ne soit pas perdue, étaient des jeunes de moins de 30 ans, qui ont participé avec enthousiasme durant environ 6 heures et demie.