Gaza : le rêve d’un jeune sculpteur stoppé net par un tireur d’élite israélien

05.04.2018 - Gaza - Patrizia Cecconi

Cet article est aussi disponible en: Espagnol, Italien

Gaza : le rêve d’un jeune sculpteur stoppé net par un tireur d’élite israélien

Ils l’ont tué comme cela, avec une balle dans le front. Exécution sans procès, également appelée assassinat. C’était un artiste. Il avait 28 ans et s’appelait Mohammed Abu Amr. Il était sculpteur et aimait travailler sur la plage de Gaza. Comme beaucoup d’autres artistes palestiniens, les thèmes de ses créations sont nés des conditions particulières imposées par l’illégalité et l’injustice profonde subie par ce peuple depuis trop de décennies.

Il utilisait l’écriture arabe dans sa forme artistique, et la dernière de ses œuvres, réalisée la veille de son assassinat, représentait son rêve, qui est le rêve collectif revendiqué dans la «  grande marche du retour » qu’un peuple festif mais déterminé a commencé le 30 mars, journée de la Terre, et prendra fin le 15 mai, jour de la Naqba, c’est-à-dire l’expulsion des Palestiniens de leurs foyers en 1948. C’était le rêve d’un retour.

Il manifestait à Shujaya, à l’est de la ville de Gaza, avec des dizaines de milliers d’autres personnes de tous âges, de sexe, de couleur et de croyances religieuses différentes parce que – ce que beaucoup ignorent – dans toute la Palestine, y compris Gaza, les Palestiniens sont aussi bien chrétiens, bien que minoritaires, que musulmans, et subissent le même sort.

La « grande marche », organisée par de jeunes Palestiniens en dehors des partis politiques et donc avec les différentes composantes, avait tout l’air d’une grande fête populaire, de ce peuple qui est souvent décrit d’une manière absolument opposée à ce qu’il est vraiment : un peuple qui, dans les épreuves les plus incroyables, peut trouver la capacité de vivre sans renoncer, autant que possible, à la joie.

Il n’y avait que trois ou quatre observateurs internationaux pour assister à l’événement, et leurs témoignages coïncident tous : une grande manifestation pacifique, avec des enfants, des personnes âgées, voire des personnes handicapées, des hommes et des femmes de toutes les classes sociales. Leur seule arme était leur détermination à marcher vers la frontière pour dire aux assiégeants que Gaza n’en peut plus, pour rappeler au monde les violations continues subies et, en particulier, pour revendiquer le droit au retour dans leurs foyers consacré par la résolution 194 de l’ONU, inappliquée par Israël comme des dizaines d’autres résolutions sans jamais être sanctionné pour cela.

Comme d’habitude, les principaux médias italiens ont rivalisé de points de vue sécuritaires très éloignés de la réalité, ne disposant pas de correspondant dans la bande de Gaza. La télévision et les journaux parlent depuis deux jours, du moins ceux qui ont traité le sujet, des affrontements et des batailles, et ils ont ajouté, comme le voile israélien l’a diffusé publiquement, que tout ceci était recherché par les dirigeants du Hamas. Cependant ce n’était pas une bataille, mais une véritable lutte d’hommes, de femmes et d’enfants qui ont manifesté pacifiquement et les mains vides.

Mohammed a été l’un des premiers martyrs à être fusillé. On pourrait dire qu’il est une victime, et il l’est effectivement, mais les victimes des oppresseurs sont témoins du droit de résister et donc, même étymologiquement, ils deviennent des martyrs. Les tireurs qu’Israël avait placés le long de la frontière lui ont tiré dessus de loin et, avec une visée parfaite ils l’ont touché au front. Les paroles de Mohammed, dont on se souvient suite à un entretien qu’il a donné quelques jours avant d’être tué, semblent aujourd’hui être un signe d’espoir. Le jeune sculpteur n’aura pas l’avenir dont il rêvait, les tireurs d’élite israéliens ont arrêté sa vie et sa carrière à l’âge de 28 ans et Mohammed ne sera plus un artiste, car depuis hier il est devenu un martyr et un héros. Il a dit lors de la dernière interview : « Soyez humain, soyez optimiste, fixez-vous un but dans votre vie et ouvrez-vous aux autres… nous pouvons réaliser dans les rêves ce que nous n’avons pas été capables de réaliser dans la réalité… nous imaginons que nos rêves deviennent une réalité incarnée et ainsi nous surmontons certaines de nos difficultés et conflits psychologiques ». C’était sa philosophie, maintenant c’est son testament idéal.

Maintenant, le sculpteur Mohammed, avec 16 autres garçons, certains presque des enfants, va enrichir la liste des héros. Gaza a perdu un artiste et a gagné un témoin, et Israël, toujours prêt à convaincre le monde de son besoin de sécurité, devrait le comprendre.

Par-dessus tout, les gouvernements et les institutions qui soutiennent ce pays, avec de plus en plus d’illégalités manifestes, devraient le comprendre. Ils devraient comprendre cela non seulement à cause du principe de justice que les Palestiniens revendiquent et que la communauté humaine aurait le droit de voir respecté, mais aussi pour la sécurité du pays en question qui, en commettant des crimes toujours impunis, fait croître la haine et certainement pas la sécurité. Et le rêve de Mohammed Abu Amr et des autres rêveurs tués avec lui continuera d’être le rêve des Palestiniens, le cauchemar d’Israël.

Catégories: International, Moyen Orient, Nonviolence, Relations internationales
Tags: , , , , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


App Pressenza

App Pressenza

Présentation de Pressenza en vidéo

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.