Moi, femme, je décide

03.10.2013 - Espagne - Esther Vivas

Moi, femme, je décide
(Crédit image : Image : Wikimedia Commons)

Capturer

« C’est nous qui accouchons, c’est nous qui décidons ». Le temps passe et ce message perdure. Qu’il soit écrit noir sur blanc ou en technicolor, les femmes continuent de descendre dans la rue [En Espagne, NdE] pour revendiquer nos droits. Personne d’autre ne le fera pour nous… Ce 28 septembre, journée internationale pour la dépénalisation de l’avortement, nous allons redire clairement que personne d’autre que nous, les femmes, ne décide pour notre corps.

L’offensive du gouvernement du PP [Parti populaire, Espagne] pour réformer et restreindre davantage la loi déjà limitée sur l’interruption volontaire de grossesse représente bien la lutte actuelle – et nécessaire – des femmes. Une réforme qui veut nous faire revenir vingt ans en arrière, avec une législation plus restrictive que celle de 1985, et qui permettrait aux femmes d’avorter uniquement dans des conditions très restreintes. Une nouvelle tentative de la droite ultraconservatrice pour décider et légiférer sur le corps des femmes.

Devant de telles mesures, impossible de ne rien dire, alors que l’on nous condamne à la clandestinité, et à l’avortement illégal qui met nos vies en danger. L’interruption volontaire de grossesse ne peut pas être considérée, comme on veut le faire croire actuellement, comme un délit à l’encontre du Code Pénal. Nous ne sommes pas des délinquantes, nous sommes des femmes, avec des droits (dont certains ne plaisent pas à tout le monde), et nous voulons décider de notre maternité. L’avortement doit être inclus dans le domaine de la santé publique et accessible à toutes les femmes, indépendamment de leur origine et de leur situation juridique. De même, l’éducation sexuelle et l’accès à la contraception sont des prémisses indispensables pour éviter d’avoir à avorter.

La crise implique non seulement une perte de droits économiques, sociaux, démocratiques et professionnels, mais aussi sexuels et liés à la reproduction. On assiste à une offensive politico-idéologique qui nous fait régresser de dizaines d’années en arrière, en diminuant nos libertés, pour lesquelles nous avons dû lutter des années avant de les obtenir. Certaines mesures de droite, machistes et homophobes, accroissent les inégalités et frappent de plein fouet principalement ceux qui en ont le moins.

N’oublions pas la récente mesure du PP qui refuse les traitements de procréation médicalement assistée (insémination artificielle et fécondation in vitro) aux femmes lesbiennes et célibataires, dans le domaine de la santé publique. Une politique qui porte atteinte à l’égalité pour l’accès aux services publics, qui discrimine certains groupes spécifiques et qui cherche à imposer un modèle familial unique. Aimons-nous dans la peur, la pauvreté, la soumission, le silence et l’hétérosexualité. Mais face à ces commérages hétéro-patriarcaux que l’on tente de nous imposer, nous nous revendiquons différentes et libres. Libres de décider pour notre corps, libres de décider de notre sexualité.

Source : http://esthervivas.com/2013/09/28/yo-mujer-decido/

Traduction de l’espagnol : Eva Delacoute

Catégories: Droits humains, Europe, International, Opinion, Santé
Tags: , ,

Newsletter

Indiquez votre adresse e-mail pour vous inscrire à notre service de news quotidien.


documentaire « RBUI, notre droit de vivre »

Le début de la fin des armes nucléaires

2ème Marche Mondiale pour la Paix et la Nonviolence

App Pressenza

App Pressenza

Milagro Sala

je vis: documentaire interactif en Grèce

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

International Campaign to Abolish Nuclear Weapons

Archives

Except where otherwise note, content on this site is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International license.