Dans la nuit du 5 au 6 septembre de 2020, un garçon mince et courageux de 21 ans, Willy Monteiro Duarte, a été battu à mort à coups de pied par quatre autres garçons beaucoup plus forts physiquement que lui, âgés de 21 à 26 ans, à Colleferro, une ville de 21 000 habitants située dans la banlieue de Rome. Willy Monteiro Duarte était intervenu pour défendre un de ses amis contre un passage à tabac.

J’ai lu plusieurs articles et publications qui, s’apitoyant sur le garçon qui a été tué, racontent qu’il était « au mauvais endroit au mauvais moment ». Cette déclaration m’a choqué et m’a donné à réfléchir. Je trouve cela trompeur et dangereux. Trompeur, car il suggère que le problème est qu’il était là, et non ce qui se passait là où il était. Dangereux, car cela semble signifier dire aux personnes qui lisent que dans de telles situations, la meilleure chose à faire est de « changer de place ». Je pense que cela ouvre un point important de réflexion.

Où choisissons-nous d’être, quelle « place » choisissons-nous d’occuper, face à la violence ? Quelle est la bonne place, quelle est la mauvaise place, à occuper face à la violence lorsqu’elle se manifeste de manière contingente et structurelle ? Willy Monteiro Duarte a courageusement décidé de passer d’un endroit sûr, loin des coups, à un endroit beaucoup moins sûr, au milieu de la foule violente, pour défendre son ami. Il voulait réduire la place, l’espace disponible pour cette violence aveugle, immotivée et destructrice, qui ne laissait probablement pas de temps pour d’autres stratégies. Pour cela, il n’avait que son corps mince, qu’il a utilisé. Vous n’avez pas besoin de savoir qu’un passage à tabac par quatre hommes bien musclés représente un risque réel pour votre propre sécurité. Et pourtant, c’est la position qu’il occupait. Il est plausible d’imaginer qu’à sa place, s’il n’était pas intervenu, son ami se serait retrouvé là. Pour cette raison, je pense que définir la place qu’il a intentionnellement occupée comme « mauvaise » est éthiquement et socialement très erroné.

Dans une société qui exalte la violence, qui la met sous les feux de la rampe jusqu’à ce qu’elle soit assimilée par nos consciences comme normale, inévitable, voire acceptable, il devient difficile de saisir ce qui était vraiment au « mauvais endroit ». Cela devrait nous faire réfléchir : quel espace, et combien, est laissé au culte de la violence ? Ici, le mot culte semble particulièrement approprié, étant donné l’activité de « body-building » des garçons qui ont donné les coups et perpétré le meurtre. Des corps renforcés, fortifiés, entraînés quotidiennement pour correspondre à l’image de la force brute, violente, agressive, machiste qui est exaltée dans le modèle dominant de nos sociétés. Des corps qui grandissent pour accabler, pour écraser l’autre. Un modèle violent qui trouve sa place, trouve de l’espace et, plus inquiétant encore, trouve la reconnaissance. Un modèle auquel, en revanche, il faut enlever de la place, jour après jour, quartier après quartier, école après école, pour faire place à une culture de la non-violence qui exalte des qualités diamétralement opposées à celles qui sont exaltées aujourd’hui chez les personnes, dans les relations individuelles et sociales. Une culture qui éduquerait dès le plus jeune âge à savoir discerner, émotionnellement et intellectuellement, entre ce qui est à la bonne place et ce qui est à la mauvaise place selon un système de référence interne et moral qui a pour noyau la valeur de l’Autre, sa liberté et sa dignité.

Willy Monteiro Duarte était au bon endroit. Les amis qui sont venus le chercher et ont essayé de le sauver étaient au bon endroit. Ce qui était déplacé, c’était la violence homicide et hallucinatoire qui le submergeait. Rétrospectivement, j’aurais personnellement souhaité qu’il ait choisi un autre endroit à ce moment-là, mais je me rends compte que si nous choisissons toujours de laisser la violence par peur des conséquences, elle se répandrait pour occuper tout l’espace disponible. Ainsi, prendre la place nécessaire, lorsque la violence survient, est un acte de profond courage. C’est un choix qui ne peut être évalué a posteriori, car il doit parfois être fait sans pouvoir en calculer toutes les conséquences. Et lorsqu’au contraire les conséquences sont concevables, comme dans le cas de Willy, et que dans tous les cas ce choix est maintenu, et que dans tous les cas cette place est occupée, alors cela devient un choix totalement humanisant et révolutionnaire. La place occupée par Willy Monteiro Duarte est la place occupée par des milliers d’activistes, ainsi que d’autres citoyens, chaque jour dans tous les coins de la planète. C’est la place occupée par Julio Andrés Pineda Díaz, militant hondurien de l’organisation internationale Monde Sans Guerres et Sans Violence, brutalement assassiné il y a quelques jours en raison de l’espace qu’il occupait face à la violence dans son pays. La place occupée par les femmes de l’Administration Autonome du Nord-Est de la Syrie (plus connue sous le nom de Rojava) qui s’opposent à la violence oppressive de divers fronts anti-humains, qui veulent empêcher le développement d’expériences pleinement démocratiques, révolutionnaires, libres et innovantes. La place occupée par ceux qui naviguent sur la Méditerranée pour offrir humanité, secours et espoir à ceux qui migrent. La place occupée par ceux qui portent un regard humanisant sur l’Autre, sur les derniers, sur tous ceux qui ne trouvent pas de place dans le récit égocentrique et auto-célébratif qui domine aujourd’hui. La place occupée par ceux qui s’adressent à l’Autre avec bonté et considération dans un monde qui veut, au contraire, que nous soyons opposés, méfiants, distants.

La place que nous, humanistes, occupons chaque jour, aspirant à construire une réalité non-violente, où l’Être humain est véritablement la valeur centrale, reconnaissant le droit d’opposer une résistance adéquate à toute forme de violence qui nous affecte, aussi bien face à ceux qui nous proches de nous que face à ceux qui sont plus éloignés sur cette planète.

C’est le lieu que nous choisissons intentionnellement. Le lieu que nous défendrons, bien qu’encore en minorité apparente, sachant que nous devons opposer à la violence cultuelle du système notre force résolue, équilibrée, poétique et humanisante. Cette force qui se nourrit du sentiment que nous ne sommes pas seuls à occuper cet espace. Cette force qui se nourrit chaque fois que nous ne bougeons pas, que nous ne renonçons pas à être au bon endroit, au bon moment, réduisant l’espace donné à la violence à l’extérieur de nous et en nous. Cette force qui veut construire, qui ne cherche pas de martyrs, qui trace inexorablement le chemin vers l’Être humain du futur et qui résonne dans le cœur de ceux qui peuvent déjà imaginer ce futur, le ressentir avec une profonde émotion, malgré toutes les difficultés personnelles. Elle résonne dans le cœur de ceux qui peuvent voir cet avenir esquissé dans les yeux doux et brillants d’un garçon de 21 ans au corps mince et au cœur géant dans un village aux abords de Rome.