Tout d’abord, je tiens à rendre hommage à mon professeur Nioussire Kalala Omoutunde, décédé le 15 novembre 2022 : sans vous, je n’aurais pas redécouvert le Kama (Afrique). Vous nous laissez un immense héritage. 

Les origines de Tombouctou

Les origines de Tombouctou nous parlent de la légende du Ouagadou et d’une unité remontant à l’Égypte des pharaons. Les Soninkés, les Songhaïs et les Malinkés se fréquentaient en tant que confréries ou familles liées par le commerce de l’or, de l’ivoire et des métaux. Le nom de Tombouctou a deux définitions : pour les Touaregs, il signifie puits et aussi femme, mais selon une autre source, c’était la ville des initiés bien avant l’arrivée d’autres peuples.  Selon l’initié malien Amadou Hampâté Bâ, l’origine du Tombouctou se trouve dans l’architecture soudanaise.

Après le déclin de l’Empire Ouagadou, connu en Europe et en Arabie sous le nom d’Empire du Ghana, un autre grand événement allait jouer un rôle important : la victoire de l’Empereur Sundiata Keita sur Sumanguru Kante, avec la création de l’Empire du Mali sur un territoire plus grand que l’Union européenne et la rédaction de la Charte du Manden, basée sur des idées avancées pour l’époque et révolutionnaires encore aujourd’hui.

La ville attirera plus tard d’autres peuples, principalement par le biais du commerce, notamment les Touaregs et le monde musulman. Les sources locales font remonter son origine au 7e siècle, bien avant 1100, date généralement attribuée à sa fondation par les Touaregs.

Outre Tombouctou, il y avait d’autres villes, comme Djenné, Sankore, Gao et Djingareyber – cette dernière construite par l’empereur Kankan Moussa. Au 14e siècle, garçons et filles étudiaient la géométrie, l’arithmétique, l’algèbre, l’histoire et les sciences. Avec la conversion à l’Islam des empereurs suivant Sundiata Keita, l’étude du Coran a également été introduite.

Djenné. Photo : Francesco Bandarin

Universités ouvertes aux femmes

Il y avait également des centaines d’écoles et d’universités : les royaumes voisins y envoyaient leurs enfants pour étudier, tout comme les cours espagnoles et françaises et l’Arabie. De nombreux savants, tels que Mohamed El Amin et Abderaman Sadi, ont étudié à Tombouctou et l’Europe a pu redécouvrir les textes d’Aristote. Et tout cela dans une atmosphère paisible. Les manuscrits de Tombouctou révèlent que les universités étaient ouvertes aux femmes et que les sujets d’étude comprenaient l’astronomie, la médecine, le droit, les mathématiques, etc. Il y avait aussi des mausolées soufis, représentants d’un islam ouvert, prêt à accepter et à se confronter à différentes cultures et religions. Les écrits en arabe ont également permis de lire une partie de l’histoire écrite par les Africains eux-mêmes.

Ahmed Baba, le grand sage

Né vers 1556, Ahmed Baba était le plus grand recteur de l’université de Tombouctou, fondée au 12e siècle, un homme d’une grande intelligence et d’un grand savoir, un maître de la jurisprudence, de la géométrie, de l’astronomie et de la médecine. Il a rassemblé plus de 1 600 manuscrits et en a écrit plus de 500. Convaincu que les différences ethniques sont moins importantes que la connaissance, il s’est efforcé de maintenir l’unité des différents groupes ethniques qui coexistaient à l’époque à Tombouctou.

Un patrimoine mondial

Les universités de Sankoré – créée en 1325, devenue plus tard une mosquée – Djenné – encore plus ancienne – Gao et Tombouctou ont été fondées avant de nombreuses universités occidentales et constituent un patrimoine mondial à préserver et à honorer. Il ne faut pas oublier que Kama, ou « terre des Noirs », le vrai nom du continent africain, abritait de nombreux centres de connaissances humaines.