Dans de nombreux pays d’Asie du Sud, parler des « menstruations » est un sujet tabou. Le malaise d’une femme à faire l’expérience de sa féminité et de ses cycles corporels est remis en question par un système social rigide sur certaines questions qui, de normales, deviennent des stigmates. Paradoxalement, cela attire encore plus l’attention sur ce que l’on voudrait « rejeter », car rendre certaines choses « indicibles » les charge encore plus de significations, d’émotions, d’états mentaux, augmentant le poids de ce « non-dit » – qui devient presque « obsessionnel » pour de nombreuses femmes.

À l’occasion de la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle (28 mai), à laquelle le Bhoutan adhère depuis 2015, une réunion a été organisée à Thimphu, présentée comme suit : « L’organisation Red Dot Bhutan appelle les hommes à jouer un rôle de premier plan pour briser la stigmatisation liée aux menstruations et normaliser les conversations relatives à celles-ci et à leur gestion ». http://www.bbs.bt/news/?p=169914

Sur la photo de l’événement publiée dans le journal national (voir ci-dessous), il est frappant de voir que ce ne sont que des hommes sur scène et une seule femme, Son Altesse Royale la Princesse Eeuphelma Choden Wangchuck, qui a exprimé sa reconnaissance aux hommes qui soutiennent l’organisation Red Dot Bhutan dans le renforcement de la sensibilisation à la santé et à l’hygiène menstruelles. La presse locale a rendu compte de la journée en évoquant la « participation des hommes et des garçons pour parler ouvertement des menstruations et permettre aux filles et aux femmes de pratiquer une bonne hygiène menstruelle ».

Ces manifestations témoignent certainement d’une volonté de transformer l’indicible en quelque chose qui peut être dit, mais on souligne à quel point les femmes sont encore subordonnées à ce qui les touche de près et que c’est encore l’homme qui doit donner son approbation pour qu’un tel processus ait lieu.

Formellement et socialement, avoir des hommes sensibles et empathiques à ses côtés est très utile pour les femmes, mais il est clair que la femme elle-même doit prévaloir sur ces rencontres et être centrale. Les femmes peuvent et doivent être libérées de ce besoin d’être « soutenues » et où ce sont les hommes qui sont les « référents » qui parlent d’un processus aussi intime et étroitement lié à l’évolution de la femme (tout au long de sa vie) comme si c’était une « affaire d’hommes ».

Le quotidien national indique également qu’il existe encore de nombreuses idées fausses et de nombreux tabous au Bhoutan : « Cela va des croyances selon lesquelles les femmes ne doivent pas entrer dans les temples pendant leurs règles à l’idée que les femmes en période de menstruation sont possédées par des esprits maléfiques. Même les pratiques d’hygiène menstruelle telles que le séchage de tampons réutilisables sont considérées comme honteuses chez les jeunes adolescents ». De telles idées fausses peuvent avoir des effets négatifs : tout d’abord, elles peuvent amener les femmes à ne pas chercher à obtenir des soins médicaux appropriés pour des problèmes liés aux menstruations (tels que le syndrome des ovaires polykystiques, les infections urinaires et les infections à levures) ; ensuite, la stigmatisation peut avoir un effet négatif sur la fréquentation et les résultats scolaires des filles ; enfin, les idées fausses peuvent perpétuer la discrimination sexuelle en violant les droits religieux des femmes et en renforçant les pratiques discriminatoires. https://kuenselonline.com/menstruation-stigmas-are-adversely-affecting-bhutans-society-economy-and-culture/

Jusqu’à récemment, selon les données de l’Unicef, on demandait aux filles du Bhoutan de ne pas aller à l’école pendant leur cycle menstruel. Le tabou, la gêne, la peur des taches et des mauvaises odeurs sont quelques-unes des raisons invoquées par les filles. En outre, de nombreuses écoles n’étaient pas suffisamment équipées de toilettes et de salles de bain, mais ces dernières années, des efforts ont été faits pour améliorer les installations.

Aujourd’hui, les enseignants et les organisations de jeunesse demandent aux filles et aux adolescentes de ne pas sécher l’école. Selon l’Unicef, les écoles jouent un rôle central dans ce processus d’acceptation et de dépassement des « stigmates » – avec des interventions visant à sensibiliser et à diffuser des pratiques d’hygiène et de santé, qui ne peuvent et ne doivent pas empêcher les adolescentes d’aller à l’école et de participer à d’autres activités scolaires.

En plus du travail dans les écoles, des rencontres sont actuellement promues dans les villages ruraux avec les femmes et aussi avec les nonnes dans les nombreux monastères du pays. Des efforts sont actuellement déployés pour accroître l’utilisation de serviettes hygiéniques lavables, au lieu de serviettes jetables, comme dans l’Inde voisine, et il existe de premières expériences de leur mise en œuvre. En outre, le gouvernement a supprimé la « taxe rose », la taxe de vente de 5 % sur les produits sanitaires importés d’Inde, et une taxe d’importation de 30 % plus 5 % de taxe de vente sur les produits sanitaires importés d’autres pays. Aujourd’hui, les produits liés à la menstruation sont donc exonérés de taxe.

Cependant, il y a encore beaucoup de femmes qui essaient quotidiennement d’acheter des tampons sans se montrer, par honte, presque en se cachant.

Les conversations sur la santé menstruelle et sa stigmatisation devraient faire partie d’un chemin prêt à aborder d’autres problèmes sexuels et types de marginalisation que l’univers féminin subit et traîne depuis des générations.