PRO ASYL demande une refonte complète de l’Agence européenne de la gestion des frontières, un contrôle parlementaire ainsi qu’un mécanisme de contrôle indépendant pour observer et sanctionner les violations des droits humains.

 

PRO ASYL se félicite de l’offre de démission de Fabrice Leggeri, chef de l’agence européenne de la gestion des frontières Frontex, une mesure qui aurait dû être prise depuis longtemps. « Il est scandaleux que le directeur d’une agence de l’UE ait dissimulé pendant des années des violations des droits de l’homme, manipulé des preuves et menti au Parlement », déclare Karl Kopp, responsable du département Europe de PRO ASYL. Pour l’organisation de défense des droits de l’homme, il est alarmant qu’il ait fallu le remarquable travail du journal Der Spiegel et d’autres médias pour faire monter la pression nécessaire à la démission de Leggeri.

La façon dont agit Frontex se fait au détriment de vies humaines. Des refoulements illégaux causent la mort de personnes en quête de protection aux frontières. Non contente de dissimuler ces renvois forcés contraires au droit international et de manipuler les preuves, Frontex participe aussi activement à des violations des droits de l’homme. Frontex contribue par exemple à la détection des bateaux de réfugiés en Méditerranée grâce à la surveillance aérienne, avant de transmettre les données aux garde-côtes libyens. En conséquence, les personnes en fuite sont renvoyées dans les camps de la Libye, où sévissent torture et viol. « La démission de Leggeri doit être l’occasion de mettre cartes sur table », exige Kopp.

Du point de vue de PRO ASYL, la démission de Leggeri ne peut être qu’une première mesure. Il s’agit dorénavant de réformer fondamentalement l’autorité. « Nous avons besoin d’une protection des frontières qui soit à la fois démocratique et contrôlée par le Parlement. Il faut un contrôle indépendant de Frontex, afin de garantir que l’agence européenne agisse en accord avec le droit international et la Charte des droits fondamentaux de l’UE », explique Kopp. Le budget gigantesque de Frontex (actuellement environ 750 millions d’euros) doit être massivement réduit, de même que les ressorts doivent être réduits et modifiés.

Dans le cadre d’une sorte de « conversion du verrouillage », il faut créer un service civil européen de sauvetage en mer afin de mettre fin à l’hécatombe. En outre, un mécanisme de surveillance robuste et indépendant doit être créé et financé aux frontières de l’Europe, afin d’éclaircir les violations des droits de l’homme, de les traduire en justice et, surtout, d’empêcher de futures violations des droits de l’homme. Il faut un contreprojet à Frontex : une alliance pour les droits de l’homme qui impose l’État de droit aux frontières de l’Europe.

Voir l’article original : https://www.proasyl.de/pressemitteilung/pro-asyl-ruecktritt-von-frontex-chef-leggeri-laengst-ueberfaellig/