Une pédagogie de l’intentionnalité pour les nouvelles générations

23.01.2014 - Mendoza - Iván Novotny

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

Une pédagogie de l’intentionnalité pour les nouvelles générations
(Crédit image : )

Photo : Eduardo Celes

L’apprentissage intentionnel implique inévitablement d’approfondir notre intériorité, nos expériences significatives et inspirantes d’ouverture au spirituel, de découvrir le sacré. Les tout-petits ont un faible niveau d’autocensure alors que les enfants qui vont à l’école formelle ont une imagination confinée aux limites d’une consigne fermée. La connexion des tout-petits avec les êtres spirituels est habituelle, fluide et libre alors qu’elle disparaît peu à peu dès lors qu’ils vont à l’école formelle.

Voilà quelques-unes des conclusions que l’équipe argentine du Courant Pédagogique Humaniste et Universaliste (CoPeHU) a présenté lors de la seconde Rencontre pour une Éducation Humanisante (du 10 au 12 janvier) dans le Parc d’Étude et de Réflexion de Punta de Vacas (Mendoza, Argentine). Ont également été présentées les activités des équipes de la CoPeHU du Pérou, du Brésil, et du Chili par le biais de présentations audiovisuelles et de témoignages des éducateurs qui les ont encouragées.

Au Pérou, c’est la première fois que la CoPeHU a mené à bien une expérience au sein d’une école publique. Dans un établissement situé au sud de Lima, on a réalisé d’août à décembre une expérience d’« induction » avec des enfants de 6 à 11 ans suite à une proposition de la direction générale de l’éducation de cette même ville. Le groupe a présenté des signes d’agressivité et d’abandon affectif, situation pour le moins hostile vu que le secteur faisait partie d’un quartier considéré « à haut risque ».

Équipes argentine et péruvienne du CoPeHU – Photo : Eduardo Celes

Huit sessions de cinq heures par semaine ont été développées avec les enfants, dans des classes organisées en trois catégories : travail interne, psychophysique et auto-apprentissage, accompagnées d’ateliers dirigés par les éducateurs en parallèle. « Ils ont appris à développer leur affectivité comme outil d’ouverture à eux-mêmes, comme outil d’ensemble et comme base d’apprentissage. Nous avons réalisé que nous devons les aimer ; cela a été le point d’entrée, nous devions leur ouvrir notre cœur », a rapporté Jaqueline Mera Alegría.

L’expérience a été très réussie puisqu’une diminution progressive du degré de violence a été constatée au sein du système scolaire ; les étudiants ont assisté avec enthousiasme à tous les cours et les directeurs leur ont proposé de poursuivre leurs études tout au long de l’année scolaire suivante, avec la possibilité de rayonner à l’échelle nationale. « Ce que nous avons accompli est le résultat de beaucoup d’intentions et des regards qui s’y sont ajoutés ; il est donc très important de remercier sincèrement tous ceux qui nous ont soutenu dans notre démarche », s’est exprimé Dorys Balvin Díaz.

Pour ce qui est du Brésil, le Parc d’Étude et de Réflexion de Caucaia, proche de San Pablo, a été le lieu de rencontre avec les enfants, dont les activités ont été riches et variées : danse, peinture, musique, contes et travail de l’argile. Nous avons dû rester vigilants à chaque instant, tout en gardant bien à l’esprit que nous n’avions pas réponse à tout… contrairement à ce qu’il se passe dans l’éducation traditionnelle. Unité, apprentissage permanent, aisance, relations amicales basées sur l’affection et les liens humains, et apprentissage sans limites ont constitué nos lignes directrices », a expliqué Adriana Pucci. Pirolo Eugenia a quant à lui déclaré qu’on a armé la « communauté d’apprentissage intentionnel avec une équipe hétérogène en termes de points de vue. Nous sommes en train de mettre au point un autre mode d’apprentissage, une façon de penser différente afin d’aboutir, encore une fois, à une autre façon d’apprendre ».

Parc de Punta de Vacas – Photo : Eduardo Celes

L’équipe argentine a commenté l’« Apport dans le cadre d’une théorie et d’une pratique de l’apprentissage intentionnel », qui a servi de base théorique à l’équipe de travail qui a encouragé les rencontres avec les petits et les jeunes dans les Parcs d’Étude et de Réflexion de Carcaraña (Rosario), La Reja (Buenos Aires), Paravachasca (Córdoba), la Patagonie du Nord (Neuquén), dans le cadre d’activités telles que les pratiques psychophysiques, des jeux, des activités de modélisation de la matière, des expériences guidées, la pratique des instruments à vent, etc. Analía Corradi, enseignante d’expression corporelle, a conclu, après avoir participé à ces rencontres, que la force intentionnelle fait partie du sacré et que des espaces se voient habilités pour nous et pour les autres ».

Cette matière théorique résume les éléments régressifs et progressifs des idées de Maturana, des théories de l’apprentissage présentes dans la pédagogie de Piaget, dans celle de Skinner, ainsi que dans la pédagogie des opprimés de Paulo Freire ou dans la théorie de l’apprentissage socio-culturel, ou encore dans la pédagogie Waldorf ; suit une description de l’apprentissage dans le paradigme éducatif siloïste à partir de la relation entre conscience, intentionnalité et apprentissage, et développement des cinq clés de l’apprentissage correspondant à l’attention, la bonne humeur, l’affectivité, l’environnement et le dialogue générationnel.

Le samedi de la Rencontre, différents ateliers ont été réalisés : « Mise en pratique de la pédagogie de l’intentionnalité » à la charge du professeur chilien Mario Aguilar, avec des exercices permettant d’expérimenter les concepts de cette pédagogie ; la Mexicaine Lourdes Cuellar a quant à elle présenté l’atelier « Apprentissage autonome », d’après ses expériences personnelles relatives au champ de l’apprentissage et de l’enseignement, dans le but de revoir le concept d’autonomie ainsi que les rôles du maître et de l’élève. Enfin, la pédagogie Gateggno s’est développée sur une table qui a approfondi les conditions d’apprentissage sans peur et sans limites.

Il y a eu plus de dix heures de partage, de réflexion et d’étude que l’on pourrait résumer en une phrase éloquente : « Cette nouvelle vision de l’apprentissage, mise à disposition des nouvelles générations, prépare le chemin de la Nation Humaine Universelle ».

 

(Traduit de l’espagnol par Florian MORINIÈRE)

Catégories: Education, International
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


Présentation de Pressenza en vidéo

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.