Afrique, une histoire à redécouvrir. 6 – Le Royaume du Congo, la reine Nzingha et la lutte contre le colonialisme et l’esclavage

21.07.2018 - Valentin Mufila

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien, Allemand, Grec

Afrique, une histoire à redécouvrir. 6 – Le Royaume du Congo, la reine Nzingha et la lutte contre le colonialisme et l’esclavage

L’Afrique est une terre d’émigration interne, comme cela s’est toujours produit sur tous les continents de la terre. La population du Bakongo est arrivée dans la région du fleuve Congo dans le cadre de la première migration Bantoue, apportant la pratique de l’agriculture et de la ferronnerie.

Les Bakongo étaient fascinés par une spiritualité basée sur le culte de leurs ancêtres et les intermédiaires entre eux et les hommes. La divinité suprême était représentée par Tata Nzambi, créatrice de l’humanité, qui l’a ensuite laissée à son sort en se retirant au ciel.

Selon la légende, ils étaient les descendants de Nkaka ya Kisina. Ils avaient une organisation matriarcale et utilisaient le dialogue pour résoudre les conflits.  Mani Kongo ou Mwene Kongo, le roi choisi par 12 clans, vivait dans la capitale Mbanza Kongo. Ils avaient une monnaie appelée nzimbu, composée de coquilles utilisées dans le commerce. Le chef militaire s’appelait ntinu, tandis que le mfumu était chargé des questions sociales.

Du XIVe au XIXe siècles, le Royaume du Congo a dominé la région correspondant aux États actuels de l’Angola et de la République démocratique du Congo. Formellement indépendant, à partir de la fin du XVIe siècle, il a été de plus en plus influencé par le Portugal, qui a menacé son intégrité territoriale pour étendre ses colonies.

En fait, le premier Européen à visiter le Royaume du Congo fut l’explorateur portugais Diego Cão, un événement qui marqua un tournant fondamental pour toute l’Afrique ; arrivé à la recherche d’esclaves entre 1482 et 1483, il fut très impressionné par l’organisation du Bakongo. Pendant son séjour au Congo, Cão a kidnappé des membres de la noblesse du royaume, les emmenant au Portugal comme prisonniers. En 1491, lorsque Cão rendit les otages, le roi Nzinga à Nkuwu accepta de se convertir au christianisme et fut baptisé du nom de João Ier.

Malgré les protestations du roi, les Portugais ont enlevé des jeunes pour les emmener comme esclaves dans les plantations brésiliennes. Ils ont également utilisé les divisions déjà existantes dans le royaume pour accélérer son déclin, créant de nombreux royaumes vassaux, leur fournissant des armes de mauvaise qualité et signant des alliances avec certains dirigeants pour alimenter les guerres internes.

Photo de la capitale du Royaume du Congo publiée en 1668 par Olfert Dapper.

Un tournant s’est produit avec Nzingha Mbande, reine de Ndongo et Matamba, deux royaumes correspondant à l’Angola actuel. Fille du roi Kiluanji Ngola et de sa seconde épouse Kangela, elle est née en 1581 avec le cordon ombilical enroulé autour de son cou ; un homme sage alors avait prédit qu’elle deviendrait une reine, une nouveauté absolue pour l’époque. Dès le début, son père a vu en elle les caractéristiques du vrai patron et a encouragé son éducation dans divers domaines : il lui a appris à monter à cheval et à se battre, l’a encouragée à étudier le portugais et le néerlandais et à apprendre les arts de la diplomatie et du commerce.

Le roi Kiluanji a essayé toute sa vie de résister à l’invasion européenne, à cette époque, les Portugais avaient ouvert des ports pour la traite des esclaves dans diverses parties de l’Afrique depuis maintenant cent ans. Après sa mort, son fils Mbande lui succéda, en 1622 il nomma Nzingha ambassadrice et l’envoya à Luanda, l’actuelle capitale de l’Angola et à cette époque le principal port d’embarquement des esclaves, pour rencontrer le gouverneur João Correia de Sousa et signer un traité de paix.

Mais le véritable plan de Nzingha était de chasser les Portugais. Quand elle est arrivée à Luanda, les gens l’ont accueillie avec une grande joie, mais le gouverneur, pour l’insulter, l’a invitée à s’asseoir par terre. Pour prouver qu’elle ne négocierait pas à partir d’une position inférieure, elle s’assit sur le dos d’une servante qui s’était mise sur ses quatre pieds. Il est parvenu à un accord, mais les Portugais n’ont pas respecté les délais. Sur le plan tactique, elle se convertit au christianisme, prenant le nom d’Ana de Souza. Après le suicide de son frère, en 1623, à l’âge de 42 ans, elle est devenue reine et a abandonné son nom chrétien.

Portrait de Nzingha, François Villain, lithographe.

Dès lors, jusqu’à sa mort en 1663, à l’âge de 82 ans, Nzingha se consacre à la lutte contre les Portugais et l’esclavage. Elle offrit un refuge aux esclaves fugitifs et créa une armée dans laquelle il y avait aussi de la place pour les femmes. Elle a développé une nouvelle forme d’organisation militaire appelée Kilombo, dans laquelle les jeunes éloignés de leur famille, grandissaient dans des milices communautaires et formaient des alliances avec les peuples voisins, comme les Imbangalas. Elle s’allia également avec les Hollandais pour combattre les Portugais, mais découvrit bientôt qu’eux aussi étaient prêts à trahir les promesses et les traités et ne voulaient qu’asservir les peuples africains.

Avec sa force, sa dignité, sa fierté, son acuité et son intransigeance, Nzingha est devenu un symbole de la résistance africaine à la pénétration européenne et une source d’inspiration pour tous ceux qui ont choisi de lutter contre le colonialisme et l’esclavage.

 

Catégories: Afrique, Culture et Médias
Tags: , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.