Entre le 19 et le 21 juin passés a eu lieu à Bonn le « Global Media Forum » de la Deutsche Welle, au sein de l’impressionnant ancien Parlement d’Allemagne de l’Ouest.
À cette occasion, l’agence de presse internationale Pressenza a partagé son point de vue unique sur la paix et la nonviolence au cours de son workshop « Humaniser le déshumanisé : le journalisme pour la paix et la nonviolence ».

Animé par Johanna Heuveling, le workshop a donné lieu à plusieurs présentations : Nelsy Lizarazo, présidente de Pressenza, a exposé les actions de l’agence en faveur du processus de paix en Colombie, tandis que Luz Jahnen s’est exprimé autour de la réconciliation personnelle et sociale comme alternative à la mécanique historique de vengeance. Enfin, Ina Darmstaedter a décrit son expérience de militante œuvrant pour le processus de paix israélo-palestinien.
Journalistes, universitaires et représentants d’agences venus du monde entier composaient un public attentif au sujet traité.

Durant sa présentation, Lizarazo a souligné « l’importance de s’associer au travail des médias et autres plateformes qui, comme Pressenza, considèrent que communiquer autour de la paix est l’unique moyen d’accroître diffusion et participation », ajoutant que « Pressenza privilégie la parole de ceux dont l’expérience de transformation personnelle et sociale suscite l’inspiration ».

Le workshop s’est finalement mué en un exercice de réflexion autour de la crise mondiale actuelle, posant la question de la possibilité pour le journalisme de contribuer à la paix et à la nonviolence selon différents scénarios politiques et sociaux.
L’événement s’est achevé par une séance de questions-réponses, avec échange de points de vue et d’accords en vue de futures coopérations professionnelles.

 

Traduction de l’anglais par Laurane Tesson