Horacio Machado Aráoz est chercheur au Conseil de la recherche scientifique et technologique (Conicet) en Argentine et professeur à l’Université nationale de Catamarca, mais il a toujours été lié à des mouvements sociaux. Depuis 15 ans, il fait partie du processus de résistance contre l’exploitation minière transnationale à ciel ouvert en tant que membre de l’assemblée Sumak Kawsay dans sa région natale de Catamarca.

Entretien par Eliana Gilet | Vidéo par Fran Richart | Desinformémonos

Dans cette entretien, il explique comment cette lutte a changé sa façon de pratiquer et de comprendre la science ; il parle de l’épisode (2015) où une filiale de Barrick Gold a déversé un million de litres de cyanure dans la région de Jáchal, dans la province de San Juan, et de la contre-campagne que l’Union des assemblées citoyennes d’Argentine a lancée à l’approche des élections présidentielles en Argentine (2015).

Comment s’est passée votre expérience en passant de la science à la lutte contre la mégaminerie ?

Je vis dans une province où a été installé le premier méga-projet minier d’Argentine, la mine de La Alumbrera. Cela a reconfiguré la manière dont je me suis impliqué dans les mouvements. Bien que je travaillais déjà avec des mouvements paysans autour de la souveraineté alimentaire, je n’étais clairement pas un paysan. Avec l’exploitation minière, c’était quelque chose de complètement différent. Quelle personne n’est pas touchée par ces mégaprojets ? Bien que La Alumbrera soit située à Catamarca, elle englobe trois autres provinces : Tucumán, Santiago del Estero et Santa Fé. Nous, les scientifiques, avons commencé à travailler en tant que voisins dans un processus où notre territoire fait l’objet d’une intervention sans avoir eu aucune sorte de consultation informée préalable. Cela a complètement changé notre perspective. Nous avons toujours parlé de la science critique. L’un de ses objectifs fondamentaux est la déconstruction de sa prétendue objectivité et neutralité. La science n’est pas une forme de connaissance détachée des intérêts, des positions et des relations de pouvoir. Cela n’existe pas. La seule façon de faire de la science est de rendre explicites les intérêts qui façonnent nos problèmes de recherche.

Quels sont ces intérêts divergents ?

Il existe un différend sur les modes d’attribution de la vérité. D’un côté, nous avons un groupe de scientifiques travaillant pour l’État ou des entreprises, qui construisent des « vérités » pour rendre ces entreprises viables. Récemment, il y a eu un « épisode » comme ils l’appellent, « un accident » à la mine de Veladero dans la province de San Juan, au cours duquel un million de litres de solution de cyanure ont été déversés dans la rivière, qui sert d’exemple. D’une part, des chercheurs de l’Université nationale de Cuyo ont démontré l’impact et la façon dont il a affecté l’écosystème de tout le bassin ; d’autre part, des techniciens travaillant pour l’entreprise et pour le Secrétariat des mines et de l’environnement de la province de San Juan, qui est partenaire de ces entreprises minières, sont sortis pour nier ou minimiser ce qui s’était passé. C’est la stratégie : ils disent qu’il n’y a pas d’impact ou que les impacts sont minimes. Cela fait partie de la dynamique d’expropriation des connaissances. L’expropriation n’est pas seulement géographique, matérielle, de la montagne, de la rivière ou de la biodiversité, mais aussi une expropriation épistémique, de la connaissance : ils disent « ces gens ne savent pas, ils ne sont pas qualifiés pour mesurer l’impact et nous le sommes ». Ils ne se soucient pas de la vérité, de la validité de leurs connaissances, ils s’intéressent uniquement à ce que la réaction de la population n’affecte pas l’exploitation.

Dans le cas de Jáchal, la population a réagi par un rejet massif de l’exploitation, exigeant son arrêt immédiat.

Cela expose le concept d’omnipotence technologique. Ils disent qu’ils font de l’exploitation minière moderne, que les impacts appartiennent à l’exploitation minière ancienne. Ils construisent un discours qui dit qu’ils ont tout sous contrôle et en réalité ce n’est pas le cas. Cet épisode montre que les systèmes techniques, par leur définition même, sont défectueux et que, vu leur ampleur, ils génèrent des impacts à grande échelle. Cent millions de litres de solution de cyanure vont intervenir à l’endroit, non seulement à 2 kilomètres de l’endroit où l’épisode s’est produit, mais ils vont modifier le bassin pour de nombreuses années. La flore et la faune seront exposées aux niveaux accrus de métaux lourds déversés dans cet épisode, qu’ils tentent de minimiser et de nier.

Quel était le but de la campagne « Qui que ce soit qui gagne » lancée par l’Unión de Asambleas Ciudadanas (uac) ?

Toutes les assemblées regroupées au sein de l’uac, plus de 90 dans tout le pays, ont déclaré que quel que soit le vainqueur, nous allons prendre la décision en tant que villageois de dire non à l’exploitation minière ici. Ou dans les villes où le problème est la culture du soja, nous allons continuer à résister à la monoculture du soja transgénique. L’idée était de montrer que tous les candidats à la présidence n’ont pas vraiment leur propre programme ; c’est le capital transnational qui a décidé que nos territoires devaient être un grand territoire de soja, de mines et de pétrole. Les personnes au pouvoir l’assument comme leur propre plan de gouvernement, Daniel Scioli, Mauricio Macri et Sergio Massa, qui étaient les candidats ayant les meilleures chances, aucun d’entre eux n’était contre ce modèle. Si c’est cela qui affecte fondamentalement les modes de vie, présents et futurs, et cela n’est pas contesté, nous parlons d’un évidement de la démocratie. Que sommes-nous en train d’élire ? Un administrateur colonial qui est ordonné dans la distribution des redevances minières ? Non. Quel que soit le vainqueur, nous continuerons à nous battre pour que notre territoire soit libre de toute exploitation minière, où la souveraineté alimentaire est un programme alternatif au programme de soja monoculturel.

Sur quoi la campagne portait-elle ?

Elle a consisté à installer quelques tables sur les places pour en discuter, pour informer les gens s’ils savent ce que les candidats disent de nos collines, de nos rivières, quels plans ils ont pour nos cours d’eau. Pour leur dire quelle est notre position avec l’idée de pouvoir ajouter une masse critique et une sensibilisation. Il n’y a pas de peuple s’il n’y a pas de subjectivité politique, qui se construit à partir de la lutte. Le peuple en tant que tel n’existe pas. Elle se construit sur la base d’un processus de lutte, politique, pédagogique au sens de Paulo Freire, de désapprentissage de nos matrices coloniales et de réapprentissage de ce que sont les connaissances et les compétences qui font de nous des sujets plus autonomes, plus préparés à une vie autogérée, à l’exercice de la souveraineté populaire. Ce n’est pas quelque chose qui se gagne par un décret, une loi ou même la Constitution, c’est quelque chose qui se construit dans des processus historico-politiques. Les assemblées y croient et nous sommes impliqués dans ce processus.

Pour voir la vidéo (6′ 12′′) avec les sous-titres en français sur un ordinateur : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo). 2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement. 3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.

L’article original est accessible ici